Palestinien brûlé vif : la prison à vie requise contre 2 Israéliens
Rechercher

Palestinien brûlé vif : la prison à vie requise contre 2 Israéliens

Le père de Mohammed Abu Khdeir a dénoncé "ces criminels, ces nouveaux nazis" qui ont brûlé son fils

La maison de l'adolescent Mohammed Abu Khdeir (Crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)
La maison de l'adolescent Mohammed Abu Khdeir (Crédit : Elhanan Miller/Times of Israel)

L’accusation a requis mercredi devant un tribunal israélien de Jérusalem la prison à vie contre deux jeunes juifs accusés d’avoir participé au meurtre d’un adolescent palestinien brûlé vif en 2014, a constaté une journaliste de l’AFP.

L’assassinat de Mohammed Abu Khdeir avait contribué à l’escalade des violences menant à la guerre de Gaza en juillet-août 2014.

Trois juifs israéliens sont jugés depuis des mois pour le crime, mais le tribunal devait entendre mercredi les réquisitions du procureur puis les plaidoiries de la défense pour deux d’entre eux, mineurs au moment des faits.

Lors de l’audience pour la détermination de la peine des meurtriers de Mohammed Abu Khdeir, le père de l’adolescent Jérusalem-Est a déclaré : « Je suis le père du shahid [martyr] que ces criminels, ces nouveaux nazis, ont brûlés », selon le site Walla.

« Nous avons vécu heureux et maintenant nos vies sont changées », a ajouté Hussein Abu Khdeir.

Hussein Abu Khdeir a déclaré que si le gouvernement avait démoli les maisons des tueurs de son fils, la famille Dawabsha n’aurait pas été assassinée le 31 juillet 2015 pendant une attaque à la bombe incendiaire à Duma, en Cisjordanie.

« Mes clients juifs me demandent si je les hais, et je leur dis que non, je hais ceux qui ont brûlé [mon fils] », a-t-il déclaré au tribunal, selon la Dixième chaîne.

« Je demande que vous leur donniez la peine la plus sévère, le démolition de leurs maisons, comme ils le font pour les arabes. Il doit y avoir une égalité dans les peines. S’ils avaient démoli leurs maisons, la famille Dawabsha n’aurait pas été brûlée. Des peines légères les encouragent à commettre ce genre d’attaques ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...