Shaul Mofaz : John Bolton aurait poussé à des frappes israéliennes contre l’Iran
Rechercher

Shaul Mofaz : John Bolton aurait poussé à des frappes israéliennes contre l’Iran

L'ex-ministre et trois autres anciens chefs de l'armée israélienne ont mis en garde contre les ambitions de Téhéran mais recommandé de ne pas abandonner l'accord sur le nucléaire

Shaul Mofaz au Kinneret college dans le nord d'Israël, le 22 décembre 2014 (Crédit : Flash90)
Shaul Mofaz au Kinneret college dans le nord d'Israël, le 22 décembre 2014 (Crédit : Flash90)

Un ancien ministre de la Défense et chef d’Etat-major israélien a expliqué dimanche que John Bolton, le nouveau conseiller à la sécurité nationale du président américain Donald Trump, l’avait poussé dans le passé à effectuer des frappes aériennes contre l’Iran.

« Je connais John Bolton depuis qu’il a occupé le poste d’ambassadeur américain aux Nations unies. Il avait tenté de me convaincre qu’Israël devait attaquer l’Iran », a déclaré Shaul Mofaz lors d’une conférence, à Jérusalem, organisée par le quotidien Yedioth Ahronoth.

« Je ne crois pas que cela soit une bonne initiative – pas de la part des Américains aujourd’hui ou de qui que ce soit d’autres, à moins que la menace ne devienne réelle », a-t-il ajouté.

Mofaz a été chef d’Etat-major de l’armée israélienne de 1998 à 2002, après quoi il a été ministre de la Défense en 2006. Bolton avait été nommé par le président américain George W. Bush et avait servi comme envoyé à l’ONU en 2005 et 2006.

Mofaz n’a pas précisé ce qui avait amené Bolton à demander des frappes contre l’Iran, même s’il a déjà prôné des frappes israéliennes auparavant et appelé à un changement de régime dans la république islamique.

Bolton, connu pour ses positionnements belliqueux, a été choisi par Trump la semaine dernière en remplacement de H.R. McMaster, un général militaire.

John Bolton s’exprime au sommet des responsables républicains ‘First in the nation’ à Nashua, dans le New Hampshire, le 17 avril 2015 (Crédit : Darren McCollester/Getty Images via JTA)

Même s’il a déconseillé d’attaquer l’Iran, Mofaz a déclaré que la « menace iranienne est très significative pour la sécurité d’Israël ».

« L’Iran aujourd’hui est d’ores et déjà prête sur les frontières d’Israël – en Syrie et en Libye. Il est impossible de garantir un avenir aux enfants d’Israël si l’Iran détient l’arme nucléaire », a-t-il dit.

Mofaz s’est exprimé aux côtés de trois anciens chefs militaires israéliens qui ont également mis en garde contre le programme nucléaire iranien.

« L’Iran s’efforce d’acquérir l’arme nucléaire qui, de son point de vue, lui accordera une immunité stratégique. Le monde doit garantir qu’elle n’arrivera pas à ce point-là », a expliqué l’ancien chef d’Etat-major Benny Gantz.

Même s’ils ont souligné les ambitions nucléaires de l’Iran, Mofaz, Gantz, Moshe Yaalon et Dan Halutz ont tous déclaré être défavorables à l’abrogation de l’accord passé en 2015 visant à réduire le programme sur le nucléaire iranien en échange d’un assouplissement de sanctions.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a demandé que l’accord soit « réparé ou annulé » et Trump a dit qu’il retirera les Etats-Unis de la convention si elle ne faisait pas en sorte d’imposer des restrictions permanentes sur le programme nucléaire, ou qu’elle ne s’attaquait pas au programme de missiles balistiques et au soutien apporté aux groupes terroristes de la république islamique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...