Yaakov Litzman accusé – sans preuve – d’avoir lié le COVID-19 à l’homosexualité
Rechercher

Yaakov Litzman accusé – sans preuve – d’avoir lié le COVID-19 à l’homosexualité

Le magazine Têtu a repris une information d’un média pakistanais selon lequel le ministre israélien aurait déclaré que le virus est une "punition divine contre l’homosexualité"

Le ministre de la Santé Yaakov Litzman s'exprime lors d'une conférence de presse au Bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 12 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le ministre de la Santé Yaakov Litzman s'exprime lors d'une conférence de presse au Bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 12 mars 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Dans des articles publiés ce mardi dans différents médias LGBT, qui se basent sur un texte publié par le site pakistanais Naya Daur, le ministre de la Santé israélien Yaakov Litzman a été accusé d’avoir lié le coronavirus à l’homosexualité – bien qu’aucun journal israélien, vidéo ou enregistrement n’atteste de tels propos.

« [Le coronavirus] est une punition divine contre l’homosexualité », aurait déclaré le ministre, selon Naya Daur, qui n’a donc pas avancé de preuve de ces propos, ni cité de quelconque contexte.

En France, le magazine Têtu a relayé l’information, dans un article intitulé « La (sic) ministre de la Santé israélien est atteint du Covid-19, une ‘punition contre l’homosexualité’ selon lui ». Si le journaliste Timothée de Rauglaudre a exprimé l’accusation de façon formelle dans la phrase d’accroche de l’article (« Yaakov Litzman avait lié le coronavirus à l’homosexualité »), le conditionnel a été utilisé dans le premier paragraphe. (Mise à jour, 20h : après avoir causé la polémique sur les réseaux sociaux et une heure après l’article du Times of Israël, Têtu a finalement dépublié son texte. Il reste néanmoins disponible dans le cache Google.)

Le philosophe français Raphaël Enthoven a également relayé l’accusation sur Twitter, avant de revenir sur son précédent message.

Hier, la journaliste et écrivaine algéro-canadienne Nassira Belloula avait elle aussi partagé l’accusation – un message aimé plus de 3 000 fois, et partagé près de 1 000 fois.

En Angleterre, le site LGBT PinkNews avait également relayé l’accusation, avant de faire marche arrière, indiquant : « Une version antérieure de cet article faisait référence à deux rapports de presse inexacts concernant Yaakov Litzman, l’accusant d’avoir lié la pandémie de coronavirus à l’homosexualité. Cela a depuis été corrigé. »

Yaakov Litzman et sa femme ont été testés positifs au coronavirus la semaine dernière et sont actuellement en quarantaine.

A LIRE : Le pire échec de Litzman – Expliquer l’horreur de la pandémie à sa communauté

Les partis Yesh Atid et Meretz ont demandé son renvoi, après des informations portant sur sa présence à des prières en violation des directives sur la distanciation sociale qui ont été émises par son propre ministère.

Le bureau de Litzman a rejeté ces accusations et insisté sur le fait que le ministre adhérait aux directives du ministère de la Santé et notamment à celles relatives à la prière.

Le test positif de Litzman a obligé presque tous les politiciens, responsables et chefs de la Santé israéliens, sur le front dans la lutte contre la pandémie, à prendre des mesures de quarantaine préventive – dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Selon les dernières annonces du ministère de la Santé, l’état de santé de Litzman était bon – et il ne montrait que des symptômes modérés depuis qu’il a été testé positif au COVID-19.

En 2016, le ministre de la Justice et fidèle allié de Benjamin Netanyahu, Amir Ohana, ouvertement gay, avait accusé Litzman d’être le « ministre le plus homophobe » du système politique israélien.

Le ministre ultra-orthodoxe, du parti Yahadout HaTorah, a également été mis en cause l’année passée, après avoir été accusé d’avoir exercé des pressions sur des responsables de son bureau dans l’affaire de la pédophile en série Malka Leifer. Ces médecins avaient été sommés de changer leurs expertises psychiatriques de manière à ce que cette femme, réclamée par l’Australie où elle doit être jugée pour crimes sexuels, soit considérée comme inapte à son extradition. Leifer entretient des liens avec la communauté Gur de Litzman. Au mois de juillet dernier, la police avait recommandé que le ministre soit inculpé dans le dossier Leifer.

Le mois dernier, le journal Israel Hayom avait rapporté que le rabbin israélien Meir Mazuz avait déclaré que les parades et défilés LGBT étaient des évènements « contre-nature, et quand quelqu’un va contre la nature, Celui qui a créé la nature se venge de lui ». Il s’était alors attiré les foudres de la communauté LGBT d’Israël. Cette information pourrait peut-être avoir été reprise et déformée – en modifiant leur auteur – par le site pakistanais Naya Daur dans l’article accusant le ministre de la Santé d’avoir tenu des propos similaires.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...