L’autre jour, je me trouvais à un pique-nique en compagnie de plusieurs amis lorsque quelqu’un s’est référé à la Russie de Vladimir Poutine en évoquant un « état mafia ».

Une femme née en Russie a objecté : « C’est vraiment offensant. La Russie est un pays de 140 millions de personnes. C’est mal de dire qu’elles appartiennent toutes à la mafia ».

« Je ne parle pas de la population », a riposté celui qui avait lancé le sujet. « La majorité des Russes sont des gens biens. La plupart sont des victimes du régime qui les gouverne. Mais c’est un fait qu’il y a une élite corrompue au-dessus des citoyens et qu’elle s’est infiltrée dans les systèmes économique et politique dans leur ensemble ainsi que dans tous les centres de prise de décision majeurs. Et que cette élite est connectée aux groupes du crime organisé ».

Similarité frappante, lors de vacances récentes à Washington, je me suis retrouvée à discuter avec une femme juive qui travaille pour le gouvernement américain. « Je ne comprends pas », m’a-t-elle dit avec désarroi. « Aux Etats-Unis, les Juifs sont des citoyens honnêtes… Que se passe-t-il donc en Israël ? »

Cette femme faisait référence à la croissance massive du crime organisé en Israël au cours des dix dernières années, ainsi qu’au fait qu’Israël est devenu l’un des plus grands exportateurs d’arnaque aux investissements, dérobant, selon les estimations, 5 milliards à 10 milliards de dollars par an à des victimes dans le monde entier.

Même si la police israélienne a récemment annoncé que ces fraudes aux investissements sont largement imputables au crime organisé, qui a pris des « proportions monstrueuses » en conséquence du manque d’application de la loi ces dernières années – qui a été peu mise en oeuvre – le gouvernement, le Parlement et les autorités israéliennes se sont jusqu’à présent révélés incapables ou peu désireux d’y mettre un terme, en partie parce que les industries frauduleuses responsables forment un lobby puissant auprès de la Knesset.

« La majorité des Israéliens sont de bonnes personnes », ai-je dit à la femme de Washington, en prenant la défense d’Israël. « C’est le système qui est simplement défectueux ».

Gabi Biton, responsable de la police israélienne, lors d'une réunion de la commission des Réformes de la Knesset consacrée à un texte proposant l'interdiction de l'industrie des options binaires, le 2 août 2017. (Crédit : Simona Weinglass/Times of Israël)

Gabi Biton, responsable de la police israélienne, lors d’une réunion de la commission des Réformes de la Knesset consacrée à un texte proposant l’interdiction de l’industrie des options binaires, le 2 août 2017. (Crédit : Simona Weinglass/Times of Israël)

Et en effet, le système démocratique israélien s’est révélé, ces derniers temps, gangrené par la corruption. Des analystes qui avaient étudié le secteur israélien des hautes-technologies (et qui n’ont pas désiré s’exprimer par crainte de mettre leurs collègues en colère) avaient indiqué l’année dernière au Times of Israel que, selon les estimations, environ 25 % des revenus du secteur reconnu des hautes-technologies étaient issus d’industries véreuses ou frauduleuses – jeux en ligne, options binaires, forex, programmes de téléchargement/injecteurs (des entreprises qui mettent, sans que vous le sachiez, des logiciels malveillants sur vos ordinateurs), ainsi que les firmes de paiement, de marketing ou de technologie publicitaire qui travaillent pour ces industries.

Le ministère israélien des Finances a récemment diffusé un rapport montrant que le coût de presque tous les produits consommateurs, à l’exception de l’éducation et des marchandises, est significativement plus élevé en Israël que la moyenne de l’OCDE. Les analystes attribuent cela aux phénomènes de monopole et de rente qui tirent les ficelles et font pression sur le gouvernement pour bloquer la concurrence, une industrie après l’autre.

Et pendant ce temps, les prix des appartements se sont élevés de 118 % au cours des dix dernières années pour des raisons que les économistes ne parviennent pas pleinement à expliquer. Récemment, la vente de nouveaux appartements a ralenti, ce qu’un rapport publié dans The Marker par Nimrod Bousso a attribué à des mesures de répression récentes prises à l’encontre du blanchiment d’argent dans les banques israéliennes, répression qui a été ordonnée par le superviseur des établissements bancaires au sein de la Banque d’Israël. Le rapport suggère que le blanchiment d’argent effréné a été un facteur significatif de la hausse des prix des appartements.

