Rechercher

Un diplomate polonais licencié après des propos sur la loi polonaise sur la Shoah

Jaroslaw Nowak a critiqué les politiques de son propre gouvernement, qui avaient vivement froissé les relations entre Israël et la Pologne

Jaroslaw Nowak, diplomate polonais chargé des relations juives, a été licencié après avoir qualifié de « stupide » une loi sur la Shoah adoptée par le parti au pouvoir dans son pays. (Capture d'écran)
Jaroslaw Nowak, diplomate polonais chargé des relations juives, a été licencié après avoir qualifié de « stupide » une loi sur la Shoah adoptée par le parti au pouvoir dans son pays. (Capture d'écran)

Jaroslaw Nowak, diplomate polonais chargé des contacts avec la diaspora juive, a été licencié par son gouvernement après qu’il a critiqué l’approche de celui-ci concernant sa volonté de légiférer les discours publics sur la Shoah.

Dans une interview la semaine dernière avec le journal juif britannique Jewish News, l’homme avait ainsi qualifié la loi, adoptée par le parti au pouvoir en Pologne, de « plus stupide de tous les temps ».

À l’origine, cette législation qu’il a critiquée visait à lutter contre les allégations selon lesquelles la Pologne, victime de l’Allemagne nazie, portait la responsabilité de la Shoah – une loi qui a vivement froissé les relations entre Israël et la Pologne, car vue comme une tentative de blanchir le fait que certains Polonais avaient tué des Juifs pendant l’occupation allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.

La législation prévoyait à l’origine des peines de prison pouvant aller jusqu’à trois ans, pour avoir attribué des crimes nazis à la Pologne. Elle a ensuite été modifiée de sorte à supprimer les dispositions pénales, dans le cadre d’un accord de compromis avec Jérusalem.

Dans l’interview, Jaroslaw Nowak a aussi affirmé que le pays devrait adopter une loi sur la restitution des biens, ou plutôt « faire quelque chose à ce sujet » – une critique de son gouvernement, qui a adopté l’été dernier une loi bloquant la restitution des spoliations de biens, notamment celles survenues pendant la Seconde Guerre mondiale.

Nowak est impliqué dans le dialogue de la Pologne avec la communauté juive depuis les années 1980. Il était devenu chargé des contacts avec la diaspora juive en juillet.

Son licenciement, survenu samedi, a été annoncé lundi par le porte-parole du ministre des Affaires étrangères sur Twitter, sans que celui-ci n’explicite la raison. Quelques jours plus tôt, la Pologne avait rappelé son nouvel ambassadeur à Prague après que celui-ci a critiqué son pays dans une interview.

Six millions de Polonais, dont la moitié étaient Juifs, ont été tués pendant la Seconde Guerre mondiale en Pologne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...