Twitter suspend des comptes liés à la droite alternative américaine
Rechercher

Twitter suspend des comptes liés à la droite alternative américaine

Richard Spencer, suprématiste blanc qui dirige le National Policy Institute, a été supprimé du réseau social

Richard Spencer, suprématiste blanc qui dirige un think-tank à Washington, le National Policy Institute. (Crédit : capture d'écran YouTube via JTA)
Richard Spencer, suprématiste blanc qui dirige un think-tank à Washington, le National Policy Institute. (Crédit : capture d'écran YouTube via JTA)

Twitter a suspendu les comptes de plusieurs membres de la droite alternative, un mouvement d’extrême-droite aux contours flous dont certains partisans s’enthousiasment pour la suprématie de la race blanche, le sentiment anti-immigration, l’antisémitisme et un mépris pour le « politiquement correct ».

Quelques-uns des comptes étaient associés à Richard Spencer, suprématiste blanc qui dirige un think-tank à Washington, le National Policy Institute, et le journal Radix, a annoncé mercredi USA Today.

Le réseau social a suspendu le compte personnel de Spencer, @RichardBSpencer, ainsi que ceux de l’institut et du journal. Il a également suspendu les comptes de plusieurs autres figures de la droite alternative.

« Les règles de Twitter interdisent l’abus et le harcèlement ciblés, et nous suspendrons les comptes qui violent cette politique », a déclaré Twitter dans un communiqué, selon USA Today.

La droite alternative a gagné de l’importance cette année quand beaucoup de ses partisans ont soutenu la campagne du président américain élu Donald Trump.

Dimanche, Trump a nommé Stephen Bannon, ancien président du site internet Breitbart News, stratège en chef de la Maison Blanche. Bannon avait présenté Breitbart comme la « plate-forme de la droite alternative ».

Stephen Bannon pendant le discours de Donald Trump, alors candidat républicain à l'élection présidentielle américaine, pendant le dernier meeting de la campagne, à Grand Rapids, Michigan, le 7 novembre 2016. (Crédit : AFP/Mandel Ngan)
Stephen Bannon pendant le discours de Donald Trump, alors candidat républicain à l’élection présidentielle américaine, pendant le dernier meeting de la campagne, à Grand Rapids, Michigan, le 7 novembre 2016. (Crédit : AFP/Mandel Ngan)

Selon un rapport publié en octobre, la Ligue anti-diffamation (ADL) a identifié un « pic » de harcèlement de journalistes sur Internet par des partisans proclamés de Trump.

La majorité des tweets antisémites était dirigée contre des journalistes ou des diffuseurs juifs.

Le rapport a souligné que l’étude n’impliquait pas que la campagne de Trump soutenait l’activité sur Twitter. Le rapport a noté que beaucoup des tweets provenaient de « communautés » associées à la droite alternative.

En juillet, Twitter avait suspendu le compte de Milo Yiannopoulos, éditeur de Breitbart, qui dirigeait une campagne de harcèlement en ligne contre l’actrice Leslie Jones.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...