Netanyahu dit tout faire pour défendre Israël, y compris en « Irak »
Rechercher

Netanyahu dit tout faire pour défendre Israël, y compris en « Irak »

Les commentaires du Premier ministre sont intervenus après que le gouvernement irakien a accusé Jérusalem d'avoir mené des frappes sur des milices pro-Iran en Irak

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu au Bureau du Premier ministre à Jérusalem le 23 juillet 2019. (Marc Israel Sellem/POOL)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu au Bureau du Premier ministre à Jérusalem le 23 juillet 2019. (Marc Israel Sellem/POOL)

Vendredi, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a semblé dire qu’Israël opérait aussi en Irak contre des intérêts iraniens.

Lors d’un discours en direct sur Facebook à ses militants, Netanyahu a déclaré : « Je fais tout pour défendre la sécurité de notre nation de toutes les directions : au nord, face au Liban et au Hezbollah, en Syrie face à l’Iran et au Hezbollah, et malheureusement en Irak avec l’Iran également. Nous sommes entourés par l’islam radical conduit par l’Iran ».

Ses commentaires sont intervenus après que le gouvernement irakien a accusé Israël d’être derrière une attaque sur une puissante milice soutenue par l’Iran dans son territoire plus tôt cette semaine.

Jusqu’à présent, les officiels israéliens ont évité de confirmer des suspicions que l’Etat juif était derrière une série de frappes ciblant les Forces de mobilisation populaire (FMP) soutenues par l’Iran en Irak, même si Netanyahu avait fait allusion à cette possibilité plus tôt ce mois.

Plusieurs bases des FMP à travers l’Irak ont récemment été frappées par des explosions et on a affirmé avoir repéré des activités des drones ces cinq dernières semaines. Les forces soutenues par l’Iran ont accusé Israël et les Etats-Unis.

Baghdad a exprimé sa colère après cette série d’attaques mystérieuses.

Des membres des Forces de mobilisation populaire se tiennent à côté d’une camion en feu après une attaque de drone imputée à Israël, à proximité du point de passage Qaim, dans la province Anbar, en Iraq, le 25 août 2019. (AP Photo)

Lundi, la coalition Fatah, qui représente le FMP au Parlement irakien, a dit qu’elle tenait les Etats-Unis comme étant entièrement responsables des frappes israéliennes présumées, « que nous considérons être une déclaration de guerre contre l’Irak et son peuple ». Le groupe a appelé au retrait des soldats américains d’Irak.

L’armée israélien a déclaré qu’elle ne commente pas les « informations étrangères », mais plusieurs dirigeants israéliens ont laissé entendre qu’Israël avait été impliqué dans les frappes. Lundi, le ministre des Finances Moshe Kahlon a dit qu’Israël était responsable de certaines, mais pas de toutes, les frappes qu’on lui a imputées dans la région.

Les deux officiels américains anonymes ont déclaré au New York Times la semaine dernière qu’Israël était responsable d’au moins deux attaques sur les positions des FMP.

Les tensions régionales ont fortement augmenté ces derniers jours après qu’Israël a mené des frappes aériennes sur des combattants iraniens et soutenus par l’Iran en Syrie pour déjouer ce que l’Etat juif a dit être une projet de lancer des drones chargés d’explosifs sur Israël.

Jérusalem a également été accusé d’avoir mené une frappe aérienne au Liban, ce qui a conduit le chef du Hezbollah Hassan Nasrallah à faire un discours enflammé samedi, au cours duquel il a promis de se venger.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...