52 malades de la COVID-19 traités avec une assistance ECMO
Rechercher

52 malades de la COVID-19 traités avec une assistance ECMO

Chaque machine nécessite une équipe d'au moins quatre personnes, poussant les ressources hospitalières à leurs limites ; ce chiffre dépasse les prédictions les plus "sombres"

Personnel médical du service de coronavirus du centre médical de Ziv dans la ville de Safed au Nord du pays, le 27 janvier 2021. (Crédit : David Cohen / Flash90)
Personnel médical du service de coronavirus du centre médical de Ziv dans la ville de Safed au Nord du pays, le 27 janvier 2021. (Crédit : David Cohen / Flash90)

L’épidémie de coronavirus a fait grimper le nombre de personnes dépendant d’une assistance cardio-respiratoire par ECMO (oxygénation par membrane extra-corporelle) au chiffre record de 52, selon l’Association médicale israélienne – un nombre qui dépasse les pires prédictions qui avaient pu être faites.

Des hôpitaux déjà dépassés luttent pour trouver suffisamment de personnel capable de relier un nombre plus important de malades à cette machine vitale, a averti le président de la division de l’ECMO au sein de l’Association.

Contrairement aux respirateurs qui n’aident qu’à inspirer et à expirer, l’ECMO offre une assistance cardiaque et respiratoire en oxygénant le sang d’un patient depuis l’extérieur du corps. Cette technique n’est utilisée que pour les malades les plus graves.

Yigal Kassif, qui supervise les services ECMO au centre médical Sheba, a déclaré au site Ynet que 45 malades du coronavirus étaient reliés aux machines et que sept autres l’étaient aussi pour soigner d’autres maladies.

Il a déclaré que la limite maximale de 50 personnes traitées via la technique de l’ECMO « a tenu le premier rôle dans les prédictions les plus sombres, au début de la pandémie » et que c’était pour cela que les responsables de la santé exerçaient des pressions sur le ministère de la Santé pour qu’il achète 30 machines supplémentaires.

Kassif a indiqué qu’il passait beaucoup de temps à transférer des machines ECMO d’un hôpital à l’autre et que les personnels soignants avaient des difficultés à recevoir des patients supplémentaires, ne serait-ce qu’un ou deux.

« Vraiment, vraiment, on ne peut pas en sauver beaucoup plus », a-t-il mis en garde. « Et nous espérons vraiment, nous prions pour que nous ne devenions pas une nouvelle Italie du Nord ou une ville de l’état New York au cours de la première vague », a-t-il continué, se référant à des territoires où le nombre de cas graves pris en charge dans les hôpitaux avait dépassé les ressources disponibles pour les soigner, ce qui avait entraîné des morts.

Photo d’illustration : Un infirmier surveille une machine ECMO (oxygénation par membrane extracorporelle) reliée à un malade au centre médical Harborview de Seattle, le 8 mai 2020. (Crédit : Elaine Thompson/AP)

Citant des données du ministère de la Santé, Ynet a fait savoir qu’il y avait au total 70 machines de ce type dans le pays mais que chacune d’entre elles nécessitait l’intervention de deux infirmiers, d’un technicien et d’un médecin.

Les machines ne sont pas réparties de manière hasardeuse dans le pays. Les grands hôpitaux ont tendance à en avoir un plus grand nombre et des centres médicaux moins importants n’en ont aucun.

Au début de la semaine, des sources du ministère de la Santé ont établi que si la situation ne s’améliorait pas en termes de ressources, il faudrait mettre en place des commissions d’éthique qui choisiraient qui doit vivre et qui doit mourir, a noté Ynet.

De manière générale, le nombre des cas graves a diminué quelque peu dans le pays, passant en dessous des 1 000 pour la toute première fois depuis des semaines.

Israël lutte pour faire baisser les taux d’infections au cours de cette troisième vague de l’épidémie de coronavirus et ce malgré un confinement national qui est entré dans sa cinquième semaine et un programme de vaccination massif qui a permis d’administrer le vaccin à déjà plus d’un quart de la population. De nouveaux variants plus contaminants de la COVID-19 seraient à l’origine, selon les autorités, de ce nombre de nouveaux cas quotidiens dépassant le millier qui refuse de chuter.

La semaine dernière, le centre médical Sheba de Ramat Gan a expliqué que « les nouvelles mutations peuvent entraîner des maladies bien plus graves et affecter des personnes plus jeunes », ajoutant que la plus grande partie des malades reliés à des machines d’ECMO étaient des quadragénaires et des quinquagénaires en comparaison avec les vagues précédentes, où il s’agissait plutôt de sexagénaires et plus.

Depuis le début de la pandémie de coronavirus, au début de l’année dernière, 723 038 personnes ont été touchées par la maladie en Israël, selon les chiffres du ministère de la Santé qui ont été diffusés samedi.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...