Israël en guerre - Jour 236

Rechercher

Netanyahu prévoit un tête-à-tête avec Gallant après ses critiques et promet que l’AP ne jouera aucun rôle à Gaza

Laisser l'AP revenir à Gaza "après ce qui s'est passé ici" serait "une récompense pour le terrorisme", selon le Premier ministre

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec des soldats de Tsahal dans le sud d'Israël, le 16 mai 2024. (Crédit : Maayan Toaf / GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avec des soldats de Tsahal dans le sud d'Israël, le 16 mai 2024. (Crédit : Maayan Toaf / GPO)

S’adressant aux journalistes dans le sud d’Israël, près de la frontière de Gaza, jeudi soir, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré qu’il s’entretiendra bientôt en tête-à-tête avec le ministre de la Défense Yoav Gallant, après que ce dernier a exigé mercredi que soit publiquement exclue toute gouvernance militaire ou civile de Gaza par Israël après le Hamas, et a suggéré que des « entités palestiniennes » et d’autres « acteurs internationaux » gouvernent la bande de Gaza.

Lorsqu’on lui demande s’il fait toujours confiance à Gallant et si les deux hommes peuvent travailler ensemble, Netanyahu a répondu laconiquement : « Si vous parlez de ce que le ministre de la Défense a dit hier, alors ce que j’ai à lui dire, je le dirai d’abord en tête-à-tête, et pas ici. »

Lorsqu’on lui a demandé si cette réunion aura lieu bientôt, il a répondu : « Absolument. »

Le désaccord public entre Netanyahu et Gallant est survenu après que le Premier ministre a rejeté toute discussion sur le « jour d’après » à Gaza, estimant que cela n’avait pas de sens tant que le Hamas n’était pas vaincu.

Un journaliste a souligné que ce que Gallant préconise essentiellement, c’est de ramener l’Autorité palestinienne à Gaza, ce à quoi Netanyahu a répondu : « Je m’oppose fermement à ce que le Hamastan soit remplacé par le Fatahstan », en référence au Fatah, le parti du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas.

Il a répété que l’Autorité palestinienne « finance le terrorisme, soutient le terrorisme, éduque au terrorisme » et qu’elle « mène une campagne mondiale contre nous – à la Cour internationale de La Haye et dans toutes les institutions de l’ONU qui cherchent à nous étouffer ».

Laisser l’AP revenir à Gaza « après ce qui s’est passé ici » serait « une récompense pour le terrorisme », a-t-il dit. « Ils étaient à Gaza – là, sur cette dune. Et que s’est-il passé ? Le Hamas les a chassés et a pris le pouvoir. »

« Ce qui s’est passé en 2007 se reproduira », a prédit Netanyahu.

« Nous ne referons pas cette erreur…. Si quelqu’un veut faire intervenir l’AP, il doit le dire clairement. »

Se référant à l’allégation de Gallant selon laquelle Netanyahu refuse de prendre des décisions sur l’après-Hamas à Gaza, le Premier ministre a déclaré, à propos de l’entrée de l’AP à Gaza que c’est « une décision que je refuse de prendre ».

À la suite de la déclaration de Gallant, les législateurs de droite ont exhorté Netanyahu à renvoyer le ministre de la Défense pour ce qui serait la deuxième fois en 14 mois.

En mars 2023, Netanyahu a licencié Gallant car ce dernier avait mis en garde contre les divisions en Israël causées par les projets de réforme judiciaire promus par la coalition, avant d’annuler ce limogeage face au tollé général suscité. Certains membres de la coalition, notamment les ministres d’extrême droite Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir, ont demandé à Netanyahu de renvoyer à nouveau Gallant.

Un groupe d’Israéliens de droite a organisé une manifestation devant le quartier général de l’armée à Tel-Aviv jeudi soir, appelant à la destitution de Gallant. Plusieurs manifestants arboraient des drapeaux du Likud, le parti auquel appartient M. Gallant, tandis que d’autres brandissaient des pancartes appelant à son départ.

S’adressant aux troupes des Tsahal à la frontière de Gaza, Netanyahu a déclaré jeudi que l’offensive à Rafah était « critique ».

« Cette bataille, dont vous faites partie intégrante, est une bataille qui décidera de beaucoup de choses dans cette campagne », a-t-il déclaré, expliquant aux soldats que Rafah était la ligne de vie dont dépendait le groupe terroriste.

Gallant a également abordé la question de l’opération Rafah lors d’une conversation avec les troupes jeudi, promettant que l’opération s’intensifierait.

Interrogé sur les raisons pour lesquelles, contrairement au chef d’état-major et au chef du Shin Bet, il refuse de se déclarer responsable de la catastrophe du 7 octobre, Netanyahu a répondu que « le gouvernement est responsable de la protection de la sécurité d’Israël. Les forces israéliennes et les services de sécurité sont responsables de la protection de la sécurité d’Israël. Il est clair qu’il y a eu un échec. En ce qui concerne l’attribution des responsabilités, le degré de responsabilité, toutes ces choses, tout le monde, moi y compris, devra répondre à des questions difficiles. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.