Israël en guerre - Jour 143

Rechercher

Pèlerinage à Ouman : Eliezer Berland refoulé au poste-frontière ukrainien

Malgré la demande d’autorisation demandée par Meïr Porush, le rabbin délinquant sexuel s'est vu interdir de passer la frontière entre la Roumanie et l'Ukraine

Le rabbin Eliezer Berland exhortant ses disciples à se rendre à Ouman, en août 2022. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Le rabbin Eliezer Berland exhortant ses disciples à se rendre à Ouman, en août 2022. (Crédit : Capture d'écran YouTube ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Le rabbin Eliezer Berland, condamné entre autres pour agression sexuelle, a tenté d’entrer en Ukraine en dépit d’une interdiction et a été refoulé par les gardes-frontières, ont rapporté jeudi les médias israéliens.

Berland a tenté de passer de Roumanie, où il se trouve depuis une semaine, afin de pouvoir se rendre en pèlerinage dans la ville d’Ouman pour la prochaine fête de Rosh HaShana.

L’Ukraine avait placé Berland sur sa liste noire de visas après qu’il a déclaré dans un discours que le pays avait été envahi par la Russie en 2022 pour punir Kiev d’avoir empêché les membres de sa secte Shuvu Bonim de se rendre à Ouman au cours des dernières années. Les remarques avaient été rapportées sur un site web diffusant les leçons de Torah de Berland, puis rapidement supprimées, mais pas avant que les autorités ukrainiennes n’en ont eu vent et n’ont frappé le rabbin d’une interdiction d’entrer dans le pays pour une durée de trois ans.

Selon les médias israéliens, le ministre des Affaires de Jérusalem et du Patrimoine juif Meïr Porush, qui siège à la Knesset dans les rangs de la faction ultra-orthodoxe Yahadout HaTorah, aurait récemment adressé un courrier personnel à l’ambassadeur d’Ukraine en Israël, Yevgen Korniychuk, lui demandant de retirer Berland de la liste noire. Korniychuk lui avait répondu que les autorités israéliennes devaient en faire la demande officielle, ce qu’il n’aurait pas fait.

Le député de Yahadout HaTorah, Meir Porush, arrivant pour les pourparlers de coalition au siège du Likud, à Tel Aviv, le 10 novembre 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

En plus du courrier à l’ambassadeur, Porush aurait rédigé une lettre de recommandation à l’appui du recours introduit par Berland auprès d’un tribunal administratif ukrainien contre son interdiction de visa. Cet appel a été rejeté.

Selon la Douzième chaine, les autorités ukrainiennes ont interdit leur territoire – et donc le pèlerinage à Ouman – aux membres de la secte Shuvu Bonim de Berland en considération de leur comportement, en particulier pendant la pandémie de COVID-19. La chaine ne précise pas ce qui a contrarié les autorités ukrainiennes. En 2022, Berland avait invité ses fidèles à se rendre à Ouman en dépit des mises en garde des autorités ukrainiennes et israéliennes de ne pas venir en raison de l’invasion russe.

Aujourd’hui âgé de 85 ans, Berland a purgé plusieurs peines de prison pour des infractions sexuelles et des escroqueries. En 2021, il a été impliqué – mais pas inculpé – dans une affaire de meurtre d’un adolescent remontant à plusieurs dizaines d’années. Il a également fait l’objet de sanctions de la part des autorités israéliennes, comme l’interdiction de sortie du territoire prise en 2017.

En dépit de cette interdiction et des avertissements du gouvernement concernant les déplacements dans une Ukraine en guerre, le tribunal de Jérusalem lui avait accordé l’an dernier l’autorisation de se rendre à Ouman pour Rosh HaShana.

Les victimes de Berland s’étaient opposées à cette autorisation, affirmant devant le tribunal qu’il avait déjà bénéficié de « largesses infinies » au fil des procédures pénales, en raison de son âge avancé et de son mauvais état de santé.

En 2018 et 2019, il avait également été autorisé à effectuer le déplacement pour Rosh HaShana, mais pas en 2020 et 2021, parce qu’il se trouvait alternativement en prison et empêché par les restrictions de voyage liées à la pandémie de COVID-19.

Chaque année, des dizaines de milliers de pèlerins juifs venus du monde entier, essentiellement des hassidim, se rendent à Ouman sur la tombe du rabbin Nahman de Breslev (1772-1810) au moment de Rosh HaShana – le Nouvel an juif – célébré cette année du 15 au 17 septembre.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.