NY : le leader des manifs anti-confinement veut se battre mais sans violence
Rechercher

NY : le leader des manifs anti-confinement veut se battre mais sans violence

Heshy Tichler, mis en examen pour incitation aux émeutes, a été libéré de prison et a déclaré ne pas "cautionner la violence"

Heshy Tischler, au centre, candidat au conseil municipal et militant dans le quartier juif orthodoxe de Borough Park, sort du tribunal pénal du comté de Kings après sa mise en accusation, le 12 octobre 2020, à New York. (AP Photo/Yuki Iwamura)
Heshy Tischler, au centre, candidat au conseil municipal et militant dans le quartier juif orthodoxe de Borough Park, sort du tribunal pénal du comté de Kings après sa mise en accusation, le 12 octobre 2020, à New York. (AP Photo/Yuki Iwamura)

JTA — Au lendemain de son arrestation pour incitation à la violence durant une émeute, Heshy Tichler, figure de proue des manifestations d’orthodoxes contre le confinement à Brooklyn, a été libéré de prison et a pris la parole devant son domicile de Borough Park.

« Je ne cautionne pas la violence, je ne veux pas que quiconque soit violent », a-t-il dit, s’adressant à la foule par le biais d’une sono depuis l’escalier de sa maison. « Je veux que tout le monde profite de nous, de ce que nous allons faire. Nous allons continuer à nous battre. »

Ce petit discours fait suite à quelques jours tumultueux pour Tischler et ses partisans. Après avoir emmené une foule de manifestant acculer le journaliste juif du Jewish Insider et membre de la communauté hassidique de Borough Park Jacob Kornbluh mercredi dernier, Tischler a annoncé vendredi après-midi qu’il serait arrêté lundi matin. Mais dimanche soir, des policiers se sont présentés à son domicile pour l’arrêter. Le procureur du district de Brooklyn l’a mis en examen pour incitation à une émeute et détention illégale en lien avec l’incident avec Kornbluh. Il a été libéré sans caution.

Dimanche soir, des soutiens de Tischler se sont réunis devant la maison de Kornbluh, scandant le mot « moser« , un terme hébraïque équivalent à celui de « délateur » et utilisé contre les Juifs accusés de dénoncer leurs coreligionnaires aux autorités laïques. Selon certains textes de loi juive, la délation est passible de mort.

En avril, Kornbluh avait déjà été traité de « moser » parce qu’il avait écrit sur le port du masque et la distanciation sociale.

A LIRE : NY : même en pleine pandémie, les lanceurs d’alerte haredim accusés de trahison

Tischler est devenu le chef d’un mouvement de protestation, composé en grande partie de jeunes hommes en vacances pour Soukkot. Ce mouvement pourrait se prolonger pendant des semaines si le gouverneur maintient les écoles fermées dans le but d’arrêter la propagation du coronavirus, qui repousse les restrictions imposées aux synagogues et aux yeshivas.

Frustré par les restrictions imposées aux quartiers orthodoxes comme Borough Park et par le manque de résultats obtenus par les dirigeants élus du quartier, Tischler, un animateur radio virulent et ex-condamné, est devenu le leader de facto de la jeunesse agitée de Borough Park.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...