Israël en guerre - Jour 231

Rechercher

Pour la communauté juive, les émeutes de Paris alimentent la crainte d’être ciblée

Les pillages et les incendies déclenchés suite à la mort de Nahel, 17 ans, rappellent à beaucoup une vague d'attaques antisémites survenue il y a moins de dix ans

Des policiers patrouillant devant l'Arc de Triomphe sur les Champs Elysées, à Paris, le 1er juillet 2023. (Crédit : AP/Christophe Ena)
Des policiers patrouillant devant l'Arc de Triomphe sur les Champs Elysées, à Paris, le 1er juillet 2023. (Crédit : AP/Christophe Ena)

Avant le coucher du soleil, Jonathan C. tire les rideaux de son appartement de Sarcelles, en banlieue parisienne, et s’assure qu’aucune lumière n’est visible de l’extérieur.

« Je ne veux pas que mon appartement soit vu de la rue et qu’il soit pris pour cible », a déclaré Jonathan C., un Juif de 40 ans qui travaille dans la ville en tant que professionnel de l’approvisionnement, au Times of Israel vendredi.

« J’ai très peur », a-t-il ajouté, faisant référence à la vague d’émeutes nocturnes qui a secoué les rues de Sarcelles et d’autres régions du pays où vivent d’importantes communautés musulmanes.

Les émeutes ont éclaté mardi à la suite de l’assassinat par un policier d’un jeune homme de 17 ans d’origine algérienne. L’adolescent conduisait une Mercedes de location et a refusé d’obtempérer lorsqu’un agent l’a arrêté pour un contrôle routier de routine à proximité de Paris. Le policier l’a abattu, apparemment parce qu’il aurait craint pour la vie des autres agents.

Des milliers de Juifs qui vivent à Sarcelles, ou dans d’autres régions à forte population musulmane, perçoivent les émeutes comme une menace directe et un rappel de l’instabilité de la vie dans des quartiers surpeuplés ayant un passé de violence antisémite.

À Sarcelles, une banlieue habituellement calme mais animée, avec une population ethniquement diverse et une pénurie de places de stationnement, les émeutes ont transformé le paysage urbain en une zone de combat où les pillards brisent les façades des magasins à la lumière des pneus enflammés.

Des véhicules incendiés enlevés après des émeutes à Sarcelles, au nord de Paris, le 29 juin 2023, deux jours après qu’un jeune homme de 17 ans a été abattu d’une balle dans la poitrine par la police à bout portant à Nanterre, dans la banlieue ouest de Paris. (Crédit : Bertrand Guay/AFP)

Les émeutes constituent un événement polarisant dans une société déjà divisée et un test pour l’administration du président Emmanuel Macron. Homme politique dont la base électorale est de centre-gauche, il est néanmoins allé plus loin que n’importe lequel de ses récents prédécesseurs pour répondre aux préoccupations de nombreux sceptiques de droite en matière d’immigration.

Jusqu’à présent, les émeutiers n’ont pas visé les Juifs, comme l’ont confirmé plusieurs responsables communautaires.

Des inconnus ont toutefois vandalisé un monument dédié aux victimes de la Shoah à Nanterre, la ville de la banlieue parisienne où le jeune homme de 17 ans, identifié par les médias français sous le seul nom de Nahel M., a été tué. Les auteurs ont peint à la bombe les mots « Racaille policière » sur le monument.

En outre, des slogans antisémites ont été entendus lors d’émeutes contre la police, dans le cadre d’un sentiment bien documenté chez certains musulmans qui considèrent les Juifs comme faisant partie d’une structure de pouvoir oppressive.

« Mais nous ne sommes pas spécifiquement visés. C’est tout simplement le chaos ; les émeutiers ont cassé des magasins appartenant à des Juifs, des magasins appartenant à des Arabes, et même les stations de bus et de métro que leurs propres familles utilisent pour se rendre au travail », a déclaré Jonathan C.

Un supermarché casher et un magasin de perruques pour les femmes juives orthodoxes figurent parmi les commerces saccagés à Sarcelles. « Mais il n’y avait aucune logique à cette folie. Les émeutiers cassent tous les magasins qui se trouvent sur leur chemin, il n’y a pas de sélection », a-t-il ajouté.

