Une famille juive agressée à Aubervilliers ; quatre personnes en garde à vue
Rechercher

Une famille juive agressée à Aubervilliers ; quatre personnes en garde à vue

Hier soir, quatre individus ont insulté les occupants d'une voiture qui diffusait de la musique en hébreu à l'occasion de Hanoukka, avant de jeter des bouteilles en verre dessus

Capture d’écran d’une vidéo du site Hassidout.org publiée le 13 décembre 2020 montrant des voitures surmontées d’une Hanoukkia, diffusant de la musique et défilant dans les rues de Paris. (Crédit : Hassidout.org)
Capture d’écran d’une vidéo du site Hassidout.org publiée le 13 décembre 2020 montrant des voitures surmontées d’une Hanoukkia, diffusant de la musique et défilant dans les rues de Paris. (Crédit : Hassidout.org)

Quatre personnes ont été placées en garde à vue après avoir agressé et insulté jeudi soir une famille juive à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), lors du huitième et dernier soir de la fête de Hanoukka, a-t-on appris vendredi de source proche de l’enquête.

Vers 20H40 jeudi soir, cette famille se trouvait dans une voiture quand elle a été prise à partie par un « groupe d’individus », pendant que le véhicule diffusait de la « musique et des messages de paix en hébreu » à l’occasion de Hanoukka, la fête juive des lumières, a indiqué cette source.

Les quatre individus ont proféré « nique les Juifs », avant de « secouer la voiture et jeter des bouteilles en verre sur la carrosserie », selon cette source.

Deux adultes en situation irrégulière et deux mineurs ont été placés en garde à vue pour des insultes à caractère antisémite et des violences sans jours d’ITT, indique le parquet de Bobigny.

Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a indiqué que cette famille avait été agressée « parce que juive » et que les auteurs « devront être punis à la hauteur de la gravité de ces faits ».

La maire d’Aubervilliers, Karine Franclet (UDI), a également apporté son soutien aux victimes.

Le député Eric Ciotti (Les Républicains) a lui dénoncé l’antisémitisme dans les « quartiers de France », qui « doit être combattu et éradiqué ».

Le CRIF, l’UEJF, l’AJC Paris, Christian Estrosi et le syndicat « La police en avant » ont eux aussi réagi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...