Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

3 blessés dont 2 graves dans un attentat au couteau au centre commercial de Gan Yavne

L'attaquant palestinien a été tué alors qu'il tentait de s'en prendre à un agent qui ripostait ; sur des images, une victime cherche à lutter contre le terroriste

La scène d'une attaque à l'arme blanche, à Gan Yavne, le 31 mars 2024. (Crédit : Liron Moldovan/Flash90)
La scène d'une attaque à l'arme blanche, à Gan Yavne, le 31 mars 2024. (Crédit : Liron Moldovan/Flash90)

Trois personnes ont été blessées dont deux grièvement dans un attentat terroriste à l’arme blanche alors qu’elles se trouvaient dans un centre commercial de Gan Yavne, une ville du sud d’Israël, samedi soir, ont annoncé les autorités.

Cette attaque commise au Centre commercial Friendly a été la seconde de la journée – après qu’un soldat en permission eut été légèrement blessé au couteau à la garde routière de Beer Sheva.

Les trois victimes ont toutes été emmenées à l’hôpital Assuta à Ashdod, une ville située à proximité, avec de multiples lacérations. Selon le Magen David Adom, il s’agit de deux hommes âgés de 25 et 20 ans et d’un jeune adolescent de 17 ans.

Le service de secours a indiqué que les trois avaient été pris en charge dans un état grave et que les médecins se sont battus pour sauver l’homme de 25 ans et stopper son hémorragie dans l’ambulance qui l’amenait à l’hôpital.

Lundi matin, l’hôpital Assuta d’Ashdod, qui avait initialement reçu les blessés, a fait savoir que deux des victimes avaient été transférées à l’hôpital Ichilov de Tel Aviv et à l’hôpital Beilinson de Petah Tikva. Elles y seront opérées dans un service de neurochirurgie. La troisième victime est arrivée à Assuta dans un état modéré. Elle a subi une intervention chirurgicale et sa vie n’est pas en danger.

L’attaquant a été abattu par les agents de police intervenus sur les lieux. Les images filmées par les caméras de sécurité et qui ont été diffusées par la police montrent deux agents arriver dans une voiture de police, l’un d’eux s’attardant auprès d’un homme qui saigne du dos tandis que l’autre se dirige vers une portion extérieure du centre commercial.

Alors que le terroriste court dans sa direction, le policier commence à fuir. L’homme menaçant de bondir sur l’agent, le collègue de ce dernier ouvre le feu et le tue.

Selon une déclaration publiée par les forces de l’ordre, les deux hommes apparaissant sur les images sont un agent de police et un agent issu de la police municipale venus sur les lieux après avoir entendu des troubles.

Dans une seconde vidéo, le terroriste court à travers une salle de musculation et poignarde un homme de manière répétée. La victime parvient ensuite à s’enfuir après s’être battue.

Des informations parues dans les médias israéliens et arabes ont fait savoir que l’attaquant présumé était un jeune homme de 19 ans originaire de Dura, une ville située à proximité de Hébron, dans le sud de la Cisjordanie.

Amir Cohen, commandant de la police du district du sud, a indiqué que le terroriste présumé était entré en Israël depuis le sud de la Cisjordanie par une brèche ouverte dans la barrière de sécurité, même si les autorités enquêtent actuellement sur la possibilité qu’il ait été employé illégalement au centre commercial.

La police et les secours sur la scène d’une attaque au couteau à Gan Yavne, le 31 mars 2024. (Crédit : Liron Moldovan/Flash90)

Cohen a précisé que le suspect avait obtenu un permis de travail dans le passé. Selon des informations variées parues dans les médias israéliens, il n’avait pas répondu aux critères lui permettant d’obtenir l’autorisation nécessaire pour travailler en Israël mais son permis lui permettait toutefois d’accéder à une zone industrielle placée sous le contrôle de l’État juif. Cette autorisation avait expiré au mois d’août.

Selon les médecins, les victimes ont été retrouvées dans différentes parties du centre commercial.

« C’est une scène difficile à voir », a commenté Shiri Barlev, secouriste, dans un communiqué émis par le MDA.

Le ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben Gvir, qui s’est rendu sur les lieux de l’attaque, a estimé que le renforcement de la présence policière et des programmes visant à armer les civils appartenant aux équipes de défense civiles étaient nécessaires dans la lutte contre le terrorisme.

« Nous sommes en guerre et très certainement, l’ennemi est davantage motivé à l’idée de nous porter atteinte », a-t-il déclaré.

Dimanche dans la journée, un soldat de l’armée israélienne en permission avait également été victime d’une attaque au couteau perpétrée à la gare routière de Beer Sheva. Il avait été légèrement blessé.

Selon la police et l’armée, après avoir poignardé la victime, le terroriste avait été pris pour cible par un autre militaire qui avait son arme sur lui. Sa mort avait été ultérieurement prononcée.

Le terroriste, selon des sources proches des services de la Défense, s’appelait Naji Abu Freh et il était âgé de 28 ans. Il était originaire de la ville bédouine voisine de Rahat.

L’attentat est survenu quelques semaines après qu’un officier de l’armée a été mortellement poignardé à une station-service par un autre résident de Rahat, originaire de la bande de Gaza, au nord de Beer Sheva.

Le couteau utilisé lors d’une attaque terroriste à la gare routière de Beer Sheva, dans le sud d’Israël, le 31 mars 2024. (Crédit : Police israélienne)

Les tensions sont accrues en Israël et en Cisjordanie depuis le 7 octobre – lorsque quelque 3 000 terroristes placés sous les ordres du Hamas avaient franchi la frontière séparant la bande de Gaza de l’État juif et qu’ils avaient tué près de 1 200 personnes, des civils en majorité. 253 personnes avaient été enlevées, prises en otage dans la bande de Gaza.

Les autorités ont fait part de leurs inquiétudes face à la possibilité que les violences puissent repartir à la hausse dans le cadre du mois de jeûne musulman du ramadan, même si les trois dernières semaines sont restées relativement calmes.

Suite à l’attaque perpétrée à Gan Yavne, le groupe terroriste du Hamas a émis un communiqué se félicitant de l’attentat qui a été, selon lui, « une opération héroïque », évoquant également « une réponse naturelle et attendue » aux actions israéliennes à Gaza et en Cisjordanie. Il a aussi appelé à une « escalade » des violences de la part des Palestiniens, un message souvent répété qui n’a pas été suivi jusqu’à présent, selon les analystes israéliens.

Emanuel Fabian a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.