Un mémorial dédié aux personnes déportées de France pendant la Shoah et la Seconde Guerre mondiale dégradé lors d’émeutes à la suite de l’assassinat par la police d’un adolescent, le 29 juin 2023. (Crédit : Capture d’écran via Twitter ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

« Beaucoup d’émeutiers n’ont pas plus de 15 ans, et certains ont même 12 ans. Il n’y a pas d’idéologie ; ce sont des enfants qui s’adonnent à la barbarie », a déclaré Jonathan C.

Dans une allocution cette semaine, Macron a exhorté les parents à assumer la responsabilité des émeutiers mineurs, dont un tiers, selon lui, sont « jeunes ou très jeunes ».

« Peur comme un Juif, peur comme un Français »

Depuis mardi, la police a interpellé des centaines d’émeutiers, notamment à Aubervilliers, une autre banlieue de Paris à forte concentration musulmane. Il compte moins de résidents juifs, mais il abrite une grande école juive populaire affiliée au mouvement Habad-Loubavitch. Chaque jour de la semaine, matin et après-midi, des minibus s’y rassemblent pour aller chercher et ramener des centaines d’élèves juifs de toute la région parisienne.

« Les émeutes ont causé des retards à cause des complications de circulation », a déclaré le rabbin Arie Tzvi Nisilevitch, qui vit à Drancy mais qui est affilié à la communauté Habad d’Aubervilliers, au Times of Israel. Les émeutes ont nécessité des mesures de sécurité, dont Nisilevitch a refusé de discuter en raison de problèmes de sécurité. « Mais l’école n’a pas été ciblée au mieux de nos connaissances et les perturbations se produisent bien après les heures de cours », a-t-il déclaré.

Pour les Juifs de Paris et de Sarcelles en particulier, les émeutes ne sont pas sans rappeler les événements de 2014, lorsque les auteurs avaient ciblé les magasins appartenant à des Juifs dans cette banlieue, surnommée « la petite Jérusalem » en raison de sa grande population juive d’environ 20 000 personnes.

Les attaques de 2014, qui avaient également visé plusieurs synagogues à l’extérieur de Sarcelles, faisaient partie d’une explosion d’hostilité des musulmans contre les Juifs au milieu de la guerre de Gaza de 2014 entre Israël et le groupe terroriste palestinien du Hamas et d’autres organisations terroristes dans l’enclave palestinienne.

Un émeutier jetant des pierres sur la police lors d’une manifestation anti-Israël pendant l’opération Bordure protectrice, à Sarcelles, près de la synagogue de la ville, le 20 juillet 2014. (Crédit : AFP/Pierre Andrieu)

« En 2014, j’avais peur en tant que Juif. Cette fois, j’ai peur en tant que Français », a déclaré Jonathan C., notant qu’il n’a pas d’apparence moyen-orientale.

La police et les pompiers sont des cibles communes de la violence des émeutiers qui, selon beaucoup, agissent par ressentiment de la société française, où l’extrême-droite anti-immigration est la deuxième force politique.

D’autres incidents sont considérés par certains comme reflétant une dimension religieuse des émeutes, qui se produisent dans des zones fortement musulmanes.

Jeudi, deux individus non identifiés ont tabassé et racketté un prêtre à Saint-Etienne près de Lyon. Des désaccords existent quant à savoir si l’agression, la deuxième attaque d’un prêtre dans la région en trois semaines, faisait partie des émeutes.

Les attaques haineuses contre les chrétiens se multiplient en France, où en 2021 le ministère de l’Intérieur a enregistré 1 052 crimes de haine anti-chrétiens, soit près du double des agressions contre les Juifs. Cela signifiait que les chrétiens étaient, du moins en nombre absolu, le groupe religieux le plus ciblé cette année-là.

C’est inquiétant pour de nombreux Juifs français, qui considèrent les centaines d’attaques antisémites et anti-chrétiennes, ainsi que les attaques contre la police, comme faisant partie de la même résurgence de l’islam radical dans les communautés d’immigrés et leurs descendants en France.

