Netanyahu prévient de la menace technologique sur les emplois et les taxes
Rechercher

Netanyahu prévient de la menace technologique sur les emplois et les taxes

Alors que la technologie permet à moins de personnes de produire plus, Israël va lutter pour trouver du travail pour tous, affirme le Premier ministre

L'ancien président Shimon Peres (au centre), avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le président Reuven Rivlin pour la cérémonie de pose de la première pierre du Centre d'innovation israélien, le 21 juillet 2016. (Crédit : autorisation)
L'ancien président Shimon Peres (au centre), avec le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le président Reuven Rivlin pour la cérémonie de pose de la première pierre du Centre d'innovation israélien, le 21 juillet 2016. (Crédit : autorisation)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a prévenu jeudi des dangers cachés liés aux avancées technologiques qui pourraient avoir un impact sur la main-d’œuvre israélienne et sur les politiques de taxes dans le futur.

S’exprimant lors de la cérémonie de lancement du Centre d’innovation israélien, organisée au sein du Centre Peres pour la paix de Jaffa, Netanyahu a affirmé qu’un manque de travailleurs qualifiés dans l’industrie de la high tech, une inquiétude fréquemment mentionnée par beaucoup de dirigeants dans l’industrie et par des responsables gouvernementaux, n’est peut-être pas la menace principale à laquelle le paysage high tech et économique d’Israël fait face.

Alors que le ‘big data’ et l’intelligence artificielle permettent aux nations de produire plus avec moins, Israël et d’autres pays vont devoir combattre pour trouver des emplois à ceux qui voient leur travail remplacé par des machines. « Ce que la carte de l’emploi va devenir dans un monde d’innovation n’est pas clair, a affirmé Netanyahu. Je ne suis pas sûr que nous allons pouvoir garder le public dans son ensemble employé de façon adéquate. »

Israël, dont l’économie a été alimentée par son industrie high-tech et ses exportations, profite du niveau de chômage le plus bas depuis des décennies, avec un chômage à 5,3 % durant le premier trimestre de l’année, d’après des données compilées par la Banque d’Israël.

La majorité de sa population active est toujours employée dans des industries traditionnelles, avec beaucoup de gens non formés en termes de compétences technologiques. D’autres, comme les membres des communautés ultra-orthodoxe et arabe, se trouvent pour une large part en dehors du marché de l’emploi.

Les dirigeants de l’industrie high-tech, des analystes et des responsables gouvernementaux officiels ont prévenu qu’un déficit de travailleurs qualifiés serait une menace majeure pour le secteur technologique du pays, dont on prévoit qu’il va souffrir d’un manque de plus de 10 000 ingénieurs et programmeurs dans la décennie à venir si le gouvernement ne prend pas des mesures immédiates, a affirmé le ministère de l’Économie et de l’industrie.

Netanyahu a ajouté, cependant, qu’un manque de travailleurs qualifiés dans le secteur technologique n’était qu’un problème temporaire qui pouvait être résolu en important des travailleurs experts jusqu’à ce qu’une nouvelle génération d’étudiants qualifiés ne soit formée et que des nouveaux travailleurs n’arrive depuis les viviers de ressources humaines non exploitées que sont les populations ultra-orthodoxe et arabe.

« Nous pouvons également importer des experts, ce n’est pas un désastre, » a-t-il dit.

Alors même que de plus en plus de gens bénéficient de l’industrie de la high-tech, il y aura toujours une majorité de gens qui ne seront pas touchés par ses fruits, a affirmé Netanyahu.

« Aujourd’hui 10 % de notre population profite des fruits de la high tech, » a-t-il dit. « Et même si on élargit ce chiffre à 15 ou 20 %, il y aura toujours les 80 % restants » qui resteront en dehors du cercle de la high tech, a-t-il ajouté.

Afin d’aider cette population, il y aura une pression de la part du gouvernement d’augmenter les taxes, a-t-il affirmé. Et cela, en retour, va placer Israël dans une situation désavantagée en comparaison d’autres pays avec lesquels elle est en compétition sur la scène technologique. Des taxes plus élevées vont infléchir l’entrepreneuriat et vont pousser les compagnies à établir des entreprises où les taxes sont plus basses, a dit Netanyahu.

« Nous allons faire face à ce défi très bientôt, » a-t-il ajouté. « Le monde de l’innovation et de la technologie, de l’intelligence artificielle et des données massives va créer pour nous tous de très grands défis. Les plus grands pour nous seront ceux de l’emploi et de la taxation. »

Le ministère des Finances travaille déjà à un plan qui prévoit des baisses d’impôtsdes grandes et moyennes compagnies du secteur technologique qui opèrent en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...