Israël en guerre - Jour 230

Rechercher

Washington soutient une « opération limitée » après la prise du côté gazaoui de Rafah

Selon Miller, il est légitime pour Israël d'empêcher le Hamas de percevoir des revenus à la frontière égyptienne, tout en appelant à une réouverture rapide du poste-frontière afin que l'aide puisse continuer à être acheminée

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Des Palestiniens déplacés, suite à un ordre d'évacuation donné par l'armée israélienne la veille, fuyant Rafah avec leurs biens vers des zones plus sûres dans le sud de la bande de Gaza le 7 mai 2024. (Crédit : AFP)
Des Palestiniens déplacés, suite à un ordre d'évacuation donné par l'armée israélienne la veille, fuyant Rafah avec leurs biens vers des zones plus sûres dans le sud de la bande de Gaza le 7 mai 2024. (Crédit : AFP)

L’administration Biden a semblé donner son approbation initiale pour l’opération lancée par Israël tôt ce mardi matin pour reprendre le côté palestinien du poste-frontière de Rafah avec l’Égypte.

Les porte-parole de l’administration ont déclaré que les objectifs de l’opération étaient légitimes, mais ont averti que cette évaluation pourrait changer si l’opération prenait de l’ampleur et entraînait une entrave prolongée à l’acheminement de l’aide dans la bande de Gaza.

« Nos homologues israéliens nous ont dit que l’opération de la nuit dernière était limitée et visait à empêcher le Hamas de faire entrer clandestinement des armes et des fonds à Gaza », a déclaré John Kirby, porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison Blanche, lors d’une conférence de presse.

« Il semble qu’il s’agisse d’une opération limitée jusqu’à présent, mais cela dépend dans une large mesure de ce qui se passera ensuite », a déclaré Matthew Miller, porte-parole du Département d’État, lors d’un point de presse séparé.

Les responsables américains ont cherché à faire la distinction entre les mesures prises jusqu’à présent par Israël et une éventuelle opération militaire plus importante, à laquelle ils continuent de s’opposer par crainte que le million et plus de Palestiniens abrités à Rafah ne soient mis en danger.

« Nous avons clairement indiqué que nous ne voulions pas d’une opération militaire d’envergure. Cela ressemble à un prélude à une opération militaire d’envergure. En ce qui concerne la réponse politique, nous verrons ce qui se passera ensuite avant de prendre ces décisions », a-t-il ajouté.

Des volutes de fumée après un bombardement à l’est de Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 6 mai 2024. (Crédit : AFP)

« L’une des choses qu’Israël a dites – et qui est tout à fait exacte – est que le [groupe terroriste palestinien du] Hamas contrôlait toujours le côté Gaza du point de passage de Rafah, et que le Hamas continuait à percevoir des revenus grâce à l’ouverture de ce point de passage », a expliqué le porte-parole du Département d’État. « C’est donc un objectif légitime que d’essayer de priver le Hamas de l’argent qu’il pourrait utiliser pour continuer à financer ses activités terroristes. »

Depuis des mois, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a déclaré que les troupes israéliennes mèneraient une opération pour anéantir les derniers bastions du groupe terroriste palestinien du Hamas à Rafah, qu’un accord soit ou non conclu dans le cadre des pourparlers en cours pour la libération des otages. Selon des responsables israéliens de la Défense, quatre des six bataillons restants du Hamas se trouvent dans la ville, ainsi que des membres de la direction du groupe terroriste et un grand nombre des otages enlevés en Israël lors de son assaut barbare du 7 octobre, qui a déclenché la guerre dans la bande de Gaza.

L’opération menée par Tsahal tôt mardi a entraîné la fermeture du poste-frontière de Rafah, l’un des principaux points de passage utilisés pour acheminer l’aide vers la bande de Gaza. Cette fermeture est survenue alors que le poste-frontière israélien de Kerem Shalom, situé à proximité, est également resté fermé après qu’une attaque à la roquette du Hamas a tué dimanche quatre soldats israéliens et en a blessé d’autres qui se trouvaient à proximité. Israël l’a rouvert mercredi matin.

Les troupes de l’armée israélienne, du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah, le 7 mai 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Miller a fait la distinction entre l’opération au poste-frontière de Rafah, qu’il a semblé approuver, et l’annonce faite lundi par l’armée israélienne demandant à quelque 100 000 Palestiniens d’évacuer les quartiers est de la ville la plus méridionale de Gaza.

« Nous ne pensons pas que nous puissions soutenir le type d’opération militaire qui suivrait une telle évacuation en raison de l’impact dramatique qu’elle aurait sur la population civile et sur la capacité d’acheminer l’aide humanitaire à ces personnes », a-t-il déclaré.

Miller a précisé que l’évacuation de civils avant une opération militaire était en théorie bienvenue, mais il a accusé Israël de prendre cette mesure sans disposer des mécanismes appropriés pour s’occuper des personnes une fois évacuées.

« Ces personnes doivent avoir un endroit où aller et les endroits où elles se rendent doivent disposer de suffisamment de nourriture, d’eau, de logements et d’installations sanitaires, et nous n’avons pas encore vu de plan en ce sens », a-t-il déclaré, affirmant qu’Israël ne prenait pas en compte le fait qu’une fois que certains Palestiniens auront fui vers les zones de sécurité désignées dans la bande de Gaza, beaucoup d’autres les suivront.

