À 3 sièges de la majorité, Netanyahu assure qu’il a remporté l’élection
Rechercher

À 3 sièges de la majorité, Netanyahu assure qu’il a remporté l’élection

Lors d'une "réunion d'urgence", le Premier ministre a accusé Kakhol lavan et Yisrael Beytenu d'avoir tenté de voler le vote avec un projet de loi pour le disqualifier

Le Premier ministre et leader du Likud, Benjamin Netanyahu, lors d'une déclaration à Petah Tikva, le 7 mars 2020. (Crédit : Jack GUEZ / AFP)
Le Premier ministre et leader du Likud, Benjamin Netanyahu, lors d'une déclaration à Petah Tikva, le 7 mars 2020. (Crédit : Jack GUEZ / AFP)

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a organisé samedi soir un « rassemblement d’urgence » au cours duquel il a accusé ses rivaux des partis Kakhol lavan et Yisrael Beytenu d’avoir tenté de « voler les élections par la tromperie et par une législation antidémocratique ».

Résistant aux appels à démissionner après avoir échoué à obtenir la majorité de son bloc de droite lors de l’élection de lundi – les troisièmes en un an –, Netanyahu a déclaré avec un ton provocant qu’il ne partirait « nulle part ».

Accompagné de partisans, il a ajouté qu’il avait renoncé à organiser un rassemblement de masse et que sa déclaration était à la place retransmise dans quelque 16 événements plus modestes à travers le pays en raison des avertissements du ministère de la Santé interdisant les grands rassemblements dans le cadre de la crise sanitaire liée au coronavirus.

Netanyahu a affirmé que son parti du Likud avait remporté « une victoire incroyable » en obtenant 36 sièges lors du vote, affirmant que le parti avait remporté plus de voix qu’il n’en avait jamais eus par le passé.

Il a déclaré qu’il aurait pu remporter une part encore plus importante du scrutin si le parti d’extrême-droite Otzma Yehudit avait accepté de se retirer de la course (le parti n’a pas réussi à franchir le seuil électoral).

Le Premier ministre et leader du Likud Benjamin Netanyahu lors d’une déclaration à Petah Tikva le 7 mars 2020. (Crédit : Jack GUEZ / AFP)

Netanyahu a déclaré que le leader d’Otzma Yehudit, Itamar Ben Gvir, avait proposé de se retirer peu avant les élections. « Cela aurait pu changer la situation dans son ensemble », a déclaré Netanyahu. Mais, a expliqué le Premier ministre, Ben Gvir avait demandé en retour que la prière juive soit autorisée sur le mont du Temple – une décision qui aurait pu attiser la violence à travers le Moyen-Orient, selon Netanyahu.

« Il y a une limite, il y a des choses que je ne ferai pas pour gagner une élection », a-t-il dit. « Nos rivaux n’ont apparemment aucune limite. Avant l’élection [le leader de Kakhol lavan] Benny Gantz a affirmé que si un parti avait un siège de plus [que l’autre], il formerait un gouvernement. Nous en avons eu trois [de plus]. »

Yisrael Beytenu a déclaré en réponse au discours que Netanyahu était « hystérique, implorant pour sa vie [politique]… Netanyahu se rend également compte que son heure est venue. »

Le chef du parti Kakhol lavan, Benny Gantz, lors d’une conférence de presse à l’hôtel Kfar Maccabiah, à Ramat Gan, le 26 février 2020. (Crédit : Tomer Neuberg/Flash90)

Gantz a également fait une déclaration à la presse peu après, déclarant que « l’ère Netanyahu est révolue ». Il a dit qu’il ferait « tout son possible » pour éviter une quatrième élection.

Le Premier ministre et les partenaires de sa coalition ont obtenu 58 sièges lors des dernières élections israéliennes lundi, soit trois de moins que nécessaire pour obtenir la majorité au Parlement.

Bien que les 62 autres députés de la Knesset soient profondément divisés sur de nombreuses questions clés, ils pourraient s’opposer à l’unisson à Netanyahu et s’unir pour le renverser. Quinze de ces sièges appartiennent à la Liste arabe unie, dont le soutien serait mal vu tant par le Likud que Kakhol lavan car il ne s’agit pas d’une faction sioniste.

