Rechercher

Une Israélienne remporte le Prix européen de l’innovation féminine 2021

Le Dr Daphne Haim-Langford, fondatrice et directrice générale de Tarsier Pharma, reçoit le prix de 100 000 euros

Le Dr. Daphne Haim-Langford, PDG et fondatrice de Tarsier Pharma. (Courtoisie)
Le Dr. Daphne Haim-Langford, PDG et fondatrice de Tarsier Pharma. (Courtoisie)

Une directrice pharmaceutique israélienne fait partie des trois lauréates du prix européen 2021 pour les femmes innovatrices, décerné chaque année à des femmes entrepreneurs qui ont fondé une entreprise prospère et apporté une innovation sur le marché. Les lauréates ont été annoncées cette semaine par la Commission européenne.

Le Dr Daphne Haim-Langford, fondatrice et directrice générale de la société pharmaceutique israélienne Tarsier Pharma, a remporté la distinction. Son entreprise, fondée en 2016, développe des traitements pour les maladies oculaires inflammatoires auto-immunes.

Le prix est assorti d’un prix en espèces de 100 000 € pour chaque lauréat. Haim-Langford a gagné aux côtés de la Néerlandaise Merel Boers, cofondatrice et PDG de NICO-LAB, une entreprise de technologie qui aide les médecins à améliorer les soins d’urgence, et de la Danoise Mathilde Jakobsen, cofondatrice et PDG de Fresh.Land, une plateforme numérique qui raccourcit et numérise la chaîne d’approvisionnement alimentaire.

Le prix annuel a été lancé pour la première fois en 2011 pour honorer « les femmes entrepreneurs derrière des innovations qui changent la donne », selon l’annonce. Il est décerné à des entrepreneurs de toute l’UE et de pays associés à Horizon Europe, notamment Israël, l’Albanie, la Moldavie, la Turquie, l’Ukraine et le Maroc.

Horizon Europe est le principal programme de financement de l’UE pour la recherche et l’innovation, avec un budget de plus de 100 milliards de dollars. Tarsier Pharma a reçu des fonds de ce programme.

Haim-Langford a travaillé dans l’industrie biomédicale pendant plus de 20 ans à différents titres, notamment comme investisseur, entrepreneur et cadre, selon le profil de la société. En tant qu’investisseur, elle a dirigé des investissements dans des sociétés de technologie médicale et de biotechnologie, et a siégé au conseil d’administration de plusieurs sociétés.

Elle est également cofondatrice de l’Organisation israélienne du biomimétisme, une organisation à but non lucratif qui promeut la nature comme source d’innovation.

« C’est un moment spécial pour moi », a déclaré Mme Haim-Langford dans un communiqué de l’entreprise. « L’autonomisation des femmes innovatrices est une mission d’importance mondiale que je m’efforce d’accomplir à travers ma carrière. Je crois qu’il est de notre responsabilité, en tant que femmes leaders, de nous assurer que beaucoup d’autres femmes nous suivront, et nous devrions créer des opportunités et soutenir la prochaine génération. »

Plus tôt cette année, Tasier Pharma a levé des capitaux (le montant n’a pas été divulgué) pour réaliser un essai clinique de phase III de l’une de ses solutions, TRS, aux États-Unis et en Europe. La plateforme TRS de la société est conçue pour traiter les maladies oculaires inflammatoires aveuglantes et est développée à la fois sous forme de gouttes ophtalmiques et d’injections intravitréennes. Selon Tasier Pharma, la solution pourrait traiter des maladies telles que le glaucome avancé aussi efficacement que les stéroïdes, mais sans les effets secondaires.

« Nous tenons à féliciter chaleureusement la Dr Daphne Haim-Langford pour avoir remporté le prestigieux prix européen des femmes innovatrices 2021 », a déclaré le Dr Ami Appelbaum, président de l’Autorité israélienne de l’innovation, dans le communiqué.

« Depuis des années, Israël est connu pour être à l’avant-garde des innovations technologiques mondiales. En remportant cet illustre prix, Daphne donne à d’autres femmes chercheurs et entrepreneurs les moyens de briser le plafond de verre et de se distinguer dans les différents secteurs technologiques et plus particulièrement en médecine. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...