Le prix moyen d'un trois pièces à Tel Aviv est proche du million de dollars (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le prix moyen d’un trois pièces à Tel Aviv est proche du million de dollars (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Le docteur Avichai Snir, économiste à l’université Bar-Ilan, avait publié un article sur l’impact du blanchiment d’argent dans le phénomène de la hausse des prix de l’immobilier en octobre 2014. Il avait utilisé la méthode du coefficient des dépôts de liquidités – une approche employée par les économistes pour évaluer l’ampleur de l’économie souterraine d’un pays, en déterminant la quantité de liquidités en circulation — et avait calculé qu’entre les années 2008 et 2014, l’économie souterraine du pays était passée d’approximativement 22 % à 28 % du PIB. Ce qui représente une hausse sidérante. Le premier chiffre plaçait Israël au niveau de pays comme l’Italie et l’Espagne, et le second évoque des économies similaires à celles de la Roumanie et de la Hongrie.

Snir doit encore calculer les pourcentages des années 2014 à 2017, mais a fait savoir au Times of Israel qu’il a l’intention d’explorer de nouvelles méthodes permettant de mesurer le blanchiment d’argent ayant ses origines sur internet.

Sur une autre note relative à un sujet somme toute semblable, un membre de la Knesset a récemment déclaré au Times of Israel que les trois-quarts des 120 membres de la Knesset se trouvaient sous l’emprise de groupes aux intérêts particuliers – dont les lobbyistes et les services de relations publiques remplissent les halls de l’institution. Ces législateurs subissent des pressions sans relâche au point où la voix de l’intérêt public, déplore ce député, a tendance à faiblir face à tout ce brouhaha. Le rédacteur en chef du Times of Israel, qui était assis à côté de moi alors que le législateur concerné livrait son évaluation terrible à l’égard de ses 90 collègues, a été si horrifié qu’il lui a fait répéter ses propos pour s’assurer qu’il avait bien entendu.

Tzvika Graiver, avocat du mouvement « Keep Olim in Israel » a indiqué au Times of Israel que lorsqu’il se rend à des réunions de la Knesset pour évoquer des initiatives qui faciliteraient la vie aux nouveaux immigrants, il se trouve invariablement seul parmi une armée de lobbyistes et de bureaucrates indifférents du gouvernement.

Par exemple, au mois de novembre 2016, il y a eu un groupe de la Knesset qui a travaillé sur le « marché noir » des professeurs d’auto-école qui réclament des sommes d’argent élevées aux nouveaux immigrants avant d’accepter de fixer une date pour l’examen de conduite. « C’était notre organisation à but non lucratif contre une série de lobbyistes de l’association des moniteurs d’auto-école, du bureau des permis et d’autres encore ».

Tzvika Graiver, juriste et avocat pour les nouveaux immigrants pour le mouvement "Keep Olim in Israel" (Crédit :  Facebook)

Tzvika Graiver, juriste et avocat pour les nouveaux immigrants pour le mouvement « Keep Olim in Israel » (Crédit : Facebook)

Graiver a finalement remporté la bataille contre le lobby des moniteurs d’auto-école, mais son expérience accumulée lui laisse le sentiment que les dés sont pipés en ce qui concerne l’intérêt public au sein du Parlement israélien.

« Les lobbyistes contrôlent la Knesset. Ils établissent l’agenda et ils l’emportent habituellement », a-t-il dit. « Il ne peut pas être question que la majorité des membres de la Knesset puissent travailler aujourd’hui au nom des lobbyistes et non du peuple ».

Au début de l’année, une proposition de loi qui aurait interdit toutes les entreprises frauduleuses de trading en ligne israéliennes, et non seulement l’industrie appelée des « options binaires », a été épurée au cours de consultations en coulisses entre l’Autorité des titres israéliennes, le ministère de la Justice et l’industrie de trading elle-même.

Les avocats anti-fraude ont eu la surprise d’arriver à une réunion de la commission des Réformes où la législation était débattue pour découvrir que le projet de loi avait été restreint et tronqué sans qu’ils ne le sachent, une conséquence directe de l’intervention des mêmes industries qu’il devait prendre pour cible à l’origine.

Mais comment cela a-t-il pu arriver ? A cette question, le propriétaire d’une entreprise israélienne de Forex explique au Times of Israel que « vous n’avez pas idée de celui avec lequel vous êtes en train de traiter. C’est une industrie qui a beaucoup trop d’argent et d’influence. Ne vous préoccupez pas de telles choses ».

