Israël en guerre - Jour 263

Rechercher

Yad Vashem : l’antisémitisme dans les universités américaines est un « cancer »

"Nous ne devrions donc pas nous contenter de ce faible critère d'interdiction des appels au génocide. Toute forme d'antisémitisme doit être exclue", a martelé Dani Dayan

Le directeur de Yad Vashem, Dani Dayan, lors d'une visite du ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, au musée de la Shoah de Yad Vashem, à Jérusalem, le 11 septembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
Le directeur de Yad Vashem, Dani Dayan, lors d'une visite du ministre britannique des Affaires étrangères, James Cleverly, au musée de la Shoah de Yad Vashem, à Jérusalem, le 11 septembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Le président du mémorial de la Shoah en Israël a comparé dimanche l’antisémitisme sur les campus américains à un « cancer » qui « ruinera » l’enseignement supérieur aux Etats-Unis « si les mesures nécessaires ne sont pas prises maintenant ».

« Il s’agit d’un processus cancéreux », a déclaré Dani Dayan lors d’un entretien accordé à l’AFP à l’institut international pour la mémoire de la Shoah Yad Vashem, à Jérusalem.

« Rien n’a été entrepris en phase une il y a quelques années » pour lutter contre l’appel au boycottage d’Israël, a-t-il expliqué.

« Là on est en phase deux. Si les mesures nécessaires ne sont pas prises maintenant, on entrera en phase terminale… pour les universités, pas pour les Juifs », a-t-il ajouté.

Depuis les attaques sanglantes du groupe terroriste islamiste palestinien du Hamas contre Israël le 7 octobre qui ont fait 1 200 morts et la guerre qui s’est ensuivie, le conflit secoue des universités de la côte Est comme Harvard près de Boston, UPenn à Philadelphie et Columbia à New York.

Elizabeth Magill, la présidente de UPenn, a démissionné samedi après une audition critiquée devant le Congrès à Washington avec Claudine Gay de Harvard et Sally Kornbluth du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

La présidente de Harvard, Claudine Gay, à gauche et la présidente de l’Université de Pennsylvanie, Liz Magill, lors d’une audition de la Commission de l’Éducation de la Chambre, au Capitole, à Washington, le 5 décembre 2023. (Crédit : Mark Schiefelbein/AP)

Les trois femmes ont répondu mardi aux questions de la parlementaire républicaine Elise Stefanik qui assimilait les appels d’étudiants à l' »intifada » à une exhortation à « un génocide contre les juifs en Israël et dans le monde ».

Lorsque l’élue a demandé si « appeler au génocide des juifs violait le règlement sur le harcèlement à Harvard, oui ou non? », Mme Magill a estimé que la réponse dépendait du « contexte », avant d’ajouter: « si c’est dirigé contre une personne, oui ».

Le PDG du fonds d’investissement Apollo Global Management et grand donateur de UPenn, Marc Rowan, avait demandé la démission d’Elizabeth Magill, lui reprochant d’avoir accueilli un festival de littérature palestinienne où figuraient des « antisémites notoires ».

Vendredi, la patronne de Harvard s’est dite « désolée » que ses « mots (aient) amplifié la détresse et la douleur » et Mme Magill a diffusé, la veille de sa démission, un message vidéo de regrets.

Des personnes se rassemblent pour protester contre l’interdiction de Students for Justice in Palestine (SJP) et de Jewish Voice for Peace (JVP) à l’université de Columbia le 20 novembre 2023 à New York. (Crédit : Michael M. Santiago / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images via AFP)

« Le fait que l’épicentre de l’antisémitisme aux États-Unis soit désormais les campus universitaires et en particulier les établissements les plus élitistes qui sont censés préparer les futurs dirigeants des États-Unis, est particulièrement troublant », a estimé Dani Dayan, qui a pris note de la démission de Mme Magill.

Le Congrès a par ailleurs ouvert une enquête parlementaire sur ce qu’il a qualifié d' »antisémitisme endémique » sur les campus américains.

Pour autant, « nous ne devrions donc pas nous contenter de ce faible critère d’interdiction des appels au génocide. Toute forme d’antisémitisme doit être exclue », a martelé Dani Dayan, rappelant que « dans les années trente en Allemagne », ce n’étaient pas les masses ignorantes qui brûlaient des livres. C’étaient les professeurs et les étudiants des universités les plus prestigieuses ».

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est de son côté réjoui de la vigilance de la communauté juive.

Le chef du gouvernement a dénoncé dimanche « une vague majeure d’antisémitisme aux Etats-Unis, venue de la gauche et de la droite, avec une flambée sur les campus et dans les universités ».

« Ce qui compte, c’est que les amis et les dirigeants de la communauté juive se dressent finalement contre cet antisémitisme. Il n’y a qu’un moyen de le combattre: avec honneur et fierté, sans baisser la tête, mais en contrattaquant », a martelé le Premier ministre lors de la réunion hebdomadaire de son cabinet.

Pressions pour la démission

« Une à terre, il en reste deux », a martelé samedi soir sur X (ancien Twitter) Elise Stefanik, représentante républicaine de l’Etat de New York à la Chambre du Congrès, en allusion à Elizabeth Magill, démissionnaire de la présidence de UPenn, et à ses paires Claudine Gay et Sally Kornbluth, respectivement présidentes de Harvard et du Massachusetts Institute of Technology (MIT).

« Ce n’est que le début de la lutte contre la pourriture invasive de l’antisémitisme qui a détruit les plus ‘prestigieuses’ institutions d’enseignement supérieur en Amérique », a tonné Mme Stefanik en sommant les cheffes de Harvard et du MIT de « faire le bon choix » en partant car « le monde observe ».

 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.