Stephen Jackson parle à un rabbin après son commentaire sur les Rothschild
Rechercher

Stephen Jackson parle à un rabbin après son commentaire sur les Rothschild

L'ancien joueur de NBA a dit ne pas être antisémite et a exprimé des regrets pour ses propos sur le contrôle des banques par les Juifs

L'ancien joueur de la NBA Stephen Jackson (Capture d'écran : YouTube)
L'ancien joueur de la NBA Stephen Jackson (Capture d'écran : YouTube)

L’ancien joueur de NBA Stephen Jackson a nié éprouvé de la haine à l’égard des Juifs. Il a retiré des propos polémiques qu’il avait tenus la semaine dernière en laissant entendre que les Juifs contrôlaient les banques.

Dans une conversation avec le rabbin de Los Angeles David Wolpe diffusée en direct sur Instagram jeudi soir, Jackson a exprimé des regrets pour ses propos selon lesquels la famille Rothschild « possède toutes les banques », a rapporté le Forward.

« Même avec les Rothschild, je déteste dire cela, a affirmé Jackson, parce que c’est le même type de stéréotype que de dire, quand on voit une personne noire, c’est un gangster ».

Jackson s’est retrouvé au cœur de la tourmente plus tôt cette semaine après avoir défendu un joueur de la NFL DeSean Jackson (aucun lien de parenté). Ce dernier avait suscité la polémique après avoir publié des tweets le week-end dernier dans lesquels il affirmait que les « Juifs blancs » travaillent pour « faire chanter » et à « extorquer » l’Amérique et qu’Adolf Hitler « avait raison ».

Stephen Jackson a écrit sur Instagram que DeSean Jackson « disait la vérité ». Ensuite, dans une discussion par vidéo avec un internaute dont le pseudonyme est @kosherwhitewine, Stephen Jackson a évoqué la famille Rothschild. Celle-ci est la cible fréquente de théories du complot antisémites soutenant l’idée que les Juifs dominent la finance internationale.

« Savez-vous qui sont les Rothschild ? Ils contrôlent toutes les banques, ils possèdent toutes les banques », a déclaré Jackson.

Wolpe a expliqué à Jackson que les Juifs restent très sensibles aux références à Hitler et aux clichés antisémites selon lesquels les Juifs contrôlent la finance. Il a expliqué que les Juifs réagissent parfois à de tels propos en ressentant de la crainte et de la douleur.

« Je comprends votre douleur, a répondu Jackson. C’est pourquoi je suis à l’aise pour m’excuser. Votre douleur et notre douleur ne sont pas différentes ».

Wolpe a également abordé le cas du chef de Nation of Islam Louis Farrakhan, que Jackson a cité en ligne. Mais Jackson a refusé de parler directement de Farrakhan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...