Une organisation anti-raciste suisse porte plainte contre Dieudonné
Rechercher

Une organisation anti-raciste suisse porte plainte contre Dieudonné

"Dieudonné a réitéré ses propos négationnistes tenus en janvier, allant jusqu’à déclarer lors d’un ‘sketch’ que ‘les chambres à gaz n’ont jamais existé’", a rapporté la CICAD

Dieudonné M'Bala M'Bala à son arrivée au tribunal de Paris, le 13 décembre 2013. (Crédit : Joel Saget/AFP)
Dieudonné M'Bala M'Bala à son arrivée au tribunal de Paris, le 13 décembre 2013. (Crédit : Joel Saget/AFP)

Dans un communiqué, la Coordination intercommunautaire contre l’antisémitisme et la diffamation (CICAD) a annoncé avoir déposé plainte contre le polémiste français Dieudonné M’Bala M’Bala, qui s’est produit au CAC Voltaire, une salle de Genève, les 28 et 29 juin derniers dans le cadre de la tournée de son spectacle « En vérité ».

« Dieudonné sur scène à Genève : négationnisme et injures au menu », titrait le communiqué de l’association suisse.

« Dieudonné a réitéré les propos négationnistes tenus à Nyon en janvier dernier, allant jusqu’à déclarer lors d’un ‘sketch’ que ‘les chambres à gaz n’ont jamais existé’, franchissant à nouveau une ligne rouge », a rapporté le CICAD, qui explique avoir également été directement insultée par le polémiste.

« La CICAD, les associations… ah bon ils ne m’aiment pas ces gens-là (…) Ah j’ai un procès demain ? Il faut leur dire d’aller se faire encu… à la CICAD », aurait-il déclaré lors du spectacle.

L’association l’accuse ainsi de « persister dans sa stratégie d’utiliser ses spectacles afin de diffuser des propos antisémites et injurieux ».

Une plainte a été déposée pour discrimination raciale et injure. Elle vient s’ajouter à une dénonciation pénale qui avait été déposée en février 2019, suite à des propos négationnistes prononcés à Nyon.

Soupçonné notamment d’avoir détourné plus d’un million d’euros de recettes non comptabilisées de ses spectacles, Dieudonné a été condamné vendredi 5 juillet à Paris pour fraude fiscale, blanchiment ou encore abus de biens sociaux à trois ans de prison, dont un avec sursis, et 200 000 euros d’amende.

Le tribunal correctionnel a condamné sa compagne Noémie Montagne, en tant que gérante de droit de leur société des Productions de la plume, à 18 mois d’emprisonnement avec sursis notamment pour abus de biens sociaux aux dépens de cette société et fraude à la TVA.

Les Productions de la plume ont été condamnées à 50 000 euros d’amende pour soustraction au paiement de la TVA.

L’homme controversé et sa compagne se sont aussi vu infliger une interdiction de gérer une entreprise pendant dix ans, et le tribunal a prononcé la confiscation des fortes sommes en espèces saisies au cours de l’enquête.

Plus de 657 000 euros en espèces avaient été retrouvés à son domicile en 2014, et lui et ses proches ont envoyé plus de 565 000 euros à l’étranger, principalement au Cameroun où il a des liens familiaux.

Le tribunal a dénoncé des « infractions plurielles », commises « sur une longue période, 2009-2014 » par un homme « aux très nombreux antécédents tant fiscaux que judiciaires ».

Le polémiste, condamné à de multiples reprises pour ses sorties antisémites, avait opposé tout au long des débats son droit au silence à ses juges. Il a annoncé faire appel, continuant ainsi entretemps à se produire dans le cadre des tournées de ses spectacles « En vérité » et de son prochain, « Gilet jaune ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...