Rechercher

Ned Price dénonce la célébration « odieuse » de Meir Kahane

Il s’agit de la première réprimande publique par un officiel de l’administration Biden visant Itamar Ben Gvir, qui espère devenir le prochain ministre de la Sécurité intérieure

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le chef du parti Otzma Yehudit, le député Itamar Ben Gvir, lors d'une cérémonie en l'honneur du rabbin Meir Kahane, leader juif extrémiste décédé, à Jérusalem, le 10 novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le chef du parti Otzma Yehudit, le député Itamar Ben Gvir, lors d'une cérémonie en l'honneur du rabbin Meir Kahane, leader juif extrémiste décédé, à Jérusalem, le 10 novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le porte-parole du Département d’État américain, Ned Price, a condamné la présence du député d’extrême-droite, Itamar Ben Gvir, à une cérémonie commémorative en l’honneur de Meir Kahane jeudi. Il s’agit de la première réprimande publique de la part de l’administration Biden à l’encontre du législateur de l’alliance HaTzionout HaDatit-Otzma Yehudit, qui vise à devenir le prochain ministre de la Sécurité intérieure d’Israël.

« Célébrer l’héritage d’une organisation terroriste est odieux. Il n’y a pas d’autre mot pour le dire. C’est tout simplement odieux », a déclaré Price lorsqu’il a été interrogé, lors d’une conférence de presse, sur la participation de Ben Gvir à l’événement commémoratif quelques heures plus tôt. Price faisait référence au groupe Kach, que le rabbin d’origine américaine avait fondé en 1971, et à sa branche Kahane Chai.

Kahane a dirigé le groupe jusqu’à son assassinat, en 1990. Les membres et les partisans de Kach et de Kahane Chai ont tué, attaqué, menacé ou harcelé des Arabes, des Palestiniens et des représentants du gouvernement israélien. Bien que l’organisation soit toujours illégale en Israël et aux États-Unis, Kach est en sommeil depuis 2005.

Ben Gvir et sa faction Otzma Yehudit se sont longtemps décrits comme des disciples de Kahane, bien que le législateur d’extrême-droite ait récemment affirmé avoir tempéré ses opinions. Lors de son discours à la cérémonie de commémoration de jeudi, Ben Gvir a souligné que, contrairement à Kahane, il ne croit plus que tous les Arabes devraient être expulsés d’Israël ni que les Arabes et les Juifs devraient avoir des plages séparées, ce qui lui a valu de se faire huer.

Mais les remarques n’ont pas semblé apaiser l’administration Biden, Price ajoutant que « nous restons préoccupés par l’héritage de Kahane Chai et par l’utilisation continue de la rhétorique des violents extrémistes de droite. Nous condamnons l’incitation, la violence et le racisme sous toutes ses formes… ».

« Ce n’est pas pour rien que Kahane Chai reste désigné comme une organisation terroriste mondiale spécialement désignée (SDGT – Specially Designated Global Terrorists) », a ajouté Price.

Le porte-parole du département d’État américain, Ned Price, s’exprimant lors d’une conférence de presse au département d’État, à Washington, le 10 mars 2022. (Crédit : Manuel Balce Ceneta/Pool/AFP)

Il a toutefois reconnu que, depuis mai, Kach n’est plus désigné comme une organisation terroriste étrangère (FTO-Foreign Terrorist Organization), une classification plus sévère qui avait été supprimée en raison de l’inactivité du groupe.

« Nous exhortons toutes les parties à garder leur calme, à faire preuve de retenue et à s’abstenir de toute action qui ne ferait qu’exacerber les tensions. Cela vaut également pour Jérusalem », a déclaré Price, faisant référence à la ville où se déroulait l’événement commémoratif annuel.

Ben Gvir a été rejoint à la conférence par plusieurs autres membres d’Otzma Yehudit, qui constituent un peu moins de la moitié de l’alliance du parti HaTzionout HaDatit des partis nationalistes religieux d’extrême-droite.

Dans son discours lors de l’événement, Ben Gvir a insisté sur le fait que « le rabbin Kahane parlait d’amour. L’amour d’Israël sans compromis, sans aucune autre considération ».

Des disciples du défunt rabbin Meir Kahane priant sur sa tombe au cimetière de Givat Shaul, à Jérusalem, le 10 novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Un ancien partenaire politique de Ben Gvir, le militant d’extrême-droite Baruch Marzel, a également pris la parole lors de l’événement et a appelé à expulser les plus de 300 000 Arabes israéliens qui ont voté pour les partis Balad et Raam, lors des dernières élections législatives.

« Rien ne s’arrêtera si nous ne vidons pas le marécage », a déclaré Marzel.

L’administration Biden a évité de commenter directement la montée en puissance du parti de Ben Gvir, qui devrait jouer un rôle de premier plan dans le prochain gouvernement du leader du Likud, Benjamin Netanyahu.

Un fonctionnaire au fait de la question a déclaré au Times of Israel, en début de semaine, que l’administration Biden attendait toujours que le gouvernement israélien soit formé avant de prendre une quelconque décision politique.

Le chef du parti Otzma Yehudit, le député Itamar Ben Gvir, lors d’une cérémonie en l’honneur du défunt leader extrémiste juif, le rabbin Meir Kahane, à Jérusalem, le 10 novembre 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Cependant, les États-Unis auront probablement du mal à travailler avec des ministres tels que Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir, selon le fonctionnaire.

Tous deux ont un longue passif de propos contre les Arabes, les Palestiniens, les personnes LGBTQ et le mouvement réformé du judaïsme. Smotrich avait été arrêté lors de manifestations contre le désengagement de Gaza en 2005 et Ben Gvir avait été condamné pour incitation au racisme et soutien à une organisation terroriste en 2007 pour avoir brandi une pancarte lors d’une manifestation sur laquelle on pouvait lire « Expulsez l’ennemi arabe » et « Kahane avait raison », en référence au rabbin extrémiste Meir Kahane, que Ben Gvir a décrit comme son mentor. Le député affirme qu’il est devenu plus modéré ces dernières années et qu’il se distingue désormais de Kahane en ce qu’il ne soutient que l’expulsion des Arabes qu’il juge « déloyaux », et non de tous les Arabes.

Meir Kahane s’adressant à un rassemblement au centre juif de Silver Springs, dans le Maryland, le 27 octobre 1988. (Crédit : AP Photo/Doug Mills)

Les deux législateurs pourraient avoir du mal à obtenir des visas pour se rendre aux États-Unis, même pour des affaires officielles du gouvernement, étant donné que le processus exige une vérification des antécédents criminels.

Pressé de réagir à la montée de l’extrême-droite en Israël la semaine dernière, Price a déclaré que les États-Unis « espèrent que tous les responsables du gouvernement israélien continueront à partager les valeurs d’une société ouverte et démocratique, notamment la tolérance et le respect de tous dans la société civile, en particulier des minorités ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...