Vacciner les Palestiniens * La campagne philanthropique de Michael Leven
Rechercher
Blog

Vacciner les Palestiniens * La campagne philanthropique de Michael Leven

Deux raisons d'aider les voisins, et un éloge pour un projet caritatif stratégique

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Une résidente palestinienne du quartier de Beit Hanina à Jérusalem-Est se fait vacciner contre le coronavirus dans un centre de santé de Clalit, le 12 janvier 2021. (Ahmad Gharabli/AFP)
Une résidente palestinienne du quartier de Beit Hanina à Jérusalem-Est se fait vacciner contre le coronavirus dans un centre de santé de Clalit, le 12 janvier 2021. (Ahmad Gharabli/AFP)

La bande de Gaza est dirigée par le Hamas, une organisation terroriste islamiste qui vise à détruire Israël. Une grande partie de la Cisjordanie est supervisée par l’Autorité palestinienne (AP), une direction si opposée à la normalisation des relations avec Israël qu’elle a refusé d’accepter deux envois d’aide médicale en provenance des Émirats arabes unis l’année dernière pour aider à combattre la pandémie de coronavirus parce qu’ils avaient été acheminés par avion à l’aéroport Ben Gurion.

Alors pourquoi diable Israël devrait-il aider les résidents palestiniens de ces territoires à se faire vacciner contre la COVID-19, surtout quand l’AP a accepté d’assumer la responsabilité légale des services de santé dans le cadre des accords d’Oslo ?

Pourquoi ? Parce que c’est à la fois la chose décente à faire et clairement dans l’intérêt d’Israël.

Décent, parce que si les gens de notre voisinage immédiat sont exposés à un risque de contagion virale mettant leur vie en danger, et que nous pouvons les aider, nous devons le faire. Feraient-ils la même chose pour nous ? Le Hamas ne le ferait probablement pas. Il en est ainsi. Deviendront-ils moins hostiles à notre égard si nous les aidons ? Probablement pas. Mais encore une fois, peu importe.

L’intérêt personnel, car la COVID-19 ne connaît pas de frontières, et la contagion passe facilement de la Cisjordanie à Israël et vice versa. C’est peut-être moins le cas avec Gaza, où il y a très peu de mouvements de population d’un côté à l’autre, mais si Ramallah ne vainc pas vraiment la COVID, il est difficile d’imaginer que Jérusalem le fera aussi.

Israël met déjà la vaccination à la disposition des Palestiniens de Jérusalem-Est (dont la plupart sont des résidents israéliens sans citoyenneté israélienne), avec lesquels nos vies sont étroitement liées. Leurs vies, à leur tour, sont souvent profondément liées à celles de leurs parents, amis et collègues en Cisjordanie. De nombreux Palestiniens de Cisjordanie, à leur tour, interagissent avec les Israéliens – soit en Israël, soit autour des implantations israéliennes. En bref, lorsque les Palestiniens éternuent, les Israéliens sont régulièrement susceptibles d’attraper un rhume, et vice versa. Et lorsque les Palestiniens ont la COVID-19, les Israéliens sont susceptibles d’être infectés, et vice versa, avec des conséquences terribles.

En négociant efficacement, en payant plus cher que prévu, en présentant Israël comme un test mondial pour le déploiement de la vaccination et en parvenant à vacciner la population en fonction des priorités grâce à ses organismes de gestion de la santé extrêmement efficaces, Israël est actuellement le leader mondial de la vaccination par habitant ; plus d’un quart de la population a reçu le premier de ses deux vaccins Pfizer. Les Palestiniens sont loin derrière, avec un premier envoi important de vaccins, le Spoutnik V de la Russie, attendu seulement pour la mi-février.

A LIRE : L’Autorité palestinienne hésite à utiliser le vaccin russe, dit Ramallah

Mais pour autant que nous puissions le dire, Israël n’a pas eu jusqu’à présent de surproduction de doses de vaccins ; en effet, il a dû ralentir la campagne de vaccination au début du mois, avant de négocier des expéditions accélérées. La priorité du gouvernement est, à juste titre, de prendre soin des nôtres. Il a donné 100 doses à l’AP comme « geste humanitaire », mais aurait refusé une demande de 10 000 doses pour les travailleurs de la santé de l’AP en raison de l’insuffisance des stocks.

