Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

Un militant pro-Israël dénonce la violence des agents de sécurité de Roger Waters

Marcel L., qui s'est rué sur scène avec un drapeau israélien lors d'un concert à Francfort, dit avoir été victime de violences ; Waters a qualifié son acte de "déconcertant"

Un homme se précipitant sur la scène avec un drapeau israélien lors d'un concert de Roger Waters à Francfort, en Allemagne, le 28 mai 2023. (Crédit : Capture d'écran Twitter ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
Un homme se précipitant sur la scène avec un drapeau israélien lors d'un concert de Roger Waters à Francfort, en Allemagne, le 28 mai 2023. (Crédit : Capture d'écran Twitter ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Un manifestant pro-Israël qui s’est précipité sur la scène avec un drapeau israélien lors d’un concert de Roger Waters à Francfort dimanche a raconté lundi aux médias israéliens les conséquences de son acte, notamment le fait que les agents de sécurité avaient menacé de lui briser le cou.

Des images diffusées en ligne montraient le jeune homme parvenant à atteindre le pont supérieur tout en fuyant le service d’ordre, tandis que des groupes de manifestants dispersés dans la foule brandissaient également de grands drapeaux israéliens et chantaient « Am Yisrael Chaï » (« Le peuple d’Israël vit »), dans ce qui semblait être une réponse coordonnée à la dernière controverse antisémite de l’ancien leader de Pink Floyd au cours de sa tournée actuelle.

Lundi soir, la Douzième chaîne a rapporté que l’homme qui est monté sur la scène était un chrétien pro-Israël qui dirige le forum des jeunes de l’organisation German-Israeli Society à Francfort, en le nommant uniquement Marcel L.

La chaîne l’a interrogé sur ce qui s’est passé après la manifestation sur scène contre Waters.

« Son service d’ordre est arrivé rapidement et m’a violemment emmené au sous-sol. Ils ont menacé de me briser le cou si je ne leur donnais pas mon téléphone portable », a déclaré Marcel.

« Je ne voulais pas non plus lâcher le drapeau israélien, alors l’agent de sécurité m’a dit qu’il me casserait le bras si je ne lui donnais pas le drapeau », a-t-il ajouté.

Marcel L., qui s’est précipité sur la scène avec un drapeau israélien lors d’un concert de Roger Waters un jour plus tôt à Francfort, en Allemagne, parlant lors d’une interview le 29 mai 2023. (Crédit : Capture d’écran de la Douzième chaîne ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Waters a réagi à la manifestation pendant le concert, déclarant qu’elle l’avait découragé et qu’elle l’avait « déstabilisé ».

L’ancien chanteur du groupe, qui a suscité un bon nombre de controverses en raison de ses actions et commentaires antisémites ces dernières années, fait l’objet d’une nouvelle enquête criminelle pour incitation par la police allemande, après s’être s’habillé en nazi lors d’un concert à Berlin au début du mois. Il a également projeté le nom d’Anne Frank lors de récents concerts à Berlin et à Munich pour établir des comparaisons entre Israël et l’Allemagne nazie.

Des images diffusées sur les réseaux sociaux montrant Waters portant un long manteau noir et un brassard rouge sur scène, ressemblant à celui que les nazis portaient, et brandissant une arme factice au Mercedes-Benz Arena de Berlin le 17 mai ont suscité un tollé, amenant la police à enquêter sur Waters pour incitation à la haine. Felix Klein, le responsable allemand de la lutte contre l’antisémitisme a demandé que Waters soit tenu pour responsable de ses actes. Le port ou l’affichage de symboles évoquant l’ère nazie sont des délits en Allemagne.

« Le contexte du vêtement porté est considéré comme pouvant approuver, glorifier ou justifier la domination violente et arbitraire du régime nazi d’une manière qui porte atteinte à la dignité des victimes et perturbe ainsi la paix publique », a déclaré l’inspecteur en chef de la police locale, Martin Halweg.

