Israël en guerre - Jour 227

Rechercher

L’ONU blâme Israël pour les violences de résidents d’implantations après l’attaque terroriste de Huwara

Le coordinateur spécial de l'ONU se dit "scandalisé par l'incitation continue, les provocations et l'absence de responsabilité" pour les attaques de représailles

Un Palestinien inspectant les dégâts, après une attaque nocturne par des résidents d'implantations israéliens, dans le village de Huwara en Cisjordanie, le 6 octobre 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)
Un Palestinien inspectant les dégâts, après une attaque nocturne par des résidents d'implantations israéliens, dans le village de Huwara en Cisjordanie, le 6 octobre 2023. (Crédit : Jaafar Ashtiyeh/AFP)

Le représentant spécial des Nations unies pour le conflit israélo-palestinien a sévèrement condamné Israël pour les violences commises par les résidents d’implantations dans la ville de Huwara en Cisjordanie, vendredi, alors qu’une série d’incidents violents se sont produits ces derniers jours, dont une fusillade terroriste palestinienne jeudi.

Les résidents d’implantations ont déclenché des émeutes dans la ville après qu’un Palestinien a ouvert le feu sur une famille israélienne à bord d’un véhicule circulant dans cette ville du nord de la Cisjordanie, sans faire de blessés. Au cours des émeutes, un Palestinien a été tué par l’armée israélienne après avoir lancé un gros parpaing sur un véhicule appartenant à Israël, a déclaré Tsahal.

L’attaque, et la réponse des résidents d’implantations, est la dernière d’une série d’incidents similaires survenus cette année dans la ville, qui est depuis longtemps un point ultra-sensible. La Route 60, principale artère nord-sud de Cisjordanie, passe par Huwara et est régulièrement empruntée par les Israéliens qui se rendent dans les implantations de la région ou qui en reviennent.

Plusieurs attaques contre des soldats et des civils israéliens à Huwara ont tué plusieurs Israéliens, dont deux jeunes frères israéliens en février et un père et son fils quelques mois plus tard. Dans la nuit de vendredi à samedi, des Palestiniens ont incendié un poste militaire à Huwara, sans faire de blessés.

« Je condamne l’attaque menée aujourd’hui par des résidents d’implantations israéliens contre des Palestiniens et leurs biens dans la ville de Huwara, en Cisjordanie occupée », a déclaré Tor Wennesland, coordinateur spécial des Nations unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, dans un communiqué publié vendredi. « Je suis scandalisé par la poursuite de l’incitation [à la haine], des provocations et de l’absence de responsabilité pour ces crimes violents. »

« Israël doit veiller à ce que la population civile soit protégée et à ce que les auteurs de ces crimes rendent des comptes », a déclaré Wennesland dans un communiqué qui ne mentionne pas la fusillade terroriste qui avait précédé l’émeute.

Des images d’une caméra de surveillance montrant un homme armé tirant sur un véhicule appartenant à Israël avec une famille à l’intérieur, dans la ville de Huwara, en Cisjordanie, le 5 octobre 2023. (Crédit : Capture d’écran)

« J’appelle les dirigeants à travailler dès maintenant pour réduire les tensions, demander des comptes aux auteurs de ces actes et mettre fin à ce cycle de violence insensé », a ajouté Wennesland.

La délégation de l’Union européenne (UE) auprès des Palestiniens a également publié une déclaration dans laquelle elle se dit « profondément préoccupée » par les violences de vendredi.

« La responsabilité et la protection des civils doivent être assurées », indique le communiqué.

Jeudi soir, un Palestinien armé s’est approché d’un véhicule appartenant à un Israélien dans la circulation à Huwara et a ouvert le feu à bout portant. La famille – composée d’un homme et son épouse, tous deux âgés de 25 ans et leur fille d’un an et demi – est sortie indemne.

L’assaillant a été abattu par les troupes israéliennes quelques heures après avoir fui le lieu de l’attaque.

Plus tard dans la nuit de jeudi à vendredi, des dizaines de résidents d’implantations sont arrivés à Huwara et ont marché dans la ville, certains endommageant des biens palestiniens, ce qui a conduit à des affrontements avec les habitants, a déclaré l’armée.

