Natan Sharansky reconduit pour un an de plus à la tête de l’Agence juive
Rechercher

Natan Sharansky reconduit pour un an de plus à la tête de l’Agence juive

Très soucieux de l'avenir des relations entre les Juifs américains et Israël, Sharansky a été reconduit, avec l'appui du Premier ministre, à la tête de l'Agence juive

Le Chef de l'Agence Juive Natan Sharansky prend la parole lors d'une réunion à la Knesset de la Commission du Lobby de la Religion etr de l'Etat le 27 décembre, 2016. Assis à sa gauche, le président d'ITIM, le Rabbin Seth Farber et à sa gauche, le co-président de la Commission et Parlementaire  Elazar Stern. (Autorisation  ITIM)
Le Chef de l'Agence Juive Natan Sharansky prend la parole lors d'une réunion à la Knesset de la Commission du Lobby de la Religion etr de l'Etat le 27 décembre, 2016. Assis à sa gauche, le président d'ITIM, le Rabbin Seth Farber et à sa gauche, le co-président de la Commission et Parlementaire Elazar Stern. (Autorisation ITIM)

Alors que le mandat de l’emblématique directeur de l’Agence juive, l’ex-refuznik Natan Sharansky, touchait à sa fin, et qu’il accéde au Comité de direction, l’Agence juive annonce qu’il occupera le poste pour une année supplémentaire.

C’est à sa propre demande, et avec l’appui du Premier ministre Benjamin Netanyahu, qu’après avoir dirigé l’Agence juive pendant deux mandats de 4 ans, Natan Sharansky est reconduit pour une année supplémentaire.

Si Sharansky a décidé de conserver son poste une année supplémentaire, c’est dit-il, « à cause de ce qui est arrivé ces derniers mois ».

« Nos discussions en cours avec le gouvernement autour du mur Occidental, et des sujets qui y sont reliés, sont arrivés à un point sensible, et je ferais le nécessaire pour garantir que les négociations qui furent un succès, aboutissent à de vrais résultats ».

Le véritable sujet « autour du mur Occidental » est celui du statut des Femmes du Mur. Mais au-delà des revendications de ces femmes, le réel enjeu est le signal envoyé aux juifs américains, dont le lien avec Israël, selon Sharansky, se distend de jour en jour.

Une des causes, selon l’analyse du célèbre refuznik, est l’image radicale du judaïsme lié au refus du parti Shas, d’octroyer une place aux mouvements réformés du judaïsme dans cet endroit hautement symbolique pour le peuple juif qu’est le Mur occidental.

L’expérimenté Tsahi Hanegbi va être nommé par le Premier ministre coordinateur du dossier.

« Les évènements des derniers mois ont causé une profonde polarisation entre certains juifs des Etats-Unis et d’Israël, et il est impératif de faire tout ce que l’on peut faire pour unir notre peuple. Ce sera notre tâche dans l’année à venir, » a déclaré Natan Sharansky.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...