Tir de roquette depuis Gaza ; Israël frappe en représailles des cibles du Hamas
Rechercher

Tir de roquette depuis Gaza ; Israël frappe en représailles des cibles du Hamas

Ces frappes surviennent après que le Premier ministre et le ministre de la Défense ont promis une réponse militaire sévère suite aux attaques quasi quotidiennes depuis Gaza

Des explosions suite aux frappes israéliennes à Khan Younis, dans le centre de la bande de Gaza, le 20 juillet 2018 (Crédit : AFP Photo/Said Khatib)
Des explosions suite aux frappes israéliennes à Khan Younis, dans le centre de la bande de Gaza, le 20 juillet 2018 (Crédit : AFP Photo/Said Khatib)

Les forces armées israéliennes ont indiqué avoir frappé lundi matin des cibles du Hamas dans la bande de Gaza après un tir de roquette vers Israël depuis l’enclave palestinienne contrôlée par le groupe terroriste islamiste palestinien.

Parmi les cibles visées par l’aviation israélienne figurent « des bases d’entraînement et des infrastructures militaires » du Hamas, a précisé l’armée.

L’armée a déclaré qu’elle tient le Hamas pour responsable de toute la violence émanant de la bande de Gaza.

Selon les médias palestiniens, l’aviation israélienne a visé un site sur la côte de Khan Younis au sud de Gaza et une base du Hamas à Deir el Balah, au centre de l’enclave.

Il n’y avait pas dans l’immédiat d’informations quant à des blessés suite à ces frappes.

Dans la nuit de dimanche, un projectile a été lancé depuis Gaza vers le sud d’Israël. Selon un porte-parole du conseil régional de Shaar Hanegev, au nord de Gaza, le projectile serait tombé dans un champ. Aucun blessé ni dégât n’a été signalé.

Plus tôt dans la journée de dimanche, les politiciens israéliens ont menacé d’une réponse militaire sévère si les attaques de la bande de Gaza se poursuivaient. Ces deux dernières semaines ont été marquées par des attaques quasi quotidiennes à la roquette et au mortier depuis la bande de Gaza, les terroristes de la bande ayant également lancé des dizaines d’engins explosifs en ballon dans le sud d’Israël depuis Gaza.

Les attaques palestiniennes ont augmenté depuis que le président américain, Donald Trump, a présenté son plan pour résoudre le conflit au Proche-Orient, salué par Israël mais fustigé par les Palestiniens car jugé très partial.

Le plan prévoit de faire de Jérusalem la capitale de l’Etat d’Israël, l’annexion d’implantations juives en Cisjordanie, et la création d’un Etat palestinien démilitarisé sur ce qu’il resterait de la Cisjordanie et dans la bande de Gaza.

Les Palestiniens de Gaza, enclave contrôlée par le groupe terroriste islamiste du Hamas, ont lancé des missiles, des obus et des ballons chargés d’explosifs sur le sud d’Israël à un rythme quotidien depuis la présentation du projet le 28 janvier.

« Je veux être très clair : nous ne tolérerons aucune agression de Gaza. Il y a seulement quelques semaines, nous avons neutralisé un haut commandant du Jihad islamique à Gaza [Baha Abu al-Ata], et je conseille au Jihad islamique et au Hamas de se rafraîchir la mémoire », a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu à l’ouverture de la réunion hebdomadaire du cabinet à son bureau à Jérusalem.

« Je n’exposerai pas en détails toutes nos actions et nos plans aux médias, mais nous sommes prêts à des actions dévastatrices contre les groupes terroristes à Gaza. Nos actions sont puissantes, et elles ne sont pas encore finies ».

Le ministre de la Défense Naftali Bennett a également lancé un avertissement à l’adresse des dirigeants de Gaza, leur indiquant qu’Israël « prendrait des mesures létales contre eux » si leur « attitude irresponsable » ne cessait pas.

« Nous n’annoncerons ni l’emplacement ni le timing. Cette action sera très différente des celles prises par le passé. Personne ne sera à l’abri. Le Hamas fait face à un choix : choisir la vie et la prospérité économique ou choisir le terrorisme et en payer le prix fort. Leurs actions détermineront [ce que nous ferons] », a-t-il dit.

En riposte aux tirs de roquettes, qui ont toutes atterri dans des champs au sud d’Israël, l’armée a mené des frappes sur des cibles du Hamas dans la bande de Gaza.

L’armée israélienne pense que le Hamas tente de faire pression sur Israël pour obtenir davantage de concessions dans les négociations de cessez-le-feu.

Des terroristes palestiniens de la bande ont tiré au moins une roquette, dans la nuit de samedi, vers le sud d’Israël. Le projectile a atterri dans un champ, a fait savoir Tsahal.

Selon le conseil régional de Shaar HaNegev, la roquette n’a entraîné ni dégâts, ni blessés.

En représailles, les tanks de l’armée israélienne ont frappé deux postes du Hamas dans le nord de la bande de Gaza, ont indiqué les militaires.

Plus tôt dans la journée de samedi, un dispositif explosif présumé attaché à un bouquet de ballons qui avait été apparemment lancé depuis la bande de Gaza a été trouvé dans un champ situé à proximité du conseil régional de Merhavim.

Un groupe d’ouvriers étrangers qui n’auraient pas été conscients du fait que l’objet pouvait être une bombe a ramassé les ballons. L’engin n’a pas explosé.

La veille, les terroristes de la bande avaient lancé vers le sud de l’Etat juif ce qui avait semblé être l’ogive d’une grenade RPG qui avait été attachée à des ballons.

Un dispositif explosif présumé a été trouvé attaché à des ballons dans la ville d’Ashkelon, le 5 février 2020. (Police israélienne)

C’était au moins le sixième dispositif aérien explosif tiré depuis Gaza à avoir été retrouvé dans le sud dans la journée de vendredi.

Ce même jour, la Route 3, dans le nord du pays, avait dû être temporairement fermée quand un objet suspect qui avait semblé s’être détaché d’un bouquet de ballons avait été désamorcé par des équipes de déminage.

 

Il n’y a pas eu d’informations portant sur des blessés ou des dégâts. La police a appelé le public à alerter les autorités pour les avertir de la présence d’objets suspects et de ne pas s’en approcher.

Les terroristes palestiniens de la bande de Gaza avaient commencé à lancer des explosifs et des dispositifs incendiaires vers Israël en les accrochant à des ballons ou à des cerfs-volants en 2018. Cette pratique avait augmenté avec le temps mais elle a atteint un pic considérable ces dernières semaines, des dizaines de bombes attachées à des ballons atterrissant dans les villes et dans les communautés agricoles adjacentes à l’enclave palestinienne.

Jeudi, le chef d’Etat-major israélien Aviv Kohavi a indiqué que les militaires allaient adopter un positionnement plus dur contre ces attaques aériennes ainsi que contre d’autres types d’activités terroristes.

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...