À Ariel, l’annexion n’est pas une obsession
Rechercher

À Ariel, l’annexion n’est pas une obsession

Comme dans les autres villes israéliennes, l'annexion reste bien en bas de la liste des priorités des résidents d'Ariel, derrière la crise sanitaire et le redémarrage économique

Des Israéliens dans un café d'Ariel en Cisjordanie, le 1er juillet 2020. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)
Des Israéliens dans un café d'Ariel en Cisjordanie, le 1er juillet 2020. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Ces jours-ci dans la ville-implantation israélienne d’Ariel en Cisjordanie, les habitants font rouler le chariot vers le supermarché, boivent leur café en paix et se demandent bien ce que changerait leur rattachement officiel à Israël.

La presse glose notamment sur la possibilité pour le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu de lancer le processus d’annexion de pans de territoires palestiniens avec des implantations comme Ariel, Maale Adumim ou le Gush Ezion.

Fondée en 1978, Ariel a des airs de ville-dortoir avec ses centres commerciaux, sa zone industrielle et son université.

« Pas d’impact »

Aujourd’hui, « tout est comme d’habitude », lance Or Goldenberg, 25 ans, étudiante à l’université d’Ariel, rencontrée à la sortie d’un supermarché avec son petit ami. Et l’annexion alors ? « Je pense qu’il s’agit davantage de bureaucratie et de politique, cela n’a pas d’impact pour une habitante d’Ariel comme moi », dit-elle.

La ville d’Ariel en Cisjordanie, le 1er juillet 2020. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

Ariel est une ville, où, à l’instar des grandes cités israéliennes, se mêlent Juifs, musulmans, religieux et laïcs, Sabras [Israéliens nés en Israël] et immigrants russes. 

« La plupart des habitants d’Ariel ne veulent pas d’action unilatérale, on vit bien, dans la coexistence, on ne voit pas l’intérêt », note Gal Margale, 33 ans, qui porte de large lunettes noires et un masque contre le coronavirus.

Au cours des dernières semaines, le bilan des contaminations à la maladie du Covid-19 est reparti à la hausse en Israël et dans les Territoires palestiniens. 

Et à l’heure où les chancelleries européennes et (quelques pays) arabes s’activent pour tenter de dissuader Benjamin Netanyahu d’aller de l’avant avec son projet vilipendé par les Palestiniens, l’annexion reste bien en bas de la liste des priorités des Israéliens, derrière la crise sanitaire et le redémarrage économique, selon de récents sondages.

« Une annexion ne change rien pour moi mais elle me laisserait un goût amer, je veux maintenir le statu quo et une situation calme et tranquille où les gens se respectent », souffle Shuki Argov. 

L’homme, âgé d’une soixantaine d’années, travaille dans une usine d’Ariel qui emploie Arabes et Juifs et où tout se passe bien, déclare-t-il.

« J’espère qu’il n’y aura pas d’annexion, on respecte les habitants arabes qui vivent avec nous », ajoute-t-il en sortant du supermarché Rami Levi, enseigne à bas prix qui emploie de nombreux Palestiniens.

Des Israéliens, portant des masques de protection en raison de la pandémie de COVID-19, devant un supermarché d’Ariel en Cisjordanie, le 1er juillet 2020. (Crédit : JACK GUEZ / AFP)

« Netanyahu en est capable »

Plus loin, des tractopelles jaunes entourées d’ouvriers palestiniens œuvrent à la construction de nouveaux immeubles pour développer cette ville d’environ 20 000 habitants.

Tous les résidents des implantations ne partagent pas tous les sentiments de ceux rencontrés par l’AFP à Ariel. 

Certains soutiennent l’annexion, afin de voir leur territoire officiellement rattaché à Israël et ainsi régi par le droit civil israélien, tandis que d’autres rejettent le plan Trump car ce dernier prévoit notamment la création d’un Etat palestinien. 

« Le plan Trump prévoit l’établissement d’un Etat palestinien pour laisser des miettes aux Juifs. Nous ne mordrons pas à cet hameçon. Cette terre est à nous (…) », dit Daniela Weiss, une leader d’un groupe hostile au plan américain et qui souhaite voir l’ensemble de la Cisjordanie passer sous contrôle d’Israël. 

Pour Sara Brownstein, une habitante de Migdal Oz, une implantation dans le vaste Gush Ezion, une partie de la Cisjordanie sera annexée et ce, malgré les critiques à l’étranger.

« Netanyahu en est capable, Trump a son agenda et il va soutenir une forme d’annexion donc j’y crois », dit-elle, estimant que cette décision serait aussi « bénéfique » pour des Palestiniens malgré leurs critiques nourries du projet israélien. « Les menaces de la communauté internationale n’ont aucune importance ». Et d’ajouter : « Les chiens aboient, la caravane passe. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...