Netanyahu : les incendies criminels pires que l’incendie du Carmel et le terrorisme
Rechercher

Netanyahu : les incendies criminels pires que l’incendie du Carmel et le terrorisme

Tout en déplorant les dégâts matériels, le Premier ministre affirme qu'une préparation adéquate et la coopération internationale ont sauvé des vies ; il propose la mise en place d'une force multinationale de lutte contre le feu

Elie Leshem is a news editor at The Times of Israel. When he isn't in the newsroom, he translates books and plays jazz guitar.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) entouré des ministres de la Sécurité intérieure Gilad Erdan (à droite) et des Finances Moshe Kahlon pendant la réunion hebdomadaire du cabinet organisée à Haïfa après les incendies, le 27 novembre 2016. (Crédit : AFP/Pool/Dan Balilty)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (au centre) entouré des ministres de la Sécurité intérieure Gilad Erdan (à droite) et des Finances Moshe Kahlon pendant la réunion hebdomadaire du cabinet organisée à Haïfa après les incendies, le 27 novembre 2016. (Crédit : AFP/Pool/Dan Balilty)

Les dizaines d’incendies qui ont détruit des centaines de maisons et forcé des dizaines de milliers de personnes à fuir sont à bien des égards pire que l’incendie le plus mortel de l’histoire d’Israël, et pire que les attaques terroristes, a déclaré dimanche le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

« A bien des égards, ces incendies sont plus graves que la tragédie du Carmel », a-t-il déclaré aux ministres qui assistaient à la réunion hebdomadaire qui a été organisée à Haïfa en signe de soutien à la ville du nord du pays, qui supporte la plus grande partie des dégâts causés par les flammes.

L’incendie du Carmel de 2010 avait détruit des grandes portions de forêt et entraîné la mort de 44 personnes, même s’il n’avait pas menacé de grandes zones urbaines.

Au contraire, la série d’incendies qui a frappé Israël ces derniers jours n’a fait aucun mort et un seul blessé grave, mais a provoqué des ravages considérables, avec des centaines de maisons détruites à Haïfa et ailleurs dans le pays.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, deuxième à droite, pendant la réunion hebdomadaire du cabinet à Haïfa, le 27 novembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, deuxième à droite, pendant la réunion hebdomadaire du cabinet à Haïfa, le 27 novembre 2016. (Crédit : Kobi Gideon/GPO)

Les autorités estiment que depuis mardi, près de 130 dunams (130 km²) ont été détruits, environ 30 % de plus que la surface détruite par les flammes des forêts du Carmel, près de Haïfa, il y a six ans.

Les responsables de la ville de Haïfa ont annoncé samedi que les incendies de la semaine avaient ravagé environ 28 000 dunams (28 km²) de terrains dans la ville depuis jeudi.

Au moins 60 000 habitants de la ville ont été évacués jeudi, alors que les pompiers luttaient pour contenir les flammes entrées dans une dizaine de quartiers de la ville depuis la forêt du Carmel voisine.

La plupart d’entre eux sont rentrés chez eux dimanche matin, mais environ 1 600 personnes n’ont toujours pas de domicile. Entre 400 et 530 appartements auraient été totalement détruits par les flammes. Des dizaines de maisons d’autres communes auraient également été endommagées par d’autres incendies.

Le ministre des Finances Moshe Kahlon a approuvé samedi soir une allocation de 2 500 shekels (environ 600 euros) par personne pour ceux qui ont fui les incendies et ne peuvent pas rentrer chez eux parce que leurs domiciles ont été détruits ou ne sont pas habitables en l’état.

Tout en déplorant la destruction de propriétés, Netanyahu a déclaré qu’une préparation adéquate avait empêché des morts. « Nous avons sauvé des vies », a-t-il déclaré.

Netanyahu a ajouté que les incendies, dont beaucoup ont été causés, selon des responsables, par des pyromanes arabes, sont pires que « d’autres attaques terroristes ».

« La sévérité de ces affaires n’est pas équivalente à la sévérité de d’autres attaques terroristes, parce que [le feu] est si puissant et fait appel aux forces de la nature pour semer la mort et la destruction », a déclaré Netanyahu.

Un Palestinien allume un feu dans un champ près de Battir, près de Bethléem, le 26 novembre 2016. (Crédit : Autorité israélienne de la nature et des parcs)
Un Palestinien allume un feu dans un champ près de Battir, près de Bethléem, le 26 novembre 2016. (Crédit : Autorité israélienne de la nature et des parcs)

Au total, au moins 35 personnes ont été arrêtées depuis jeudi en lien avec les incendies, mais la police n’a pas indiqué combien d’entre eux étaient des pyromanes présumés, et combien auraient incité à allumer des incendies.

Dimanche matin, le ministre de la Défense Avigdor Liberman a déclaré qu’il existait des « preuves » pour 17 des 110 incendies enregistrés, et que les autorités « enquêtent toujours sur les autres incidents. »

Pendant toute la semaine, des équipements de lutte contre le feu venues des Etats-Unis, de Russie, de Turquie, de Grèce, de France, d’Espagne, du Canada et de l’Autorité palestinienne ont rejoint les pompiers israéliens pour déverser des tonnes d’eau et de retardateurs sur les incendies en Israël et en Cisjordanie.

Suite aux incendies, Netanyahu a déclaré avoir ordonné à ses ministres de réduire les démarches administratives pour les victimes, et qu’il comptait accélérer la coopération internationale pour réprimer les incendies.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aux côtés de Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, briefés par les autorités sur la vague d'incendies qui menace le pays, le 24 novembre 2016. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu aux côtés de Gilad Erdan, ministre de la Sécurité intérieure, briefés par les autorités sur la vague d’incendies qui menace le pays, le 24 novembre 2016. (Crédit : Amos Ben Gershom/GPO)

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan a répété qu’il allait mettre en place de nouvelles régulations pour que les citoyens qui ont appelé les pompiers ces derniers jours soient exemptés des frais habituels.

« L’Etat d’Israël fait face au défi complexe des incendies volontaires ou non dans tout le pays, a-t-il déclaré dans un communiqué. Déjà dans le futur budget [de l’Etat] j’ai travaillé à sécuriser un budget pour annuler les frais de pompiers. »

« Nous devons rendre les choses aussi faciles que possible pour les personnes dont les maisons ont brûlées, et ne pas ajouter plus de difficulté en leur demandant de payer pour avoir demander les services des pompiers. »

Le Premier ministre a « initié la mise en place d’une force multinationale qui sera coordonnée non seulement de manière opérationnelle, mais aussi pour les achats d’avions, ce qui permettra une efficacité à une échelle mondiale. »

Netanyahu a précisé que les dirigeants régionaux avaient « exprimé un intérêt » pour son projet.

Le Premier ministre a également réagi à un échange de tirs transfrontaliers qui a eu lieu dimanche matin à la frontière syrienne, et dans lequel les forces israéliennes ont combattu des forces affiliées à l’Etat islamique.

« Nous ne permettrons pas aux membres de l’Etat islamique ou d’autres groupes d’utiliser la guerre civile syrienne pour installer une base à notre frontière », a-t-il déclaré.

Quatre membres de l’Armée Khalid ibn al-Walid ont été tués par une frappe israélienne dimanche matin après avoir tiré sur des soldats qui avaient passé la clôture de sécurité de la frontière. Il s’agit du premier échange important entre Israël et le groupe, affilié à l’Etat islamique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...