Israël a proposé aux pays de l’Union européenne d’investir dans un réseau de gaz qui coûterait plusieurs millions d’euros. Il souligne que si Israël fournit du gaz naturel à l’Europe, cela lui permettrait de réduire sa dépendance envers la Russie qui est, actuellement, son principal fournisseur en gaz naturel.

Cette proposition pour un « vaste » projet a été présentée par le ministre israélien de l’Energie, Silvan Shalom, aux ministres de l’Energie des pays Européens et méditerranéens qui se sont réunis à Rome plus tôt dans la semaine, indique la Deuxième chaîne.

Ce projet sous-entend que l’Europe devra investir plusieurs milliards d’euros pour construire ce réseau qui s’étendrait de la côte méditerranéenne d’Israël à Chypre. De là, le gaz sera transporté vers la Grèce et l’Italie.

Le reportage de la Deuxième chaîne précise que Chypre, la Grèce et l’Italie étaient favorables à cette idée et qu’Israël présenterait formellement cette idée aux représentants européens à Bruxelles dans trois semaines.

Champ gazier de Tamar (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

Champ gazier de Tamar (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

Cela coûterait moins cher à l’Europe de construire un réseau qui passerait par l’Egypte mais cela exposerait les Européens à l’instabilité politique égyptienne, souligne la chaîne.

De même, un gazoduc qui passerait par la Turquie serait moins cher, mais les relations qu’entretiennent Israël avec Recep Tayyip Erdogan ne permettent pas de réaliser un tel projet. Recep Tayyip Erdogan est connu pour ses positions anti-israéliennes et tant qu’il sera au pouvoir, il est impossible d’envisager une telle collaboration entre les deux pays.

En septembre, Israël a signé un accord gazier avec la Jordanie. Selon les termes de cet accord, Israël fournira l’équivalent de 15 milliards de dollars de gaz naturel à la Jordanie d’ici les 15 prochaines années. Le gaz naturel proviendra du champ gazier Léviathan. Cet accord est le plus important partenariat entre Israël et la Jordanie à ce jour et fait d’Israël le fournisseur principal en énergie de la Jordanie.

Les représentants des compagnies de gaz, Delek Group Ltd. et Nobel Energy Inc., étaient présents en Jordanie pour la signature de l’accord.

Shalon a salué cet accord et l’a qualifié « d’acte historique qui renforcera les liens économiques et diplomatiques entre Israël et la Jordanie ».

Le reportage de la Deuxième chaîne souligne qu’Israël espère que grâce à un partenariat avec l’Europe, il pourrait améliorer ses relations diplomatiques avec l’UE qui sont actuellement tendues à cause des différends causés, selon elle, par la politique israélienne au sujet des Palestiniens.

Israël a décidé l’année dernière d’exporter 40 % de ses gisements de gaz en mer et a depuis signé un accord d’1,2 milliard de dollars avec une firme palestinienne pour 20 ans. Il a aussi signé un accord en juin promettant d’approvisionner une installation égyptienne.

En mars 2013, Israël a commencé à pomper le gaz naturel du gisement de Tamar – découvert en 2009 et localisé à 90 km à l’ouest de Haïfa – qui aurait, selon les estimations, 8,5 billions de pieds cubes de gaz naturel.

En plus de Tamar, un gisement plus grand a été découvert en 2010, le Léviathan – qui aurait, toujours selon les estimations, entre 16 et 18 billions de pieds cubes de gaz naturel – et qui se situe à 130 km à l’ouest de Haïfa. On espère que le pompage du gisement soit opérationnel en 2016.