Le député d’extrême-droite Zvi Sukkot et d’autres Juifs israéliens priant à Huwara, après avoir installé une souccah dans la ville palestinienne pour protester contre une fusillade, le 5 octobre 2023. (Crédit : X ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Tsahal a déclaré dans un communiqué que les groupes se sont lancés des pierres les uns contre les autres, faisant quelques blessés légers et endommageant des véhicules. Trois Israéliens ont été légèrement blessés lors des affrontements, selon le service d’urgence de Rescuers Without Borders.

Les résidents d’implantations ont finalement quitté la ville après les affrontements. Aucune arrestation n’a été signalée.

Le législateur Zvi Sukkot (HaTzionout HaDatit) a également installé une souccah sur l’autoroute principale de Huwara, ce qui a nécessité l’envoi d’une compagnie supplémentaire de soldats dans la ville afin de sécuriser la présence de dizaines de résidents d’implantations ultra-nationalistes qui ont rejoint le législateur, a rapporté Haaretz.

Vendredi, Sukkot a accompagné le chef du parti et ministre des Finances Bezalel Smotrich lors d’une visite de Huwara.

Smotrich, qui est également ministre délégué de la Défense et qui dispose d’une large autorité sur les Affaires civiles en Cisjordanie, a accusé l’Iran d’être à l’origine de la récente série d’attentats, tout en s’en prenant aux hauts responsables de la sécurité pour leur réaction à la violence.

« L’establishment de la sécurité israélienne doit intérioriser les caractéristiques de cette vague [de terrorisme] et agir en conséquence », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le ministre des Finances Bezalel Smotrich, assis avec un blazer, dans la ville de Huwara, dans le nord de la Cisjordanie, le 6 octobre 2023. (Crédit : Facebook ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Smotrich a déclaré qu’il s’était entretenu avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu jeudi, lui disant que « les choses ne pouvaient pas continuer ainsi ». Smotrich a ajouté qu’il pensait que le Premier ministre était d’accord « avec le changement d’approche nécessaire ».

Le ministre d’extrême-droite a également demandé à Netanyahu d’ordonner que les magasins palestiniens de Huwara restent fermés jusqu’à ce que les travaux de construction d’une route de contournement pour les résidents d’implantations, qui durent depuis des années, soient achevés.

La visite de Smotrich à Huwara a eu lieu alors que Tsahal a à nouveau brièvement fermé la Route 60 pendant les funérailles d’un Palestinien qui, selon l’armée, a été abattu par les troupes après avoir lancé un gros parpaing sur un véhicule appartenant à des Israéliens.

Des images de Huwara ont montré des Palestiniens mettant le feu à des pneus et à d’autres objets. Le Croissant-Rouge a fait état de 51 blessés dans les affrontements avec les troupes israéliennes après les funérailles de Labib Muhammad Labib Dhamidi, 19 ans, la plupart d’entre eux ayant été victimes des effets du gaz lacrymogène.

Après les funérailles, Smotrich a envoyé une lettre à Netanyahu et au ministre de la Défense Yoav Gallant, affirmant qu’un responsable militaire avait menti sur les circonstances de la fermeture de la route.

À la suite de l’attentat de jeudi, Netanyahu a demandé aux hauts responsables de la défense d’intensifier les efforts de lutte contre le terrorisme en Cisjordanie et d’accélérer la construction de la route de contournement, comme l’exigent les représentants des résidents d’implantations qui accusent sa coalition radicale de ne pas réussir à endiguer le terrorisme.

Des soldats israéliens dans la ville palestinienne de Huwara, dans le nord de la Cisjordanie, le 6 octobre 2023. (Crédit : Armée israélienne)

La violence s’est intensifiée en Cisjordanie au cours des dix-huit derniers mois, avec une augmentation des tirs palestiniens contre des civils et des soldats israéliens, des arrestations quasi-quotidiennes par l’armée et une recrudescence des attaques de vengeance des résidents d’implantations juifs extrémistes contre les Palestiniens.

En février, après la mort de deux jeunes frères israéliens dans un attentat terroriste à Huwara, des résidents d’implantations ont saccagé la ville palestinienne, incendiant des maisons et des voitures et tuant des moutons, dans ce qui a été décrit comme un « pogrom » qui a pris l’armée au dépourvu.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.