Mandelblit avertit à nouveau les ministres de ne pas légaliser d’avant-postes
Rechercher

Mandelblit avertit à nouveau les ministres de ne pas légaliser d’avant-postes

Le procureur général s'oppose à toute annexion ou légalisation d'avant-poste en période électorale de la part d'un gouvernement en phase transitoire

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Le procureur-général Avichai Mandelblit lors d'une conférence à Airport City, aux abords de Tel Aviv, le 3 septembre 2019. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)
Le procureur-général Avichai Mandelblit lors d'une conférence à Airport City, aux abords de Tel Aviv, le 3 septembre 2019. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Le procureur général Avichai Mandelblit a émis un avis juridique s’opposant au projet du Premier ministre Benjamin Netanyahu de légaliser l’avant-poste Mevo’ot Yericho dans la vallée du Jourdain lors de la réunion du cabinet du dimanche, affirmant que la proposition a été élaborée avec « une considération électorale ».

Mandelblit a publié l’avis quelques heures après avoir signé une recommandation similaire formulée par le conseiller juridique du ministère de la Défense auprès des ministres du gouvernement, dans laquelle il les avertissait qu’“il existe un obstacle juridique à cette décision pendant une période électorale”.

Le procureur général a écrit que si le gouvernement a le droit de faire avancer les décisions visant à renforcer les implantations israéliennes en Cisjordanie, il est plus problématique de le faire lorsqu’il se trouve dans une phase transitoire.

« En période électorale, le gouvernement sortant est obligé d’agir avec modération en ce qui concerne les décisions prises et l’allocation des ressources », a expliqué Mandelblit.

L’avant-poste de Mevo’ot Yeriho dans la vallée du Jourdain en 2017. (Capture d’écran/YouTube)

Il soutient que les raisons en sont de deux ordres : un gouvernement de transition devrait éviter de prendre des décisions irréversibles à moins qu’elles ne soient absolument nécessaires. De plus, il fait valoir qu’il faut se méfier des ministres qui prennent de telles décisions en période d’élection.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...