Les rivaux de Netanyahu ont déclaré qu’ils pourraient chercher à légiférer afin d’interdire à un élu faisant l’objet d’un acte d’accusation de devenir Premier ministre. Le procès de Netanyahu pour corruption, fraude et abus de confiance dans trois affaires pénales devrait s’ouvrir le 17 mars.

Le Premier ministre a déclaré que ce projet de loi marquait un effort « pour annuler la volonté des électeurs en volant les élections ».

Il a noté que Gantz, avant le jour du scrutin, avait juré de ne pas s’appuyer sur la Liste arabe unie « en aucune circonstance », mais était désormais manifestement prêt à rompre ce vœu. La Liste unie, a-t-il affirmé, « exclut Israël en tant qu’Etat juif… et ils soutiennent un ‘droit de retour’ complet pour des millions de Palestiniens en Israël ». « Ce n’est pas [que je sois] anti-Arabe », a déclaré Netanyahu, contrairement à la Liste unie qui « a une plate-forme qui s’oppose à l’existence d’Israël ».

Les membres de la Knesset Yoaz Hendel et Zvi Hauser de Kakhol lavan, le 29 avril 2019, avant l’ouverture de la session de la Knesset après les élections. (Crédit : Noam Revkin Fenton / Flash90)

S’adressant à ses anciens assistants Zvi Hauser et Yoaz Hendel, qui sont maintenant des députés Kakhol lavan, il a demandé : « Allez-vous jeter tous vos principes à la
poubelle ? »

Kakhol lavan, a-t-il accusé, veut « jeter 2,5 millions de votes à la poubelle » – ceux en faveur des partis de droite et orthodoxes – « soi-disant au nom de la démocratie », et cherchaient à le faire avec une loi anti-démocratique « et rétroactive contre moi ».

« Même l’Iran ne fait pas cela », a-t-il dit. « En Iran, ils bannissent les candidats avant les élections, pas après. »

Il a promis de « rassembler toute la force morale et la force publique pour s’assurer que cela ne se produise pas » et a déclaré que le public « réglerait ses comptes » avec quiconque soutiendrait l’effort anti-démocratique pour le chasser.

Vendredi, Gantz a accusé Netanyahu d’incitation à la violence après les élections de cette semaine.

« L’incitation à la violence traverse toutes les lignes. Si nous ne nous réveillons pas, le prochain meurtre politique approche à grands pas », a écrit Gantz sur Facebook.

Il a lié l’incitation présumée au procès de Netanyahu qui approche. Gantz a lui-même également accusé le Premier ministre de ne pas tenir compte des résultats des élections.

« Netanyahu et son peuple alimentent intentionnellement un discours violent et extrême », a déclaré Gantz. « Netanyahu ignore les résultats des élections et est prêt à tout brûler pour éviter d’être jugé. »

Le message de Gantz sur Facebook a été publié après que des photos photoshoppées ont été publiées sur les réseaux sociaux montrant des dirigeants de Kakhol lavan et de la Liste arabe unie portant des keffieh palestiniens à la manière de Yasser Arafat.

Les dirigeants de Kakhol lavan et de la Liste arabe unie portant des keffiehs sur une image phtotoshoppée. (Crédit : Capture d’écran / Douzième chaine)

Le parti du Likud du Premier ministre a déclaré vendredi qu’il demanderait à la Haute Cour de réexaminer les décomptes finaux du vote de lundi, rapportant « des erreurs dans l’enregistrement et la rédaction des résultats », sans apporter de preuve.

Gantz a également déclaré qu’il travaillait à former un gouvernement et remplacer Netanyahu. « Il y a de nombreuses options sur la table », a-t-il dit, ajoutant qu’il les dévoilerait bientôt.

Il a également semblé critiquer Netanyahu pour ses attaques visant la Liste arabe unie.

« Nous respecterons tous les citoyens d’Israël, qu’ils me choisissent ou non. Tout comme je m’attends à ce que les nations du monde respectent les citoyens juifs sur leurs terres, nous n’oserions jamais dire que les voix de 20 % [de la population] des citoyens arabes d’Israël valent moins », a déclaré Gantz.

Il faisait référence à une réunion de mercredi au cours de laquelle Netanyahu avait divisé les partis de la Knesset en blocs de droite et de gauche, tout en affirmant que la Liste arabe unie « ne fait pas partie de l’équation », accusant ses législateurs d’être des « partisans du terrorisme ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...