Merkel dit que l’Allemagne doit faire face à l’antisémitisme
Rechercher

Merkel dit que l’Allemagne doit faire face à l’antisémitisme

La chancellière allemande a déclaré que l’antisémitisme en Allemagne doit être traité par le gouvernement et la société civile en général

(Rangée de devant) La chancelière allemande Angela Merkel (à droite), le président Joachim Gauck (2ème à droite), le Premier ministre de Saxe Stanislaw Tillich (à gauche) applaudissant la survivante de l'Holocauste, Ruth Kluger, après son discours lors de la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste, le 27 janvier 2016 au Parlement allemand à Berlin (Crédit : AFP / John MACDOUGALL)
(Rangée de devant) La chancelière allemande Angela Merkel (à droite), le président Joachim Gauck (2ème à droite), le Premier ministre de Saxe Stanislaw Tillich (à gauche) applaudissant la survivante de l'Holocauste, Ruth Kluger, après son discours lors de la Journée internationale de commémoration de l'Holocauste, le 27 janvier 2016 au Parlement allemand à Berlin (Crédit : AFP / John MACDOUGALL)

S’exprimant lundi devant plus de 100 parlementaires d’environ 40 pays regroupés à Berlin pour la troisième Coalition Inter-Parlementaire pour Combattre l’antisémitisme, Merkel a déclaré que les Juifs doivent se sentir libre de parler lorsqu’ils ont peur de l’antisémitisme, et ils doivent être écoutés avec compassion et préoccupation.

Qu’il s’agisse d’une critique remplie de haine à l’égard d’Israël, du vandalisme contre des cimetières ou des synagogues, « l’antisémitisme et les autres préjugés n’ont pas de place dans notre société », a déclaré Merkel.

« Si des tombes sont vandalisées, alors notre pays lui-même est vandalisé. Si des synagogues sont prises pour cible, cela secoue les fondations de notre société libre », a déclaré Merkel.

« Et les manifestants qui appellent à la destruction d’Israël laissent simplement s’exprimer leur haine des Juifs. En faisant cela, ils abusent des droits fondamentaux de notre pays à la liberté d’association et d’expression. Combattre toutes les manifestations d’antisémitisme et de haine est le « rôle commun du gouvernement et de la société civile, » a déclaré la chancelière.

La chancelière a par ailleurs défendu le président du Conseil Central des Juifs en Allemagne, Josef Schuster, dont elle a dit qu’il a été durement critiqué pour avoir exprimé ses craintes vis-à-vis de l’antisémitisme ancré chez certains nouveaux réfugiés en provenance de pays musulmans.

Plus d’un million de personnes ont cherché l’asile en Allemagne l’année dernière.

« C’est parfaitement légitime pour quelqu’un de partager ses préoccupations », a déclaré Merkel, soulignant que de nombreux réfugiés, « ont grandi avec certains stéréotypes ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...