0,1 % des doses de vaccin gâchées, selon Ran Balicer
Rechercher

0,1 % des doses de vaccin gâchées, selon Ran Balicer

Le président du conseil des experts COVID-19 auprès du gouvernement israélien se réjouit des bons chiffres de vaccination dans le pays

Un homme se fait vacciner dans un centre de la caisse Meuhedet à Jérusalem, le 7 janvier 2021. (Crédit :  Yonatan Sindel/Flash90)
Un homme se fait vacciner dans un centre de la caisse Meuhedet à Jérusalem, le 7 janvier 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En Israël, « seulement 0,1 % des doses [de vaccin] a été gâché puis détruit », a expliqué Ran Balicer, président du conseil des experts COVID-19 auprès du gouvernement israélien, dans un entretien donné la semaine dernière au Journal du Dimanche. À titre de comparaison, la France pourrait en gâcher jusqu’à 30 %, selon Matignon, cité par BFM.

Le responsable, également chef du département innovation de la ­Clalit, s’est réjoui des bons chiffres de vaccination dans le pays.

Au 11 janvier, 21,4 % de la population israélienne a été vaccinée. « Nous avons réussi tout cela en maintenant la chaîne de froid intacte afin de préserver au mieux le nombre de doses », a expliqué Balicer.

Alors que seules certaines catégories de la population peuvent se faire vacciner (en fonction de leur âge ou de leurs facteurs de risque), les centres de vaccination utilisent les doses déjà décongelées restantes en fin de journée pour tout volontaire se présentant spontanément, sans distinction, réduisant ainsi un éventuel gâchis.

Dans l’entretien, il explique le succès de la campagne grâce à la petite taille du pays et à sa faible démographie, et par le fait qu’il leur a été possible de commander les doses de vaccin « avec plus de souplesse qu’un grand pays européen ».

Le professeur Ran Balicer, responsable de l’innovation chez Clalit, le plus grand kupat holim d’Israël, à Tel Aviv, le 10 juin 2020. (Crédit : EMMANUEL DUNAND / AFP)

« Ensuite, parce que notre système de santé publique repose sur un maillage de cliniques et d’hôpitaux de proximité auxquels les gens ont très ­facilement accès et qui développent depuis longtemps une politique de médecine préventive », a-t-il ajouté. « Enfin, parce que nos quatre grandes structures de soins en ­Israël sont privées et sont habituées à une compétition au quotidien, ce qui implique d’énormes investissements dans le domaine de la logistique, des technologies de la communication et de la maîtrise du traitement des données depuis plus de 20 ans. »

Il estime également que le « sens de l’anticipation, notre motivation, notre capacité d’organisation et d’adaptation aux situations d’urgence », a permis d’aider Israël dans sa stratégie de vaccination. Balicer espère qu’une large partie de la population sera vaccinée le plus rapidement possible, cela dépendant « du rythme de livraison des stocks commandés auprès des grands laboratoires ».

« C’est une course contre la montre. Si l’on vaccine à un rythme moins rapide que la propagation du virus, alors ce sera très grave », a-t-il expliqué.

Il a déclaré à Kan que « les premiers signes de stabilisation étaient visibles mais il est difficile de prédire » ce qui pourra arriver plus tard. « Il sera plus facile, dans une semaine et demie, de prendre des décisions concernant le maintien du confinement » actuel, a-t-il ajouté.

Ce mardi débute dans le pays la vaccination des Israéliens de 55 ans et plus. Plus de 1,8 million d’Israéliens ont été vaccinés sur une population de 9,29 millions d’habitants.

Le Premier ministre Netanyahu, qui a reçu samedi la seconde dose du vaccin, a promis, dimanche, que l’État juif allait encore accélérer sa campagne d’immunisation en atteignant la cible de 170 000 injections par jour, alors que des centaines de milliers de doses du vaccin Pfizer viennent d’être livrées à l’aéroport Ben-Gurion.

Moderna a informé une firme de livraison israélienne qu’elle devait s’attendre à un approvisionnement allant jusqu’à 480 000 doses de son propre vaccin, mercredi ou jeudi, a annoncé la Douzième chaîne. Une première livraison faite par Moderna, concernant 100 000 doses, est arrivée la semaine dernière.

3 704 personnes sont décédées des suites de la COVID-19 en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...