Une peine plus lourde pour l’extrémiste qui a incendié une école judéo-arabe
Rechercher

Une peine plus lourde pour l’extrémiste qui a incendié une école judéo-arabe

Le militant de Lehava, Yitzhak Gabai, reconnu coupable pour son crime de haine à Jérusalem en 2014 écope de 4 mois de prison supplémentaires

Yitzhak Gabai, un membre de l'organisation d'extrême droite Lehava à la cour de district de Jérusalem, le 1er décembre 2015 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)
Yitzhak Gabai, un membre de l'organisation d'extrême droite Lehava à la cour de district de Jérusalem, le 1er décembre 2015 (Crédit : Yonatan Sindel / Flash90)

Mercredi, la Cour suprême a alourdi la peine du pyromane qui voulait détruire une école judéo-arabe à Jérusalem en novembre 2014.

Yitzhak Gabai, 22 ans et les frères Nahman et Shlomo Twitto ont été reconnus coupables en septembre 2015 par le tribunal pour avoir mis le feu à l’école Max Rayne à Jérusalem et recouvert de graffitis les murs de l’école avec des messages tels que : « Il n’y a pas de coexistence avec le cancer » « Mort aux arabes » et « Kahane avait raison », se référant rabbin Meir Kahane décédé, l’un des fondateurs du mouvement juif ultra-nationaliste.

En décembre, Gabai a été condamné à trois ans de prison après avoir rejeté la négociation de peine signée par les frères Twitto, chacun accusé de pyromanie, de port d’armes illégales et d’incitation à la violence sur les réseaux sociaux.

En janvier, la Cour suprême a alourdi les peines de prison de chacun des deux frères Twitto d’une durée de 8 mois en réponse au recours de la défense. Nahman Twitto, 18 ans a vu sa peine augmenter de 38 mois et Shlomo, 20 ans de 32 mois.

Mercredi, la Cour suprême a répondu en faveur au recours administratif indiquant que la peine de Gabai était trop indulgente et l’a donc allongée de 4 mois pour atteindre ainsi un total de 40 mois.

Dans son jugement, le juge Uri Shoham a exposé la gravité du crime commis par Gabai ayant mis le feu à « une école bilingue dans laquelle des étudiants juifs et arabes étaient scolarisés ensemble, animé par la haine de ceux qui cherchent à nuire à l’objectif d’une coexistence entre juifs et arabes. »

Shoham écrivit que le crime avait été commis pour promouvoir une idéologie extrémiste et « porter atteinte au sentiment de sécurité des élèves et des professeurs » dans l’école.

Il a affirmé n’avoir vu aucune différence entre les agissements des frères Twitto et ceux de Gabai. Il expliqua, à l’annonce du jugement, que la peine de Gabai devait également être alourdie de huit mois. Toutefois, parallèlement à cela, il a retiré quatre ans de peine jugeant que la sentence initiale, pour possession de couteau ou pour incitation, était trop sévère.

Après ces ajustements, la peine globale de Gabai a été alourdie de quatre mois seulement. Le trio faisait partie des militants de l’organisation d’extrême droite Lehava qui, inspirée des idées du rabbin Kahane décédé, a comme objectif d’empêcher la coexistence entre juifs et arabes en Israël.

Lehava a été dénoncée par le président Reuven Rivlin qui a comparé les agissements de ce mouvement à « un grignotage des fondations juives et démocratiques d’Israël par des rongeurs. »

Dans un communiqué du 14 décembre, le dirigeant de Lehava, Bentzi Gopstein a déclaré que son organisation n’agissait pas illégalement et a accusé le Shin Bet d’essayer d’empêcher Lehava de poursuivre sa « tâche sacrée de sauver les filles d’Israël ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...