Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a appelé à « combattre le terrorisme par un discours religieux renouvelé », lors d’un forum lundi à Abu Dhabi.

« La résurgence du terrorisme nécessite une réaction bien réfléchie de la communauté internationale », a déclaré le chef de l’Etat égyptien, en visite depuis samedi aux Emirats arabes unis.

« Cette réaction ne comporte pas seulement un volet militaire et sécuritaire, mais la dépasse pour englober une politique de développement économique, sociale et culturelle », a-t-il ajouté devant un forum dédié aux énergies du futur.

« Cela nécessite également un discours religieux renouvelé et expurgé d’idées fausses qui peuvent conduire certains à embrasser la violence pour imposer des idées », a encore dit Sissi.

Considérant « la sécurité du Golfe comme une ligne rouge à ne pas dépasser », il a apporté un soutien sans faille aux « efforts des Emirats arabes unis pour sauvegarder leur sécurité ».

Il a souhaité « davantage d’efforts pour faire face à toute atteinte à la sécurité des pays du Golfe ».

Sissi faisait référence à la politique de tolérance zéro des Emirats face aux tenants de l’islam politique.

Des dizaines d’Emiratis et de ressortissants arabes ont été condamnés à de lourdes peines de prison ces deux dernières années aux Emirats pour complot contre la sécurité de l’Etat et appartenance aux Frères musulmans.

Dans un « message à tous les Arabes », le président Sissi a appelé chacun à « préserver son pays ».

« Nous sommes en train de nous autodétruire », a-t-il affirmé, relevant que les pays arabes comptent le plus grand nombre de réfugiés au monde et s’interrogeant sur le point de savoir si les pays arabes passent par une période de « changement ou de destruction ».

Les Emirats, avec l’Arabie saoudite et le Koweït, sont les principaux soutiens de l’Egypte depuis l’arrivée au pouvoir de Sissi, après la destitution de l’ancien président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013.