Washington en faveur d’un accord israélo-saoudien, si Ryad respecte ses valeurs
Rechercher

Washington en faveur d’un accord israélo-saoudien, si Ryad respecte ses valeurs

Selon le Département d'Etat, un "rééquilibrage" des liens avec le royaume tenant compte des droits de l'Homme évitera une guerre avec l'Iran et favorisera la paix dans la région

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

(De gauche à droite) Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le Président américain Joe Biden et le Prince héritier saoudien Mohammed ben Salman. (AP/collage)
(De gauche à droite) Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le Président américain Joe Biden et le Prince héritier saoudien Mohammed ben Salman. (AP/collage)

Les Etats-Unis veulent faire avancer un vaste programme dans leurs relations avec l’Arabie Saoudite qui comprend la négociation d’un accord de paix entre la puissance du Golfe et Israël, mais ils ne pourront le faire que si Ryad améliore son bilan en matière de droits de l’Homme, ont déclaré des responsables lundi.

Alors que l’administration Biden a parlé de son désir d’élargir la liste des pays qui normalisent leurs relations avec Israël, il semble que ce soit la première fois que l’Arabie Saoudite soit mentionnée dans ce contexte.

« Nous cherchons à accomplir beaucoup de choses avec les Saoudiens : mettre fin à la guerre au Yémen et soulager la crise humanitaire du pays, utiliser notre leadership pour forger des liens à travers les divisions les plus amères de la région », a déclaré le porte-parole du Département d’Etat, Ned Price, à l’ouverture de sa conférence de presse quotidienne.

« Qu’il s’agisse de trouver le moyen d’éviter une guerre avec l’Iran et d’instaurer un dialogue régional significatif, ou de forger une paix historique avec Israël », a déclaré M. Price.

Le porte-parole du Département d’État a poursuivi en expliquant que les États-Unis « ne peuvent relever ces nombreux défis importants que dans le cadre d’un partenariat avec l’Arabie saoudite qui respecte les valeurs américaines ».

Ces remarques faisaient partie d’une longue déclaration plaçant la publication vendredi d’un rapport des services de renseignement américains accusant le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane d’avoir donné le feu vert au meurtre du journaliste et critique du royaume saoudien Jamal Khashoggi dans le contexte du plan du président américain Joe Biden de « recalibrer » les liens bilatéraux avec Riyad.

M. Price a souligné d’autres sujets de préoccupation pour les États-Unis, notamment leur offensive militaire au Yémen et le traitement plus large réservé par le régime aux critiques et aux militants des droits.

« À l’avenir, le comportement des Saoudiens déterminera la part de ce programme ambitieux, partagé et positif que nous pourrons réaliser », a déclaré M. Price.

Israël n’a pas de relations diplomatiques avec l’Arabie Saoudite mais entretient depuis longtemps des liens clandestins qui se sont renforcés ces dernières années, les deux pays étant confrontés à une menace commune que représente l’Iran.

Selon des sources à Jérusalem, l’ancien secrétaire d’État Pompeo et Netanyahu ont rencontré Mohammed ben Salmane dans la ville de Néom, sur la mer Rouge, en novembre dernier. Cette rencontre, démentie par Ryad, a alimenté les spéculations frénétiques en Israël sur la possibilité d’un accord de normalisation.

Depuis septembre, Israël a conclu des accords de normalisation avec les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Soudan et le Maroc, les responsables de Trump affirmant qu’un accord avec l’Arabie saoudite est « inévitable ». Les responsables saoudiens ont cependant déclaré qu’un accord de paix entre Israël et les Palestiniens doit précéder la reconnaissance de l’État juif.

Le porte-parole du Département d’État, Ned Price, s’adresse aux journalistes lors d’une conférence de presse au Département d’État à Washington, le lundi 1er mars 2021. (Tom Brenner/Pool via AP)

L’administration Trump a courtisé Ryad alors qu’elle cherchait à isoler l’ennemi commun qu’est l’Iran et s’est abstenue de critiquer sévèrement les prétendues violations des droits de l’homme dans le royaume.

Rompant avec l’approche de M. Trump, M. Biden a déclaré vendredi, avant la publication du rapport des services de renseignement, que Washington « exigerait que l’Arabie saoudite rende compte des violations des droits de l’Homme ».

Le mois dernier, les médias israéliens ont rapporté que de hauts responsables israéliens et saoudiens se sont récemment entretenus par téléphone pour discuter des projets de l’administration Biden de réintégrer l’accord nucléaire iranien.

Au cours de ces conversations, les Saoudiens ont exprimé leur inquiétude face à la nouvelle administration américaine et ont déploré qu’elle se concentre sur les violations des droits de l’homme dans le royaume.

Selon des informations publiées le mois dernier, Israël envisageait de faire pression sur l’administration Biden pour qu’elle ne fasse pas pression sur ses alliés régionaux, l’Arabie Saoudite, l’Egypte et les Emirats Arabes Unis, sur des questions liées aux droits de l’Homme, craignant que cela ne mette en péril l’amélioration des liens de l’Etat juif avec certains pays arabes et ne renforce l’Iran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...