Quatre électeurs arabes et druzes sur cinq ont voté pour la Liste arabe unie
Rechercher

Quatre électeurs arabes et druzes sur cinq ont voté pour la Liste arabe unie

D'après l'Institut israélien de la démocratie, seuls 17,6 % des Arabes et Druzes ayant voté mardi ont plébiscité des partis à majorité juive dans les urnes, contre 28,4 % en avril

(G à D) Ofer Cassif, Heba Yazbak, Osama Saadi, Mtanes Shehadeh, Ayman Odeh, Ahmad Tibi, Aida Touma et Iman Khatib Yassin, devant leurs partisans au siège de campagne de la Liste arabe unie à Nazareth, dans le nord d'Israël, le 17 septembre 2019, à l'annonce des premiers sondages de sortie des urnes. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)
(G à D) Ofer Cassif, Heba Yazbak, Osama Saadi, Mtanes Shehadeh, Ayman Odeh, Ahmad Tibi, Aida Touma et Iman Khatib Yassin, devant leurs partisans au siège de campagne de la Liste arabe unie à Nazareth, dans le nord d'Israël, le 17 septembre 2019, à l'annonce des premiers sondages de sortie des urnes. (Crédit : Ahmad GHARABLI / AFP)

D’après un rapport de l’Institut israélien de la démocratie analysant les résultats quasi-définitifs du scrutin de mardi, 81,3 % des électeurs arabes et druzes auraient voté pour la Liste arabe unie.

Ce chiffre représente une hausse significative par rapport aux élections d’avril où environ 71 % de ces mêmes électeurs avaient soutenu Hadash-Taal ou Raam-Balad, deux listes distinctes des quatre partis à majorité arabe, d’après les chiffres de l’Institut.

Ce dernier a précisé que ses calculs s’appuyaient sur les résultats de 93,5 % du total des suffrages de mardi. La Commission centrale électorale n’a pas encore publié l’ensemble des résultats définitifs.

La Liste arabe unie, rassemblant Hadash-Taal et Raam-Balad, est créditée de 13 sièges à la Knesset, et devient ainsi le troisième plus grand parti au Parlement, d’après les résultats quasi-définitifs. L’alliance en avait déjà remporté 13 en 2015, mais Hadash-Taal et Raam-Balad n’en avaient obtenu, à eux deux, que 10 en avril.

Des électeurs arabes israéliens dans un bureau de vote à Sakhnin, le 17 septembre 2019. (Adam Rasgon/Times of Israel)

L’Institut israélien de la démocratie estime la participation arabe et druze mardi à 59,1 %, soit 10 points de plus qu’aux élections d’avril, la participation générale en Israël a atteint les 69,4 %.

Yousef Makladeh, un statisticien arabe israélien de premier plan, a lui estimé la participation arabe et druze à 59,2 %.

La Liste arabe unie affirme que la rhétorique anti-arabe du Premier ministre Benjamin Netanyahu tout au long de sa campagne, ainsi que le jour du scrutin, a encouragé les électeurs arabes à se rendre aux urnes.

« L’incitation à la haine [de Netanyahu] a eu un effet boomerang », a ainsi déclaré le chef de campagne de l’alliance, Aaed Kayal, au Times of Israel mercredi.

Yousef Makladeh abonde dans le même sens.

Au cours de sa campagne ainsi que le jour du scrutin, Netanyahu a en effet clamé que Kakhol lavan comptait former une coalition avec le soutien de la Liste arabe unie et déclaré que l’alliance ne devait pas être impliquée dans le processus de décision du gouvernement.

Il a également laissé entendre à plusieurs reprises mardi que la participation des Arabes israéliens était élevée, dans le but d’encourager ses sympathisants de droite à se rendre aux urnes. Et Netanyahu avait tenté, sans succès, de faire passer une loi à la Knesset autorisant des observateurs envoyés par des partis de filmer dans les bureaux de vote afin de prévenir ce que le Likud a qualifié de fraude électorale rampante dans les communautés arabes.

En avril, des observateurs du parti au pouvoir avaient introduit des caméras cachées dans 1 200 bureaux de vote situés dans des régions arabes ; la Commission centrale électorale a interdit au Likud de réitérer l’opération le 17 septembre.

L’analyse de l’Institut israélien de la démocratie rapporte également que 17,6 % des électeurs arabes et druzes ont voté pour des partis à majorité juive, contre 28,4 % en avril.

Des affiches de campagne de la Liste arabe unie le long de l’une des routes principales de Tira, une ville arabe située juste au nord de Kfar Saba, le 15 septembre 2019. (Adam Rasgon/Times of Israel)

Les chiffres de l’Institut ont révélé une baisse significative du soutien des Arabes et des Druzes pour le parti Meretz, qui se présentait mardi sous la bannière du Camp démocratique. Seuls 2,9 % des électeurs arabes et druzes auraient ainsi voté pour le Camp démocratique contre 8,7 % pour le Meretz en avril.

D’après les experts, cela serait en partie dû au fait que le soutien apporté au Meretz en avril était un moyen de protester contre la scission de la Liste arabe unie en amont du scrutin.

Dans le Néguev et le Triangle, une zone à prédominance arabe du nord d’Israël, l’Institut indique qu’une majorité écrasante d’électeurs arabes et druzes ont voté pour la Liste arabe unie, à 90,7 % dans le Triangle et 86,4 % dans le Néguev.

D’après les chiffres de l’Institut, 81 % et 80 % d’entre eux dans les deux régions respectives avaient voté pour Hadash-Taal ou Raam-Balad en avril.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...