Rechercher

Une vidéo de la benne à ordures jetée par des émeutiers ultra-orthodoxes à Jérusalem

La mère de 10 enfants est toujours hospitalisée dans un état grave ; la police a imposé un embargo sur l'enquête en cours ; un neveu accuse des "anarchistes" déguisés en haredim

La scène où une femme de 40 ans a été heurtée par une benne à ordures poussée par des émeutiers ultra-orthodoxes, dans le quartier de Mea Shearim, à Jérusalem, le 16 décembre 2022. (Crédit : Flash90)
La scène où une femme de 40 ans a été heurtée par une benne à ordures poussée par des émeutiers ultra-orthodoxes, dans le quartier de Mea Shearim, à Jérusalem, le 16 décembre 2022. (Crédit : Flash90)

Des images d’une caméra de vidéosurveillance ont circulé dimanche montrant le moment dramatique où une femme a été heurtée et gravement blessée par une benne à ordures en feu dévalant une rue, après avoir été poussée par des extrémistes ultra-orthodoxes lors de manifestations à Jérusalem, la semaine dernière.

Mirel Dzalovsky, 40 ans et mère de 10 enfants, était toujours inconsciente et sous respirateur à l’hôpital Shaare Zedek dimanche. « Son état est grave mais stable », a indiqué l’hôpital.

Peu après la publication de la vidéo de l’incident par les médias, la police a interdit la publication de tout autre détail concernant l’enquête en cours. Aucune arrestation n’a encore été effectuée en rapport direct avec l’incident.

Des premières échauffourées ont éclaté jeudi dans le quartier Mea Shearim de la capitale en réponse à l’arrestation d’un homme soupçonné d’avoir mis le feu à un magasin de téléphones portables il y a plusieurs mois. Les magasins de téléphonie mobile sont parfois pris pour cible par des extrémistes religieux parce qu’ils ne respectent pas les mesures qui restreignent l’utilisation de ces appareils.

Dimanche, le tribunal de première instance de Jérusalem a prolongé la garde à vue du suspect de trois jours supplémentaires.

Ces manifestations ont suscité de sévères condamnations de la part des politiciens, en particulier des futurs ministres de la coalition prévue entre les partis d’extrême-droite et ultra-orthodoxes et le Likud, qui étaient impatients de montrer que leurs appels à la sécurité étaient appliqués au-delà des frontières communautaires.

L’un des neveux de la victime a déclaré à la radio Kan Reshet Bet que les assaillants étaient « deux personnes déguisés en haredim, mais qui n’étaient pas des haredim (…) des anarchistes, qui n’ont aucun lien avec les religieux ».

Moshe, un résident ultra-orthodoxe de Mea Shearim, a déclaré à la Douzième chaîne que les manifestants représentaient une « petite poignée » de la communauté et que la plupart avaient peur d’eux. « Nous avons peur d’eux. Et toutes ces années, nous avons été contre eux. Ces gens ne représentent personne, c’est un groupuscule bruyant, et nous en souffrons aussi », a-t-il déclaré. « Bien que nous soyons une communauté ultra-orthodoxe et que nous soutenions les manifestations contre le sionisme, nous avons également peur des extrémistes qui ont blessé la femme actuellement hospitalisée. »

Des centaines de manifestants se sont rassemblés des heures durant dans la nuit de jeudi à vendredi. Ils ont bloqué des routes, incendié un feu de signalisation et des poubelles, et lancé des pierres sur la police.

Les pompiers ont éteint les incendies, mais l’une des bennes à ordures a heurté la femme, lui causant de graves blessures. Les images semblent montrer la benne en train de s’enflammer au moment où elle la heurte.

La police a arrêté au moins deux personnes pour trouble à l’ordre public et déclenchement d’incendie. Les suspects ont été emmenés dans un poste de police pour être interrogés.

Des émeutiers ultra-orthodoxes affrontant la police à Jérusalem, le 15 décembre 2022. (Crédit : Police israélienne)

La police a précisé dans un communiqué que les deux personnes n’étaient pas responsables de la poussée de la benne à ordures qui a blessé la femme et que d’autres arrestations seraient effectuées prochainement.

Après le début des manifestations à Jérusalem, des manifestations distinctes ont éclaté à Beit Shemesh, une ville ultra-orthodoxe. Les manifestations de Beit Shemesh ont eu lieu en réponse à l’arrestation de deux résidents il y a quelques jours pour vandalisme présumé sur des biens publics.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.