Netanyahu reçoit une militante suspectée d’avoir menacé Mandelblit – médias
Rechercher

Netanyahu reçoit une militante suspectée d’avoir menacé Mandelblit – médias

Après qu'il s'en est pris au procureur dans son discours prononcé avant le début de son procès, le Premier ministre aurait reçu Orly Lev, interrogée pour avoir menacé Mandelblit

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) avec le secrétaire du cabinet d'alors et actuel procureur général Avichai Mandelblit, le 26 mai 2015. (Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) avec le secrétaire du cabinet d'alors et actuel procureur général Avichai Mandelblit, le 26 mai 2015. (Marc Israel Sellem/Pool/Flash90)

Après avoir assisté à la première audience de son procès pour corruption dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a accueilli plusieurs leaders des manifestations de soutien en sa faveur, dont une militante qui a été interrogée parce qu’elle est soupçonnée d’incitation contre le procureur général Avichai Mandelblit.

Netanyahu est devenu le premier Premier ministre israélien en exercice à subir un procès pénal, en prenant place sur le banc des accusés au tribunal du district de Jérusalem. Avant l’audience, il a prononcé un long discours dans lequel il a notamment qualifié les affaires judiciaires de « fabriquées » et s’est insurgé contre Mandelblit, l’accusant de se livrer à des manœuvres politiciennes et de tenter, avec les forces de police, de l’évincer du pouvoir.

Des rassemblements ont eu lieu à proximité, l’un en faveur de Netanyahu devant le tribunal et l’autre contre lui devant la résidence du Premier ministre dans la rue Balfour.

Le Premier ministre a ensuite accueilli plusieurs des dirigeants des manifestations pro-Netanyahu dans sa résidence officielle pour leur témoigner sa gratitude.

הוא שווה כל דקה שניתן בשבילו. ואנחנו ננצח

פורסם על ידי ‏‎Orly Lev‎‏ ב- יום ראשון, 24 במאי 2020

L’un de ces chanceux militants était Orly Lev, qui a été identifiée par la Douzième chaîne comme l’un des deux leaders de la protestation qui ont été arrêtés et interrogés par la police au début de ce mois, soupçonnés d’avoir menacé et harcelé Avichai Mandelblit, ancien chef de cabinet de Netanyahu, mais qui a pris la décision au début de cette année de l’inculper pour corruption, fraude et abus de confiance.

Depuis, le procureur est sous le feu des critiques, le Premier ministre et ses proches ayant mené une vaste campagne contre lui au cours des dernières semaines.

Selon le reportage, Orly Lev a publié le numéro de téléphone personnel d’Avichai Mandelblit dans les groupes WhatsApp qu’elle administre.

Elle aurait écrit au sujet du procureur général que « ce sourire doit être effacé de son visage ». Elle aurait également appelé la présidente de la Cour suprême Esther Hayut « la juge la plus salope d’Israël ».

Des photos qu’elle a publiées sur Facebook après l’audience la montrent aux côtés de Netanyahu à la résidence de celui-ci, apparemment l’une des rares à avoir reçu cet honneur.

Elle et une autre suspecte ont été entendues par l’unité Lahav 433 le 14 mai. Elles ont tous deux été libérées sous caution peu après.

Un avocat représentant l’une des suspectes a expliqué que sa cliente s’était livrée à une critique légitime du procureur général.

« La police aux mains sales tente de faire taire les critiques légitimes. Ma cliente n’a pas menacé ou harcelé Mandelblit – elle a demandé aux citoyens de le contacter et de lui demander des réponses. Une personne au pouvoir comme Mandelblit doit donner des réponses à la population », a déclaré Yitzchak Bam à la chaîne publique Kan.

Mandelblit a déposé plainte auprès de la police la veille en raison de ces menaces.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à la première réunion du cabinet du nouveau gouvernement dans la salle Chagall de la Knesset, le dimanche 24 mai 2020. (Abir Sultan/Pool Photo via AP)

Un communiqué du ministère de la Justice indique que Mandelblit a fourni aux enquêteurs de police des témoignages et que les messages, envoyés pour la plupart sur le téléphone portable du procureur général ces dernières 24 heures, semblaient s’inscrire dans le cadre d’une campagne organisée.

« Ce harcèlement, qui semble être coordonné, s’est poursuivi durant la nuit et ce matin. Il est constitué de menaces, de railleries et de provocations », rapporte le communiqué.

Le ministère n’a pas précisé qui pourrait en être à l’origine.

A LIRE – Etat d’Israël vs. Netanyahu : détails de l’acte d’accusation du Premier ministre

Mandelblit a reçu notamment des messages dans lesquels on peut lire : « Vous et votre famille allez mourir » ; « Vous devriez vous tuer » et « Nous vous trouverons, vous et vos enfants », ainsi qu’une photo de lui en uniforme nazi, selon les Douzième et Treizième chaînes. Il aurait également reçu une vidéo d’un cercueil.

Mandelblit avait été vivement critiqué après qu’une journaliste a enfreint un embargo pour soulever des questions sur sa conduite dans l’affaire dite Harpaz, un scandale de 2010 dans lequel il avait été brièvement soupçonné d’avoir aidé des hauts gradés de l’armée à couvrir une campagne de diffamation. Les poursuites contre lui avaient été abandonnées.

Dimanche, le ministre du Likud Yoav Gallant, autre acteur du scandale, a déclaré que « Mandelblit… doit une explication au public ».

Le procureur général avait également été visé ces derniers mois par les sympathisants du Premier ministre après avoir annoncé sa mise en examen l’année dernière.

La police avait déjà enquêté sur ces actes de harcèlement visant le procureur, et en 2018, la tombe de son père avait été profanée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...