Israël en guerre - Jour 198

Rechercher

Reconstruction à hauts risques de l’emblématique Tour de David à Jérusalem

Un reportage de la Douzième chaine montre la délicate et complexe restauration de ce site, situé à la porte de Jaffa, dans la Vieille Ville de Jérusalem

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

La Tour de David, près de la porte de Jaffa, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 25 février 2023. (Crédit : DH/Times of Israel)
La Tour de David, près de la porte de Jaffa, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 25 février 2023. (Crédit : DH/Times of Israel)

Ces derniers mois, les experts ont retiré le sommet de l’emblématique Tour de David, à Jérusalem, pour le reconstruire, avec un mélange de pierres neuves et de pierres d’époque.

Dans le reportage diffusé vendredi soir sur la Douzième chaine, les autorités ont révélé les détails des délicats travaux de restauration, effectués aussi discrètement que possible dans cette structure qui domine la porte de Jaffa, dans la Vieille Ville.

Les travaux ont été lancés de crainte que la Tour, vieille de 400 ans, ne s’effondre, ses deux derniers mètres ayant un urgent besoin de réfection.

Les travaux de restauration et reconstruction ont été d’autant plus délicats que, bien que le complexe de la Tour de David – également connu sous le nom de citadelle de David – ait livré des découvertes archéologiques datant de la période du Premier Temple, et bien qu’il s’agisse d’un symbole israélien considéré, à tort, comme lié au roi David, la Tour est en fait le minaret d’une mosquée construite dans le complexe à l’époque ottomane, il y a de cela 400 ans.

Cette Tour faisait partie d’un projet d’expansion de la citadelle initié par le sultan ottoman Soliman le Magnifique, qui a également restauré les murs de la Vieille Ville.

(La mosquée a été utilisée jusqu’en 1917, lorsque le général britannique Allenby a, depuis la citadelle, dans la Vieille Ville, déclaré prendre Jérusalem.)

Les pionniers sionistes ont adopté la citadelle, avec sa tour, comme symbole laïc de « puissance et d’espoir », par opposition au mur Occidental, éminemment religieux, explique Eilat Lieber, directrice du musée de la Tour de David.

Sa silhouette devient rapidement incontournable, que ce soit sur les cartes postales ou les menorot, en passant par les aliments et les vins.

Dans le reportage de la Douzième chaine, Lieber explique, à propos de ces travaux, que tous les organes de sécurité israéliens sont intervenus, parfois pour en demander le report « après le Ramadan, après la journée de Jérusalem, après la journée de la Nakba », de crainte d’un regain de tensions dans la Vieille Ville, très sensible, ou à Jérusalem-Est.

« Au final, nous nous sommes dit : ‘Si nous ne réparons pas la Tour et qu’il se passe quelque chose, ce sera encore pire… Il nous faut le faire’ », confie-t-elle.

Eilat Lieber, directrice du musée de la Tour de David (Capture d’écran des informations de la Douzième chaine ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Les inquiétudes entourant la stabilité de la Tour sont corroborées par le responsable de la tour de Pise, explique Lieber.

L’expert en ingénierie de l’Université de Padoue met en effet en garde contre le risque d’effondrement de la Tour, dont la dernière restauration remonte à l’époque mandataire, lorsque la pointe a été remplacée par du béton.

Yossi Vaknin, expert en rénovation de l’IAA pour Jérusalem, avec une pierre, dans les hauteurs de la Tour de David (Capture d’écran de la Douzième chaine; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Yossi Vaknin, expert en protection et restauration de l’Autorité des antiquités d’Israël (IAA) à la tête du projet, explique que les entretoises en fer chargées d’assurer la cohésion des pierres de la Tour se sont élargies au fil du temps et des intempéries.

Les pierres se sont fissurées et usées, déstabilisant la structure, particulièrement au sommet.

« Elle s’effrite sous nos yeux », affirme Vaknin à la caméra, dans un reportage tourné au sommet de la Tour en 2022, donnant à voir les morceaux de fer boursouflés, les fissures et les pierres cassées.

Morceau de fer altéré dans la maçonnerie de la Tour de David (Capture d’écran des informations de la Douzième chaine; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

« Vous démontez une icône de Jérusalem ? », lance à Vaknin le journaliste de la Douzième chaine.

« C’est pour sa survie », rétorque Vaknin.

La partie supérieure de la tour a donc été retirée. Un nouveau sommet a été construit à Shfaram, dans le nord d’Israël, en mélangeant pierres d’époque, prélevées sur le segment retiré, et pierres plus récentes.

La partie reconstruite est alors traitée pour lui donner « une apparence ancienne, authentique », et ressembler à l’original, précise Vaknin.

Yossi Vaknin, expert en rénovation de l’IAA Jérusalem, se tient à côté de la partie supérieure de la Tour de David, qui vient d’être remplacée (Capture d’écran des informations de la Douzième chaine; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Lieber confie avoir mal vécu la (brève) période de travaux durant laquelle la Tour était sans sommet, même si elle savait pertinemment que c’était prévu.

« Je dois avouer que c’était perturbant, pour moi aussi. Je travaille ici au quotidien… Soudain, la tour n’avait plus de tête. Je savais que c’était prévu, mais c’était perturbant. »

Un employé musulman explique qu’au moment des travaux, les réseaux sociaux arabes fourmillaient de théories du complot affirmant à tort que « l’Autorité des antiquités d’Israël, les dirigeants juifs, les dirigeants ennemis mettaient à bas notre passé, celui de l’histoire musulmane ». Il ajoute : « je suis fier de ce que je fais » parce que c’est absolument nécessaire.

La Tour de David, sans sa partie supérieure, retirée à des fins de restauration (Capture d’écran des informations de la Douzième chaine; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Selon le reportage, le nouveau sommet de la Tour a été installé en décembre dernier grâce à un matériau à base de basalte pour cimenter les pierres.

Le reportage permet de voir toutes les étapes de la restauration, avec en point d’orgue le remplacement du fleuron métallique ornemental au sommet de la Tour.

Reconstruction de la partie supérieure de la Tour de David (Capture d’écran des informations de la Douzième chaine; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

« J’ai passé beaucoup de nuits blanches sur ce projet », confie Vaknin, mais finalement, les travaux se sont déroulés sans problème.

Vaknin confie que le séisme de Turquie et Syrie, début février, lui « a vraiment fait sentir la mobilité du sol sous [s]es pieds », alors qu’il reste des travaux à finir à la citadelle.

Remplacement du faîteau décoratif en métal au sommet de la Tour de David récemment restaurée (Capture d’écran des informations de la Douzième chaine; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Les échafaudages qui ceinturaient encore la tour ont été retirés la semaine dernière.

Ce week-end, le complexe de la Tour de David a été pris d’assaut par les visiteurs, mais les abords de la Tour sont restés fermés au public.

Selon le personnel du complexe, la Tour devrait prochainement rouvrir au public.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.