Si et quand cela changera, si Israël peut aider les Palestiniens avec des doses de vaccin, et aider aussi avec la logistique cruciale de la vaccination, il devrait proposer de le faire. Si les Palestiniens souhaitent se « normaliser » suffisamment pour accepter une telle aide, eh bien, c’est leur affaire.

***

L’homme d’affaires et entrepreneur Michael A. Leven mène une campagne pour encourager ses collègues philanthropes à consacrer au moins 50 % des dons de bienfaisance de leurs plans successoraux à des causes liées au judaïsme et à Israël.

Michael Leven. (AP Photo/Isaac Brekken)

Le « Jewish Future Pledge », basé sur le « Giving Pledge » dirigé par Warren Buffett et Bill et Melinda Gates, est conçu pour garantir que les composantes essentielles de la vie juive – les organisations juives, les institutions religieuses et les causes liées à Israël – soient maintenues, précisément lorsqu’il n’y a aucune garantie que les générations futures produiront une philanthropie centrée sur le judaïsme qui corresponde aux niveaux de l’époque actuelle.

Dans des interviews rendant public cet effort, M. Leven, basé en Floride, ancien président et directeur d’exploitation de la Las Vegas Sands Corp, a déclaré que l’idée de la campagne avait été déclenchée par des choses que j’avais dites lors d’une conférence à laquelle il avait assisté à Aspen, dans le Colorado, sur les inquiétudes concernant l’avenir de la philanthropie à destination des juifs.

« Vous m’avez coûté beaucoup de temps, d’argent et d’énergie », a plaisanté M. Leven lundi, lorsqu’il s’est exprimé à ce sujet sur Zoom.

M. Leven, qui souligne que la campagne est non partisane, sans liste de causes prescrites, dit que « cela n’a pas été facile : cela a été plus lent que je ne le pensais et plus coûteux que je ne le pensais ». Mais l’effort s’accélère, et il estime que des milliards de dollars ont maintenant été promis. Parmi les plus de 600 premiers donateurs figurent Charles Bronfman, Bernie Marcus et la Fondation de la famille Charles et Lynn Schusterman. Des partenariats ont été établis à ce jour avec 12 fédérations juives en Amérique du Nord, et d’autres partenariats sont en cours de négociation, notamment avec la JNF/KKL.

J’ai posé à Leven une question presque hérétique, sur l’hypothèse qui sous-tend l’effort : Pourquoi est-il si important que le peuple juif continue à survivre et à prospérer ? « Eh bien, je ne suis pas rabbin », a-t-il commencé en précisant qu’il avait grandi dans un foyer orthodoxe moderne et qu’il était « très laïc », puis il a souligné la contribution juive largement disproportionnée au bien-être de l’humanité. Les Juifs constituent une « minuscule » population dans le monde entier, qui a apporté une contribution considérable « à la société dans son ensemble », a-t-il déclaré, citant l’industrie, la gouvernance, la science, la technologie et bien d’autres choses encore. Quant à Israël, il s’est émerveillé de ce que notre « petit bout » de pays a accompli au cours de sa brève vie moderne.

Nous, les Juifs, a-t-il reconnu, « nous avons tous nos problèmes ; nous sommes des êtres humains, bien sûr. Mais en fin de compte, nous faisons tant de choses à partir de si peu… »

« Je pense simplement que le monde est devenu meilleur parce que nous étions là », a-t-il conclu, « et je pense toujours que nous avons une chance d’apporter cette contribution… Nous faisons du bien à la civilisation ».

Leven a dit qu’il prenait soin de mentionner mon rôle dans la naissance de l’idée du « Jewish Future Pledge », « parce que je n’aime pas m’attribuer le mérite de quelque chose qui n’est pas de moi ».

Je n’ai pas les notes de la conférence d’Aspen que j’ai donnée et à laquelle Leven a assisté, mais j’ai souvent parlé, lors de conférences, de préoccupations concernant l’avenir de la philanthropie juive, d’autant plus que l’ancienne génération actuelle, si fortement identifiée aux causes juives et à Israël, est en train de s’éteindre.

Si quelque chose que j’ai dit a déclenché une campagne de plus en plus importante qui aidera à sauvegarder des éléments faisant partie intégrante de la vie juive, alors j’en suis fier. Mais le vrai mérite, comme toujours, revient aux pionniers énergiques qui traduisent les mots en actions.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...