Un char de l’armée israélienne écrasant un panneau « J’aime Gaza » du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah-Egypte. (Crédit : Capture d’écran X ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d’auteur)

« Le Hamas a dit qu’il acceptait l’offre, mais ce n’est pas ce qu’il a fait. »

En ce qui concerne les pourparlers en cours sur les otages, Miller a réfuté l’affirmation du Hamas, lundi, selon laquelle il avait accepté la proposition de trêve qui était sur la table.

Israël avait accepté ce que le secrétaire d’État américain Antony Blinken a décrit comme une proposition « extraordinairement généreuse » à la fin du mois dernier, a commencé Miller. « C’est l’offre qui était sur la table. »

« Le Hamas a semblé dire clairement dans ses déclarations publiques qu’il avait accepté cette offre hier. Ce n’est pas ce qu’il a fait. Il a répondu par une contre-proposition et nous sommes en train d’en régler les détails », a-t-il ajouté, précisant que le chef de la CIA, William Burns, se trouvait au Caire avec des délégations d’Israël, du Hamas et du Qatar.

Il semble que ce soit la première fois que l’un des médiateurs publie une clarification concernant la déclaration du groupe terroriste palestinien de mardi, après environ 24 heures d’absence de réponse à cette divergence apparente. Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères du Qatar est même allé jusqu’à qualifier la réponse du Hamas de « positive ».

Plus tôt dans la journée, Kirby avait ajouté à la confusion en déclarant que la réponse du Hamas « suggère que [les parties] devraient être en mesure de combler les lacunes restantes ».

Miller a fait remarquer que la plupart des médias avaient rapporté la déclaration du Hamas selon laquelle il avait accepté la proposition de prise d’otages des médiateurs qatariens et égyptiens pour ce qu’elle était.

Un char de l’armée israélienne écrasant un panneau « J’aime Gaza » du côté gazaoui du poste-frontière de Rafah-Egypte. (Crédit : Capture d’écran X ; utilisée conformément à la clause 27a de la loi sur les droits d’auteur)

« Je ne blâme pas les reportages. C’est ce que dit la déclaration [du Hamas]. Mais ce n’est pas un reflet exact de ce qui s’est passé […] Le Hamas n’a pas accepté une proposition de cessez-le-feu. Le Hamas a répondu et, dans sa réponse, a fait plusieurs suggestions », a-t-il ajouté.

Pour sa part, Kirby a réfuté les allégations israéliennes selon lesquelles Burns n’aurait pas tenu Israël au courant de la situation au cours du week-end, alors que les médiateurs qataris et égyptiens semblaient discuter d’une proposition alternative avec le Hamas.

« Nous avons absolument maintenu des interactions normales, comme nous l’avons fait depuis le début de ce conflit, avec nos homologues israéliens au fur et à mesure que la proposition progressait dans le processus. Personne n’a caché quoi que ce soit, nous avons été ouverts et transparents. »

Diplomate arabe : Le Premier ministre laisse des considérations politiques saper les pourparlers

Mardi également, un diplomate arabe a déclaré au Times of Israel que le refus répété d’Israël d’envoyer une équipe de négociation pour s’entretenir avec les médiateurs entravait les efforts déployés pour parvenir à un accord sur les otages.

Les médiateurs voulaient qu’Israël envoie une délégation au Caire pendant le week-end, lorsque Burns était en ville, alors qu’ils se préparaient à la réponse officielle du Hamas à la dernière proposition, a déclaré le diplomate. « Le Hamas a refusé d’envoyer une délégation et se plaint maintenant d’être tenu à l’écart. »

Suite à la réponse du Hamas lundi, Israël a envoyé une équipe de négociation de niveau inférieur au Caire, qui est arrivée mardi, bien que les fonctionnaires de Jérusalem aient supposé que la dernière proposition du groupe terroriste avait ramené les parties à la case départ.

Le diplomate arabe a déclaré que le week-end dernier n’était pas la première fois qu’Israël refusait d’envoyer une équipe de négociation pour rencontrer les médiateurs au Caire ou à Doha, ce qui, selon lui, ralentissait les pourparlers.

Alors qu’Israël maintient qu’il n’envoie des négociateurs que lorsque le Hamas montre un réel intérêt pour un compromis, le diplomate arabe a déclaré que la politique de Jérusalem était « politiquement motivée ».

Il a refusé de s’étendre sur le sujet, mais il a été spéculé que le refus de Netanyahu d’envoyer des équipes de négociation pourrait être dû à la pression des partenaires de la coalition d’extrême-droite qui veulent qu’il adopte une position plus dure dans les pourparlers.

D’autres ministres du cabinet de guerre, dont le président du parti HaMahane HaMamlahti, Benny Gantz, et son adjoint, Gadi Eisenkot, ont affirmé qu’Israël devait toujours être ouvert aux discussions tout en restant fidèle à ses principes fondamentaux une fois que l’équipe de négociation est dans la salle.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.