Roger Waters sur scène à Berlin, en mai 2023. (Crédit : Capture d’écran Twitter ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Le spectacle de Francfort, que les autorités locales avaient tenté en vain d’empêcher, s’est tenu à la Festhalle, où, en novembre 1938, plus de 3 000 Juifs ont été rassemblés par les nazis, battus, puis forcés à se rendre dans des camps de concentration.

Des organisations juives, des hommes politiques et une alliance de groupes de la société civile se sont réunis avant le début du concert pour une cérémonie commémorative et un rassemblement de protestation contre Waters à l’extérieur de la salle, distribuant des tracts aux spectateurs.

Les manifestants ont lu à haute voix les noms des 600 Juifs qui ont été rassemblés à la Festhalle le 9 novembre 1938, lors de la « Nuit de Cristal », au cours de laquelle les nazis ont terrorisé les Juifs dans toute l’Allemagne et l’Autriche. Les organisateurs ont également organisé une prière commune judéo-chrétienne pour les victimes de la terreur nazie à Francfort.

Une femme tenant une pancarte alors qu’elle participe à une manifestation contre un concert de Roger Waters plus tard dans la journée à la Festhalle, à Francfort, en Allemagne, le 28 mai 2023. (Crédit : AP Photo/Michael Probst)

Pendant le spectacle, Waters a admis sur scène que l’uniforme qu’il porte habituellement pendant les concerts est censé représenter une « sorte de démagogue nazi », ce qui, selon lui, a pour but de critiquer de tels régimes.

Dans des commentaires publiés sur sa page Twitter, Waters a déclaré qu’il avait porté cet uniforme à de nombreuses reprises au cours de sa carrière, mais qu’il n’avait pas participé au concert de Francfort afin d’éviter de « profaner » le lieu et de montrer qu’il était conscient de son histoire, confirmant qu’il avait également été informé de la protestation précédente.

Waters a rejeté les critiques et la controverse en affirmant qu’elles étaient motivées par des considérations politiques.

Waters est un activiste pro-palestinien bien connu qui a été accusé d’avoir des opinions anti-juives. Il a également apposé une étoile de David sur le flanc d’un ballon en forme de cochon lors de récents concerts.

Lors du concert de Berlin ce mois-ci, Waters a également fait défiler sur un grand écran les noms de plusieurs personnes décédées, dont celui d’Anne Frank, l’adolescente juive morte dans un camp de concentration nazi, et celui de la journaliste palestinienne d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh, tuée l’année dernière lors d’une mission en Cisjordanie. Les projections à l’écran – qui affirmaient qu’Abu Akleh avait été tuée parce qu’elle était « palestinienne » – ont suscité l’ire et la condamnation de Waters, qui banalisait la Shoah.

Roger Waters, lors du coup d’envoi de sa tournée « This Is Not A Drill » en Allemagne, au Barclays Arena à Hambourg, le 7 mai 2023. (Crédit : Daniel Bockwoldt/dpa via AP)

L’ancien chanteur a joué dans plusieurs villes allemandes ces dernières semaines dans le cadre de sa tournée « This Is Not A Drill ». Mais cette tournée a suscité une vive controverse, certains responsables municipaux ayant même tenté, en vain, de lui interdire de se produire.

Le chanteur de « Another Brick In The Wall » nie les accusations d’antisémitisme, affirmant qu’il proteste contre la politique israélienne et non contre le peuple juif.

À LIRE : Le concert très politique de Roger Waters à New York est-il antisémite ?

Kline, responsable allemand de la lutte contre l’antisémitisme, a appelé les autorités à la « vigilance » à la suite de l’incident survenu à Berlin.

« Les organisateurs de concerts devraient se demander s’ils souhaitent offrir une tribune aux théoriciens du complot », a-t-il déclaré.

Les envoyés des États-Unis et de l’Union européenne chargés de la lutte contre l’antisémitisme ont également publié leurs propres condamnations.

L’année dernière, la ville polonaise de Cracovie a annulé les concerts de Waters en raison de sa position favorable à la Russie dans sa guerre contre l’Ukraine.

La JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.