Les déclarations de Macron sur le sujet suggèrent qu’il partage ces préoccupations. En 2020, il avait annoncé ce qu’il avait lui-même qualifié de plan « radical » obligeant les enfants à fréquenter des écoles reconnues par l’État à partir de 3 ans, interdisant de facto la pratique de l’enseignement à domicile musulman et imposant un serment d’allégeance à l’État aux associations religieuses.

Des policiers français patrouillant alors que des manifestants envahissent les rues du quartier des Champs-Élysées à Paris le 1er juillet 2023, cinq jours après qu’un homme de 17 ans a été tué par la police à Nanterre, dans la banlieue ouest de Paris. (Crédit : Ludovic Marin/AFP)

En 2019, Macron avait déclaré que la France devait développer une « société de vigilance » dans sa lutte contre « l’hydre » du militantisme islamiste, une référence à un monstre à plusieurs têtes dans la mythologie grecque. Son langage, qui ressemblait à une terminologie d’extrême-droite et qui était sans précédent de la part d’un président en exercice, reflétait un ressentiment croissant envers l’islam radical à la suite des attentats terroristes de Charlie Hebdo, de l’Hyper Cacher et du Bataclan en 2015, certaines des attaques les plus brutales d’une vague de djihadistes, des violences qui ont fait des centaines de morts en France.

De nombreux Juifs français ont félicité Macron pour avoir affiché une ferme position. Mais la poursuite d’émeutes à grande échelle liées à la politique d’immigration en provenance des pays musulmans malgré ses actions suscite de nouvelles inquiétudes.

« Il y a un sentiment de négligence de la part des forces de l’ordre, une réticence à affronter le problème », a déclaré Jonathan C. « Il y a une pénurie de flics et ils ne sont pas là quand les émeutes se produisent. »

Les propos de Macron qualifiant la fusillade policière de l’adolescent à Nanterre « d’inexcusable » n’ont fait que renforcer les inquiétudes de Jonathan C. quant à la manière dont les autorités gèrent les émeutes, au cours desquelles des milliers de voitures et de magasins ont été endommagés.

Vendredi, Macron a annoncé le déploiement de 45 000 policiers autour de Paris pour faire face à ce qu’il a appelé « la crise actuelle ». Il a salué le « courage » de la police et de ses agents et condamné « ceux qui profitent de ce moment pour semer la haine ».

Des manifestants passant devant une poubelle brûlée lors d’affrontements avec la police, après une quatrième nuit consécutive d’émeutes en France à la suite du meurtre d’un adolescent par la police, à Marseille, dans le sud de la France, le 1er juillet 2023. (Crédit : Clement Mahoudeau/AFP)

Mais en condamnant le policier qui a tiré, qui aurait déclaré avoir tiré sur Nahel M. parce qu’il craignait que l’adolescent ne percute la collègue de l’officier avec sa voiture, « Macron a violé le principe de séparation des pouvoirs et a signalé aux policiers qu’il ne leur tournait pas le dos », a estimé Jonathan C.

L’attitude pro-police de Jonathan C. est partagée à la fois par les dirigeants et la base de la communauté juive de France qui compte environ 400 000 personnes, dont les synagogues et les écoles sont depuis plusieurs années protégées par la police et l’armée.

Bruno Benjamin, à droite, rencontrant Frédéric Potier, ancien coordinateur des efforts du gouvernement français pour lutter contre l’antisémitisme et le racisme, à Paris, en France, le 15 novembre 2017. (Crédit : Bruno Benjamin)

À Marseille, les émeutes ont eu lieu en dehors des quartiers privilégiés par les quelque 70 000 Juifs de la ville, selon Bruno Benjamin, le chef de la branche locale du CRIF, la Fédération des communautés juives de France (FSJF).

« Il n’y a pas de directives de sécurité spéciales pour les Juifs de la ville. Mais ce n’est une bonne idée pour personne de se promener la nuit maintenant », a-t-il déclaré au Times of Israel.

Benjamin dit qu’il est encore trop tôt pour juger de la façon dont les autorités gèrent la situation.

« Écoutez, nous avons eu des émeutes de masse tous les soirs depuis trois ou quatre nuits maintenant. Si cela continue, nous saurons que le problème est plus grave que nous ne le pensions », a déclaré Benjamin au Times of Israel.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.