Plus d’aides aux familles nombreuses suite aux pressions orthodoxes et arabes
Rechercher

Plus d’aides aux familles nombreuses suite aux pressions orthodoxes et arabes

Le gouvernement accepte de payer pour chaque enfant ; les discussions se poursuivent au sein de la commission des Finances de la Knesset après le premier vote du projet de loi

Le député arabe Ahmad Tibi (à droite) avec Moshe Gafni (à gauche) du parti Yahadout HaTorah lors d'une réunion de l'opposition à la Knesset, le 9 mars 2014. (Tomer Neuberg/Flash90)
Le député arabe Ahmad Tibi (à droite) avec Moshe Gafni (à gauche) du parti Yahadout HaTorah lors d'une réunion de l'opposition à la Knesset, le 9 mars 2014. (Tomer Neuberg/Flash90)

Un plan gouvernemental visant à distribuer des chèques de relance à tous les citoyens israéliens, à l’exception des très hauts revenus, sera probablement modifié pour favoriser les familles avec de nombreux enfants, suite aux demandes des partis ultra-orthodoxes et arabes, ont rapporté mardi les médias en langue hébraïque.

Selon le plan initial, les Israéliens célibataires âgés de 18 ans et plus recevraient chacun un paiement unique de 750 NIS (187,50 €). Les couples avec un enfant recevraient 2 000 NIS (500 €), passant à 2 500 NIS (625 €) pour ceux qui ont deux enfants, et 3 000 NIS (750 €) pour ceux qui en ont trois ou plus.

Selon un accord de compromis conclu à la commission des Finances de la Knesset, une famille recevra en outre 500 NIS (125 euros) pour un quatrième enfant, 250 NIS (62,50 euros) pour les cinquième et sixième, et 100 NIS (25 euros) pour tout enfant supplémentaire au-delà de six.

Le représentant de la coalition, Miki Zohar (Likud), a déclaré au début de la réunion que le gouvernement et le Premier ministre Benjamin Netanyahu accepteraient ce compromis, qui a été atteint au cours des négociations de cette nuit.

Des hommes ultra-orthodoxes et leurs enfants participent à une manifestation contre les restrictions gouvernementales dans le quartier de Mea Shearim, à Jérusalem, le 10 mai 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

« Les familles qui ont beaucoup d’enfants n’ont pas à être pénalisées par le fait d’avoir beaucoup d’enfants », a-t-il déclaré. « Je pense plutôt que cela profite aux citoyens ».

Ce développement est intervenu après que le président de la commission, le député Moshe Gafni, de Yahadout HaTorah, a menacé de bloquer l’ensemble du plan d’aide si aucun paiement supplémentaire n’était ajouté pour le quatrième enfant et plus.

Une demande similaire a été faite la semaine dernière par le député Ahmad Tibi de la Liste arabe unie.

Les communautés ultra-orthodoxes et arabes ont des taux de natalité nettement plus élevés que les autres Israéliens.

La Knesset a avancé le plan original lundi soir, dans un contexte de crise économique provoquée par la pandémie, avec l’adoption en première lecture de la législation au Parlement 80-0. Il a donc été envoyé à la commission des Finances pour un complément d’information avant de passer en deuxième et troisième lectures à la Knesset en fin de semaine.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...