Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem
Rechercher

Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem

Le mémorial créé en 1953 est une institution étatique qui a pour principal objectif de perpétuer le souvenir du génocide du peuple juif pendant la Seconde Guerre mondiale

  • Photo d'illustration : La Salle des Noms du musée de la Shoah de Yad Vashem, à Jérusalem. (Crédit : Mendy Hechtman/Flash90)
    Photo d'illustration : La Salle des Noms du musée de la Shoah de Yad Vashem, à Jérusalem. (Crédit : Mendy Hechtman/Flash90)
  • Vue aérienne du Complexe patrimonial des collections de la Shoah, situé sur le Mont du Souvenir à Yad Vashem (Gilad Lan)
    Vue aérienne du Complexe patrimonial des collections de la Shoah, situé sur le Mont du Souvenir à Yad Vashem (Gilad Lan)
  • La scène de la cérémonie de Yom HaShoah en cours de préparation à Yad Vashem (Crédit : Mémorial de Yad Vashem)
    La scène de la cérémonie de Yom HaShoah en cours de préparation à Yad Vashem (Crédit : Mémorial de Yad Vashem)
  • Dans les archives de Yad Vashem. (Autorisation)
    Dans les archives de Yad Vashem. (Autorisation)
  • Un homme regarde les photos de l’exposition "Flash mémoriel" offre trois perspectives divergentes sur l'Holocauste: celle des nazis, des victimes juives et des soldats des forces alliées, à Yad Vashem, à Jérusalem, le 24 janvier 2018. (Crédit : GALI TIBBON / AFP)
    Un homme regarde les photos de l’exposition "Flash mémoriel" offre trois perspectives divergentes sur l'Holocauste: celle des nazis, des victimes juives et des soldats des forces alliées, à Yad Vashem, à Jérusalem, le 24 janvier 2018. (Crédit : GALI TIBBON / AFP)
  • A Holocaust survivor at the Yad Vashem Holocaust Museum in Jerusalem. (photo credit: Michal Fattal/Flash90)
    A Holocaust survivor at the Yad Vashem Holocaust Museum in Jerusalem. (photo credit: Michal Fattal/Flash90)
  • Chalghoumi at Yad Vashem (photo credit: Elhanan Miller / Times of Israel)
    Chalghoumi at Yad Vashem (photo credit: Elhanan Miller / Times of Israel)

Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem, s’apprête à accueillir jeudi près d’une quarantaine de leaders du monde entier pour célébrer le 75e anniversaire de la libération du camp nazi d’Auschwitz, où plus d’un million de Juifs ont été assassinés.

Le mémorial créé en 1953 est une institution étatique qui a pour principal objectif de perpétuer le souvenir du génocide du peuple juif pendant la Seconde Guerre mondiale qui a fait six millions de morts, principalement en Europe.

Au coeur du complexe de 20 hectares installé dans une forêt, le musée accueille près d’un million de visiteurs annuels, selon Iris Rosenberg, sa porte-parole.

« Yad Vashem est le plus grand mémorial de la Shoah au monde », explique-t-elle à l’AFP. Outre les touristes, « chercheurs et historiens viennent apprendre sur ce génocide et l’école internationale de l’enseignement de la Shoah reçoit des centaines d’enseignants et d’élèves du monde entier ».

Reconstitution d’une partie du ghetto de Varsovie, maquette du camp d’Auschwitz, photos de survivants prises par les soldats alliés lors de la libération des camps de concentration : dans le musée, gratuit, les visiteurs suivent un parcours retraçant à l’aide d’images, films et objets d’époque, l’histoire de la Shoah, de la montée du nazisme en Allemagne dans les années 1930 jusqu’à la libération des camps en 1945.

La visite se termine par une sortie sur une grande esplanade surplombant Jérusalem, offrant un sentiment de liberté après la visite qui peut s’avérer éprouvante.

Travail de recherche

Depuis 1963, Yad Vashem s’est donné comme mission de témoigner de la reconnaissance de l’Etat d’Israël envers ceux qui ont sauvé des Juifs des griffes des nazis au péril de leur propre vie.

Ces héros reçoivent le titre de « Juste parmi les Nations » et leurs noms, plus de 40 000 en 2019, sont inscrits sur des murs de pierre dans la forêt jouxtant le mémorial, entourés d’arbres plantés en leur souvenir.

L’autre mission de Yad Vashem est la recherche des noms de toutes les victimes de la Shoah.

Dans la Salle des noms sont exposés, sous un grand dôme, des classeurs contenant les identités des millions de victimes du génocide. Dans le parc, des bougies sont alignées dans une caverne souterraine en hommage aux enfants juifs assassinés.

Photo d’illustration : La Salle des Noms du musée de la Shoah de Yad Vashem, à Jérusalem. (Crédit : Mendy Hechtman/Flash90)

Plus d’un million de victimes restent inconnues et Yad Vashem poursuit ses recherches dans les archives disponibles pour compléter sa base de données.

L’institution a publié des centaines de témoignages de rescapés et aussi des livres sur les différentes communautés juives touchées par le génocide.

La bibliothèque du mémorial abrite près de 120 000 titres en 54 langues, selon son site internet.

Yad Vashem est un passage quasi incontournable pour les dirigeants étrangers en visite à Jérusalem.

Mais pour Mme Rosenberg, la cérémonie qui y marquera jeudi le 75e anniversaire de la libération d’Auschwitz est un « événement inédit, qui vient affirmer notre message au monde : l’antisémitisme n’est pas que le problème des Juifs mais ceux de la société et quand les Juifs sont en danger, les sociétés sont en danger ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...