Rivlin : Israël doit garantir la prospérité des quartiers arabes de Jérusalem
Rechercher

Rivlin : Israël doit garantir la prospérité des quartiers arabes de Jérusalem

"Malheur à nous si la croissance et l'innovation font l'impasse sur la partie orientale de la ville et ses résidents arabes", a mis en garde le président pour Yom Yeroushalayim

Le président Reuven RIvlin s'exprime lors de la cérémonie officielle de Yom Yeroushalayim, sur la colline des Munitions à Jérusalem, le 2 juin 2019. (Crédit : Flash90)
Le président Reuven RIvlin s'exprime lors de la cérémonie officielle de Yom Yeroushalayim, sur la colline des Munitions à Jérusalem, le 2 juin 2019. (Crédit : Flash90)

Dimanche, le président Reuven Rivlin a appelé les autorités israéliennes à accroître le développement des quartiers à majorité arabe de Jérusalem-Est, conformément à l’ethos de la capitale réunifiée, estimant que la « prospérité » ne peut pas profiter qu’à la partie occidentale juive de la ville.

S’exprimant lors de la cérémonie officielle de Yom Yeroushalayim, qui commémore la prise de Jérusalem-Est lors de la guerre des Six Jours de 1967 et la réunification de la ville, Reuven Rivlin a également remercié le président américain Donald Trump et son administration pour avoir reconnu la ville comme la capitale d’Israël et y avoir déplacé son ambassade.

« Il est temps maintenant de remercier le président Trump et le peuple américain pour son amitié sans faille et sa décision pionnière », a déclaré Reuven Rivlin sur la colline des Munitions.

« Heureusement, la reconnaissance de Jérusalem comme la capitale d’Israël touche les cœurs, et d’autres ambassades sont venues à Jérusalem, et il ne fait aucun doute que de nombreuses autres prendront le même chemin dans le futur ».

Le centre de Jérusalem, le 14 avril 2019. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Mais, a-t-il ajouté, « dans le même temps, nous aussi nous avons une mission, et nous devons reconnaître Jérusalem comme notre capitale unie — Est et Ouest.

« Jérusalem n’a jamais été aussi florissante qu’aujourd’hui : ultra-orthodoxes et laïcs, nouveaux immigrants et anciens, personnes âgées habitent ses rues… Les entrepreneurs l’applaudissent, et les touristes n’oublient jamais leur passage ici ».

A LIRE : Jérusalem est pauvre, sale et pas assez sûre, selon le contrôleur de l’Etat

« Mais malheur à nous si la croissance et la prospérité de Jérusalem s’arrête là où se trouvait autrefois la frontière », a mis en garde le chef de l’Etat. « Malheur à nous si la croissance et l’innovation font l’impasse sur la partie orientale de la ville et ses résidents arabes ».

« Il est vrai, il y a du changement et le gouvernement et la municipalité ont pris des mesures importantes ces dernières années pour réduire ces fossés. Mais la route est encore longue. Et nous devons faire en sorte de passer des mots aux actes. Les trottoirs, l’éclairage urbain, les cliniques pour bébés, les parcs et les écoles », a-t-il noté.

« Nous parlons toujours de Jérusalem-Est et de Jérusalem-Ouest comme de deux villes différentes – mais ce n’est pas le cas », a ajouté le président israélien.

Des déchets jetés sur le bord d’une rue de Jérusalem-Est, le 12 juillet 2018 (Crédit :AP Photo/Mahmoud Illean)

« Il n’y a qu’une ville, qu’une Jérusalem. Il y a l’ouest et l’est, mais Jérusalem est une et indivisible ».

Israël a pris le contrôle de Jérusalem-Est en 1967 lors de la guerre des Six Jours et y a étendue sa souveraineté en 1980, une décision jamais reconnue par la communauté internationale. Les Palestiniens perçoivent Jérusalem-Est comme leur future capitale.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...