Un homme accusé d’avoir hébergé les tueurs de Sarona
Rechercher

Un homme accusé d’avoir hébergé les tueurs de Sarona

Abdelhadi Abu Afash a loué son entrepôt aux Palestiniens entrés illégalement en Israël ; il n’est pas accusé de terrorisme

Des Israéliens mangent au restaurant Benedict du centre commercial Sarona, dans le centre de Tel Aviv, quelques heures après une fusillade terroriste qui y a tué quatre personnes, le 9 juin 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens mangent au restaurant Benedict du centre commercial Sarona, dans le centre de Tel Aviv, quelques heures après une fusillade terroriste qui y a tué quatre personnes, le 9 juin 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Un habitant de la ville bédouine de Segev Shalom, dans le Néguev, a été accusé jeudi d’avoir hébergé, a priori involontairement, deux terroristes palestiniens, entrés illégalement en Israël, dans un entrepôt reconverti.

Le local aurait été utilisé comme base de préparation de l’attaque, selon les procureurs, par les deux tireurs qui ont commis l’attentat terroriste mortel du juin dernier au marché Sarona de Tel Aviv, dans lequel quatre personnes ont été tuées et 41 blessées.

Dans l’acte d’inculpation d’Abdelhadi Abu Afash, les procureurs affirment que son entrepôt servait de manière régulière d’hébergements à des Palestiniens entrés en Israël, la plupart pour travailler.

Abu Afash, 49 ans, faisait payer ce service, selon l’acte d’inculpation, de plusieurs centaines à plusieurs milliers de shekels par mois.

Khalid Muhamra, à gauche, Younis Ayash Musa Zayn, au centre, et Muhammad Muhamra, à droite, derrière une fenêtre pendant leur inculpation à la cour du district de Tel Aviv, le 4 juillet 2016. Ils sont accusés de meurtre en lien avec l'attentat terroriste du 8 juin 2016 au marché Sarona de Tel Aviv, dans lequel 4 Israéliens ont été tués. (Crédit : Flash90)
Khalid Muhamra, à gauche, Younis Ayash Musa Zayn, au centre, et Muhammad Muhamra, à droite, derrière une fenêtre pendant leur inculpation à la cour du district de Tel Aviv, le 4 juillet 2016. Ils sont accusés de meurtre en lien avec l’attentat terroriste du 8 juin 2016 au marché Sarona de Tel Aviv, dans lequel 4 Israéliens ont été tués. (Crédit : Flash90)

L’inculpation ne dit pas qu’Abu Afash connaissant les intentions des cousins Muhammad et Khalid Muhamra. Les accusations sont limitées à l’hébergement et l’encouragement de clandestins. Il n’est pas accusé de complicité de terrorisme.

Il devrait être présenté jeudi après-midi à la Cour des magistrats de Beer Sheva pour une audience statuant sur sa détention. Il n’a pas été précisé quand il avait été arrêté.

Selon une enquête commune du Shin Bet, de l’armée israélienne et de la police des frontières, les terroristes de Sarona, originaires de Yatta, en Cisjordanie, ont quitté leur village, situé au sud de Hébron, le 8 juin, et sont allés à Meitar, une ville israélienne, en passant par un large trou de la barrière de sécurité.

Les deux hommes étaient déjà armés. Ils avaient acheté leurs armes (des fusils automatiques Carl Gustav) dans leur village, via un intermédiaire.

Une fois à Meitar, les cousins ont été aidés par un Palestinien travaillant illégalement en Israël et qui les a conduit jusqu’à Segev Shalom, au sud est de Beer Sheva.

Le conducteur, Younis Ayash Musa Zayn, a été arrêté quelques heures après la fusillade de Sarona.

C’est dans l’entrepôt d’Abu Afash à Segev Shalom que les cousins ont enfilé les costumes destinés à éloigner les soupçons pendant leur chemin vers Tel Aviv.

Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux d'un attentat terroriste au marché Sarona de Tel Aviv, le 8 juin 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Les forces de sécurité israéliennes sur les lieux d’un attentat terroriste au marché Sarona de Tel Aviv, le 8 juin 2016. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Selon les procureurs, les tireurs ont quitté l’entrepôt d’Abu Afash à 19h00 ce soir-là, avec des sacs et leurs armes.

Habillés et armés, ils ont pris un taxi de Segev Shalom à Beer Sheva, puis un autre taxi jusqu’au marché Sarona de Tel Aviv où, après être entré et avoir commandé un dessert au restaurant Max Brenner, ils se sont dressés et ont ouvert le feu sur les clients israéliens qui les entouraient.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...