Une chaîne hollandaise s’excuse d’avoir accusé des fans de foot d’antisémitisme
Rechercher

Une chaîne hollandaise s’excuse d’avoir accusé des fans de foot d’antisémitisme

Le reportage sur les fans d’Utrecht chantant des slogans antisémites ne précisait pas que les supporteurs des autres équipes utilisent les mêmes chants

Les supporters du FC Utrecht. Illustration (Crédit : Geüpload porte Luctor/CC BY-SA 3.0/Wikimedia Commons)
Les supporters du FC Utrecht. Illustration (Crédit : Geüpload porte Luctor/CC BY-SA 3.0/Wikimedia Commons)

AMSTERDAM – La principal radiodiffuseur public des Pays-Bas s’est excusé auprès des supporteurs d’une équipe de football hollandaise de ne pas avoir donné de contexte dans un reportage sur les chants antisémites de certains fans de l’équipe.

Les excuses inhabituelles ont été présentées ce mois-ci par NOS pour son reportage du 14 janvier sur le match entre le FC Utrecht, qui jouait à domicile, et l’Ajax club d’Amsterdam. Le reportage mettait en avant les chants des fans, dont les paroles sont « les Juifs vont à l’abattoir » et « qui ne saute pas est juif ».

Dans son reportage, NOS n’avait pas précisé que les fans des autres équipes chantent eux aussi souvent des chants similaires, et certains affirment que ces chansons ne sont pas antisémites, a déclaré Anja van Ginhoven, la porte-parole de NOS, au quotidien Algemeen Dagblad après des plaintes.

« C’était une indignation sélective de notre part, une bourde », a-t-elle déclaré.

Les chants antisémites sont fréquents pendant les matchs de l’Ajax, associé aux Juifs en raison du riche héritage juif de la capitale hollandaise.

Certains fans de l’Ajax s’identifient eux-mêmes comme des Juifs et brandissent des drapeaux israéliens, même si les dirigeants de l’équipe découragent ce comportement. Les fans des équipes rivales ont à leur tour adopté des slogans et des chants antisémites, notamment sur les chambres à gaz et les meurtres de Juifs par des SS, pour railler les supporteurs de l’Ajax.

Built in the 17th century by refugees from the Inquisition, Amsterdam's Portuguese Synagogue withstood the Nazi occupation to remain a center of Jewish life. (Matt Lebovic)
La synagogue portugaise d’Amsterdam, construite au 17e siècle par des réfugiés de l’Inquisition. (Crédit : Matt Lebovic)

« Nous n’avons pas bien géré cela », a déclaré van Hinhoven après le reportage de NOS sur le match du 14 février.

« Nous avons exagéré et n’avons pas remplacé [les chants] dans le contexte. Nous n’aurions pas dû couper ce texte et le présenter mot pour mot. Si vous couvrez ce sujet, il faut dire que les partisans d’Utrecht utilisent les mêmes chants que ceux fièrement utilisés par les supporteurs de l’Ajax. »

Cependant, les fans de l’Ajax, y compris ceux se présentant comme des « Juifs », ne chantent pas le meurtre de Juifs.

D’autres équipes européennes sont associées aux Juifs, comme l’équipe londonienne de Tottenham Hotspur.

La semaine dernière, une vidéo de fans de Manchester City se rendant au match de leur équipe contre Tottenham les montrait en train de chanter des slogans antisémites, comme « vous êtes gazés le matin », dans un train en direction du stade.

NOS est souvent accusé par des militants pro-Israël de préjugés anti-Israël et d’omissions de contexte journalistique dans ses reportages sur l’Etat juif.

En 2015, NOS s’était défendu après avoir modifié une vidéo de 52 secondes montrant une femme arabe blessée par balles par les forces de l’ordre israéliennes après avoir brandi un couteau contre un soldat. NOS avait réduit la vidéo à 13 secondes, et enlever la partie qui montrait le couteau.

La vidéo entière montrait également que la femme était vivante malgré les tirs, tandis que le clip diffusé par NOS se terminait avant. NOS n’avait pas indiqué que sa vidéo avait été modifiée.

Après les plaintes, Marcel Gelauff, rédacteur en chef des informations de NOS, avait défendu sa couverture de l’incident. Il avait déclaré à JTA que son objectif n’était pas de fournir « un tableau clair et précis » de ce qui s’était produit, mais plutôt « une impression de quelques évènements ».

Le 20 janvier, Christians for Israël, une association sioniste internationale basée aux Pays-Bas, avait écrit une lettre ouverte à la direction du FC Utrecht pour lui demander une « plus grande sensibilité » en raison de « l’histoire sanglante » des Juifs aux Pays-Bas, même si les chants ne visaient pas de vrais Juifs.

« Vous n’avez pas besoin d’expliquer que ces chants ne sont pas des insultes personnelles. Nous le comprenons », avait écrit le directeur de l’organisation, Roger van Oordt, et son président, Dick Schutte.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...