Moises Naim, un penseur qui habite à Washington et auteur de l’essai décisif intitulé « Mafia States » (les états mafia), a délimité plusieurs étapes à travers lesquelles un état devient un état mafia. La première est appelée « pénétration criminelle », lorsqu’une organisation criminelle se trouve en mesure de placer « l’un des siens » dans la structure de l’état. La seconde est « l’infiltration criminelle », que Naim définit comme étant le moment où « l’infection s’est propagée à travers tout l’appareil de l’état au sein d’un pays donné et que les liens avec les réseaux illicites extérieurs prolifèrent ».

Et enfin, il y a un stade appelé la « capture criminelle » qui est définie comme « un état de gouvernance dysfonctionnel dans lequel les agents du crime sont suffisamment présents à des postes d’autorité de l’état que leurs actions criminelles ne peuvent plus être restreintes de manière efficace. A un moment donné, s’engager dans une activité criminelle peut paraître comme faisant partie de l’état ou se trouver justifié par la doctrine institutionnelle ».

Un exemple célèbre d’une pénétration criminelle présumée est survenu en Israël en 2013, lorsqu’Inbal Gavrieli a été élue à la Knesset pour le parti du Likud. Dans un message écrit en 2009 et qui avait été révélé par Wikileaks, l’ambassadeur américain en Israël avait écrit que « l’élection d’Inbal Gavrieli à la Knesset en 2003 en tant que membre du parti du Likud fait naître l’inquiétude sur l’influence du crime organisé au sein du comité central du parti. Gavrieli est la fille d’un chef du crime présumé et elle a tenté d’utiliser son immunité parlementaire pour bloquer les enquêtes sur les affaires de son père ».

Une Rolls Royce au port de Jaffa, à Tel Aviv, en novembre 2014. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Une Rolls Royce au port de Jaffa, à Tel Aviv, en novembre 2014. (Crédit : Nati Shohat/Flash90)

Naim cite la Russie et le Venezuela comme exemples de pays ayant connu une infiltration criminelle et la Guinée-Bissau comme exemple de capture d’état complète.

Si Israël entre dans un tel spectre reste difficile à déterminer. En 2009, l’ambassade américaine avait évoqué un « problème croissant » en parlant d’éléments du crime organisé « qui pénètrent au sein de l’establishment israélien et qui corrompent les responsables publics ».

Dans son livre « Rock, Paper, Scissors: Game Theory in Everyday Life » (Pierre, papier, ciseaux : La théorie du jeu dans le quotidien), Len Fisher décrit le problème de la corruption comme semblable à la « chasse au loup » dans la théorie du jeu : Un groupe de personnes se réunissent pour chasser un loup. Si elles coopèrent toutes, elles réussiront probablement. Mais si quelques-unes décident de ne pas chasser le loup mais de chasser le lièvre – plus facile à attraper – pour leur bénéfice personnel, c’est l’entreprise entière qui échouera et de plus en plus de chasseurs de loups décideront qu’il est préférable, finalement, de chasser le lièvre.

Une fois que vous avez une société où la majorité chasse le lièvre, il est très difficile de revenir au scénario de la chasse au loup (ou de la non-corruption). Même si un certain nombre de chasseurs de lièvres décident de ne plus être égoïstes et de coopérer à nouveau pour moins de gain, la dynamique du groupe reviendra toutefois rapidement à la chasse au lièvre, décidément plus facile. Mais tout espoir n’est pas perdu dans la mesure où des sociétés de chasseurs de loup ont finalement émergé spontanément dans l’histoire, ce qui, affirme Fisher, se justifie souvent par le fait que de nombreux individus changent de point de vue sur ce que feront les autres membres de la société – et commencent à se faire réciproquement confiance.

C’est clairement dans l’intérêt d’Israël d’appliquer l’état de droit et de déraciner la criminalité, entre autres raisons parce que les états corrompus subissent des conséquences économiques très dures (l’économie de la Russie est en train de couler malgré les revenus constants du pétrole). Mais il semble qu’il y ait aussi trop de chasseurs de lièvres aujourd’hui en Israël et pas assez de chasseurs de loup. Une donnée qui pourrait changer si davantage d’Israéliens s’impliquaient dans la bataille contre la corruption. Tandis que le système montre des signes de défaillance, la majorité des Israéliens sont des personnes décentes, et qui méritent véritablement une société où l’état de droit est renforcé et où la criminalité est implacablement combattue et déracinée.