Rechercher

Tom Nides : Le pont Allenby restera ouvert sans interruption à partir de fin octobre

"Cela vaut la peine d'investir pour obtenir un accès 24/24, 7/7, et cela fera une réelle différence dans la vie des gens !", a tweeté l'ambassadeur américain en Israël

Des passagers arrivant du côté jordanien du pont Allenby, qui relie la Cisjordanie et la Jordanie, le 19 juillet 2022. (Crédit : Khalil Mazraawi/AFP)
Des passagers arrivant du côté jordanien du pont Allenby, qui relie la Cisjordanie et la Jordanie, le 19 juillet 2022. (Crédit : Khalil Mazraawi/AFP)

Le poste-frontière du pont Allenby entre la Cisjordanie et la Jordanie va entamer un « projet pilote » lors duquel il sera ouvert 24 heures sur 24, sept jours sur sept, à partir du 24 octobre, a fait savoir mercredi, Tom Nides, ambassadeur américain en Israël.

Le président américain Joe Biden, lors de sa visite dans le pays en juillet dernier, avait déclaré que l’accès à ce point de passage, géré par l’Autorité aéroportuaire israélienne du côté cisjordanien du pont, était un objectif à atteindre. À l’époque, les États-Unis avaient fixé une date limite au 30 septembre, mais les médias israéliens ont indiqué depuis lors que cette date ne serait pas respectée en raison d’un manque de main-d’œuvre.

Nides a fait son annonce sur Twitter. Il a remercié le bureau du Premier ministre, le ministère des Transports, l’Autorité aéroportuaire et le bureau de liaison israélien du gouvernement avec les territoires palestiniens, connu sous le nom de COGAT.

« Cela vaut la peine d’investir pour obtenir un accès 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et cela fera une réelle différence dans la vie des gens ! », a tweeté Nides.

Lors d’une conférence de presse à Jérusalem, Nides a déclaré que le pilote était censé avoir commencé vendredi, mais qu’il a été retardé en raison des fêtes du Nouvel an juif, qui ont commencé avec Rosh HaShana dimanche soir et se poursuivront jusqu’à la mi-octobre. Nides a déclaré que l’ouverture du pont Allenby sans interruption devrait donc commencer le 24 octobre.

Un porte-parole de l’Autorité aéroportuaire israélienne a confirmé la date de début du pilote, mais n’a donné aucun autres détails.

La durée de la période d’essai n’a pas encore été précisée.

L’ambassadeur américain en Israël, Tom Nides, au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 27 mars 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Ce point de passage est presque exclusivement utilisé par les Palestiniens, qui ont beaucoup plus de mal à obtenir des autorisations pour prendre l’avion à l’aéroport Ben Gurion. En conséquence, la plupart d’entre eux prennent l’avion à Amman et sont ensuite contraints de payer une série de frais supplémentaires et d’attendre souvent plusieurs heures pour passer la frontière.

Le passage Allenby n’est actuellement ouvert que de 8h à 23h30 en semaine et de 8h à 15h30 le week-end, et les files d’attente peuvent durer des heures, parfois même une journée entière, pour passer en Jordanie, créant ainsi un casse-tête pour les Palestiniens.

Au début du mois, la vice-secrétaire américaine aux Affaires du Proche-Orient, Barbara Leaf, a déclaré aux journalistes que l’ouverture du point de passage 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 était l’une des questions que Washington mettait en avant pour améliorer la coopération entre Israël et l’Autorité palestinienne dans le contexte actuel de flambée des violences, en Cisjordanie.

Leaf a souligné l’accès à la 4G pour les Palestiniens et l’ouverture sans interruption du poste-frontière Allenby – deux annonces qui avaient été faites par les États-Unis pendant le déplacement du président Joe Biden dans la région, au mois de juillet. Leaf a précisé avoir poussé Israël à mener à bien ces deux initiatives.

En août, le site d’information Walla a rapporté qu’après que les autorités israéliennes eurent exprimé leur pessimisme quant au respect de la date butoir, les responsables américains ont intensifié la discussion avec la ministre des Transports Merav Michaeli, exigeant qu’elle veille à ce que les délais soient respectés.

Bien que Michaeli se soit apparemment engagée à essayer, elle aurait fait comprendre aux représentants américains que le manque de personnel risquait d’empêcher Israël de respecter l’échéance du 30 septembre.

Toujours insatisfaits, les représentants américains ont demandé au conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan de soulever la question lors de sa rencontre avec le ministre de la Défense Benny Gantz, à Washington, courant août.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...