Rechercher
"ISRAËL TEL QUE NOUS LE CONNAISSIONS N'EST PLUS"

Un chroniqueur du NYT craint le retour de Netanyahu et la montée de l’extrême-droite

Thomas Friedman a tenté d'expliquer aux lecteurs américains ce que représente le bloc de Benjamin Netanyahu, en le comparant à des figures qu'ils connaissent bien

Le leader du Likud, Benjamin Netanyahu, s'adressant à ses partisans au siège de campagne du parti à Jérusalem, le 2 novembre 2022. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)
Le leader du Likud, Benjamin Netanyahu, s'adressant à ses partisans au siège de campagne du parti à Jérusalem, le 2 novembre 2022. (Crédit : Ronaldo Schemidt/AFP)

Le chroniqueur principal du New York Times, Thomas Friedman, a déploré le bloc de Netanyahu (droite, religieux et extrême-droite) qui est susceptible de prendre le pouvoir en Israël suite aux dernières élections législatives.

Dans une tribune publiée vendredi intitulée « The Israel We Knew Is Gone » (« Israël tel que nous le connaissions n’est plus »), Thomas Friedman a tenté d’expliquer aux lecteurs américains ce que représente le retour du dirigeant du Likud, Benjamin Netanyahu, et de ses alliés du parti d’extrême-droite HaTzionout HaDatit, en les comparant à des figures qu’ils connaissent bien.

« Imaginez que vous vous réveilliez après l’élection présidentielle américaine de 2024 et que vous découvriez que Donald Trump a été réélu et a choisi Rudy Giuliani comme procureur général, Michael Flynn comme secrétaire à la Défense, Steve Bannon comme secrétaire au Commerce, le leader évangélique James Dobson comme secrétaire à l’Éducation, l’ancien leader des Proud Boys Enrique Tarrio comme responsable de la Sécurité intérieure et Marjorie Taylor Greene comme porte-parole de la Maison Blanche. »

Friedman a longtemps critiqué les législateurs de droite israéliens, mais il a lui-même fait l’objet de critiques de la part de l’ensemble de l’échiquier politique américain pour avoir fait des prédictions sur les tendances au Moyen-Orient qui se sont avérées fausses.

Dans sa dernière chronique, Friedman affirme que les tendances politiques israéliennes préfigurent souvent celles observées aux États-Unis et met en garde contre cette possibilité.

Il prévient que la nouvelle coalition que Netanyahu est susceptible de former avec HaTzionout HaDatit, en plus des partis ultra-orthodoxes Shas et Yahadout HaTorah, « mettra en émoi les synagogues en Amérique et dans le monde entier », « hantera les étudiants pro-Israël sur les campus universitaires », « stressera » les diplomates américains et « fera fuir les amis d’Israël au Congrès » qui demandent pourquoi les États-Unis devraient continuer à envoyer des milliards de dollars d’aide à Israël.

Les députés Itamar Ben Gvir et Bezalel Smotrich lors d’un rassemblement de leur parti HaTzionout HaDatit à Sderot, le 26 octobre 2022. (Crédit : Gil Cohen-Magen/AFP)

Il cite des législateurs qui considèrent les Arabes israéliens comme la « cinquième roue du carrosse », qui pensent qu’on ne peut pas faire confiance au système judiciaire, qui veulent étendre les implantations de Cisjordanie autant que possible, qui ont pour objectif de geler le procès pour corruption en cours du leader du Likud et qui expriment leur mépris pour la communauté LGBT.

Il cite les députés du parti HaTzionout HaDatit, Bezalel Smotrich et Itamar Ben Gvir, qui sont susceptibles de recevoir des postes ministériels importants dans le prochain gouvernement de Netanyahu, comme exemples de ces tendances inquiétantes.

« Au fil des ans, Netanyahu a de plus en plus cherché à tirer parti de l’énergie de cet électorat israélien illibéral pour remporter le pouvoir, un peu comme Trump utilise le nationalisme blanc. Mais Netanyahu n’a jamais réellement incarné cet élément radical – à l’instar de Ben Gvir, qui prétend s’être modéré parce qu’il a dit à ses partisans de scander « Mort aux terroristes » au lieu de « Mort aux Arabes » – dans sa faction dirigeante ou dans son cabinet », écrit Friedman.

Thomas Friedman. (Crédit : Youtube)

Friedman cite le chroniqueur du quotidien Yedioth Ahronoth, Nahum Barnea, qui soutient que Netanyahu a été aidé par la recrudescence des violences au cours de l’année écoulée, de part et d’autre de la Ligne verte.

« Il y a eu une recrudescence spectaculaire de la violence – coups de couteau, fusillades, guerre des gangs et crime organisé – par des Arabes israéliens contre d’autres Arabes israéliens, et par des gangs arabes israéliens et le crime organisé contre des Juifs israéliens, en particulier dans les communautés mixtes », avait expliqué Barnea.

« Même si cette recrudescence a commencé lorsque Netanyahu était précédemment Premier ministre, lui et ses alliés anti-arabes ont tout mis sur le dos des Arabes et du gouvernement israélien précédent », écrit Friedman.

« Mais Netanyahu a également été aidé par le fait que si la droite et l’extrême-droite étaient fortement stimulées par la peur et la méfiance croissantes à l’égard des Arabes – qu’il s’agisse de citoyens arabes israéliens ou de Palestiniens de Cisjordanie – leurs adversaires centristes et de centre-gauche n’avaient pas de contre-message cohérent ou inspirant », ajoute-t-il.

Il a prévenu que les résultats de l’élection auront « un réel impact sur les relations américano-israéliennes », mettant en avant les principaux législateurs démocrates qui avaient émis des avertissements similaires ces derniers mois.

« Nous entrons véritablement dans un tunnel sombre. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...