Un pèlerin juif décède de causes naturelles à Ouman, en Ukraine
Rechercher

Un pèlerin juif décède de causes naturelles à Ouman, en Ukraine

2 700 personnes ont été prises en charge par United Hatzalah alors que 34 000 hommes se sont rendus sur le tombeau du rabbin Nachman de Breslev pour Rosh HaShana

Des ultra-orthodoxes allument la'Havdallah'  qui marque la fin du Shabbat juif dans une synagogue d'Ouman, en Ukraine, pendant la fête juive de Rosh HaShana, le 7 septembre 2013 (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)
Des ultra-orthodoxes allument la'Havdallah' qui marque la fin du Shabbat juif dans une synagogue d'Ouman, en Ukraine, pendant la fête juive de Rosh HaShana, le 7 septembre 2013 (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Une personne est décédée et des milliers d’autres ont eu recours à des soins médicaux durant un pèlerinage annuel à Ouman, dans la ville ukrainienne où des dizaines de milliers de Juifs se réunissent à l’occasion de Rosh HaShana, la nouvelle année juive.

Le défunt était un jeune homme de 23 ans qui a été frappé par une crise cardiaque, selon une déclaration faite mardi par le groupe de services d’urgence United Hatzalah, basé en Israël mais qui a mis en place un dispensaire à Ouman pendant la fête.

Selon les estimations, 34 000 personnes se sont rendues à Ouman pour participer au pèlerinage de cette année. Environ 2 700 d’entre elles ont été prises en charge par Hatzalah pour des problèmes variés, des maux de têtes aux blessures causées par des chutes dans les rues surpeuplées de la ville.

Le dispensaire installé à l’initiative d’United Hatzalah et qui travaille en coopération avec d’autres groupes dispose de 20 employés et fonctionne 24 heures sur 24 pendant le pèlerinage. Il élargira ses activités jusqu’à Yom Kippour, la semaine prochaine, a annoncé la déclaration.

Un ultra-orthodoxe avec une fleur dans les cheveux dans les rues d’Ouman, en Ukraine, pendant la fête juive de Rosh HaShana, le 8 septembre 2013 (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Le personnel du dispensaire a notamment affaire à des pèlerins qui font fi des avis médicaux et voyagent après des interventions chirurgicales majeures. Il est situé en plein cœur d’Ouman, à environ 250 kilomètres de l’hôpital international le plus proche. Certains pèlerins croient que visiter la ville lors de Rosh HaShana a un pouvoir de guérison.

Les visiteurs viennent à Ouman pour se rendre sur le site où a été inhumé le rabbin Nachman, un chef hassidique du 18e siècle.

Comme les années précédentes, la police israélienne a envoyé des agents à Ouman pendant toute la durée de la fête pour aider les autorités locales dans leur mission de maintien de l’ordre.

Les autorités, en Ukraine, ont amélioré l’accès à Ouman ces dernières années, et des plans sont en cours visant la réouverture d’un aéroport militaire non utilisé aux abords de la ville pour des vols directs.

L’année dernière, un chiffre record de 40 000 pèlerins sont allés à Ouman.

La pèlerinage a entraîné des frictions entre les pèlerins, majoritairement israéliens, et les locaux, dont un grand nombre apprécie peu le bouclage des quartiers par la police. Les altercations de rue ne sont pas rares.

Une autre question est le commerce interne qui se développe entre les pèlerins et qui, selon certains habitants, élimine les bénéfices qui arrivent grâce au tourisme conventionnel.

Cette année, pour la première fois, l‘Etat juif a ouvert un consulat temporaire à Ouman.

Le ministère des Affaires étrangères de Jérusalem a fait savoir que le diplomate en poste dans ce consulat temporaire s’occupera « des affaires consulaires urgentes, comme les documents de voyage volés ou égarés et autre assistance d’urgence proposés par les ambassades israéliennes dans le monde entier ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...