Abbas à Ryad pour rencontrer le roi Salmane
Rechercher

Abbas à Ryad pour rencontrer le roi Salmane

Le haut-responsable de l'OLP Ahmad Majdalani a démenti que les Saoudiens aient récemment changé de positionnement sur le conflit israélo-palestinien

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas rencontre le roi saoudien Salmane à Ryad, le 7 novembre 2017. (Crédit : Thaer Ghanaim / Wafa)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas rencontre le roi saoudien Salmane à Ryad, le 7 novembre 2017. (Crédit : Thaer Ghanaim / Wafa)

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas est arrivé lundi à Ryad pour une visite officielle qui devrait comprendre un entretien avec le roi Salmane d’Arabie saoudite, a fait savoir l’agence de presse officielle de l’AP.

La visite d’Abbas survient alors qu’Israël a exercé des pressions sur l’Arabie saoudite et d’autres états du Golfe en faveur de l’ouverture de canaux plus directs, malgré l’absence d’un accord de paix avec les Palestiniens.

Abbas et Salmane devraient évoquer « la situation politique actuelle et les dangers que doit affronter la question palestinienne, en particulier en ce qui concerne Jérusalem », a noté le communiqué de Wafa.

La possibilité d’une rencontre avec le prince héritier Mohammed bin Salmane reste encore indéterminée.

Des photos publiées par l’Agence de presse saoudienne d’Etat ont montré Abbas, le haut-négociateur palestinien Saeb Erekat et Hussein al-Sheikh, membre du comité central du Fatah, à leur arrivée dans la capitale saoudienne.

La visite d’Abbas en Arabie saoudite survient quarante-huit heures après des informations portant les conclusions d’un document interne du ministère israélien des Affaires étrangères, qui auraient établi que Ryad ne soutiendrait pas le prochain plan de paix au Moyen-Orient que proposeront les Américains et ne normaliseront pas leurs liens avec Jérusalem à moins que l’Etat juif n’accorde « une concession substantielle aux Palestiniens ».

Les informations, transmises par Axios, avaient cité des responsables ayant lu le document incriminé.

Axios faisait aussi savoir que le, selon le document, Salmane avait repris à sa charge le dossier du conflit israélo-israélien, le retirant des mains du prince Mohammed bin Salmane, et qu’il avait réaligné la politique saoudienne sur la question sur l’Initiative de paix arabe.

Ben Salmane aurait exercé des pressions sur Abbas pour que ce dernier accepte le plan de paix de l’administration Trump, sur lequel la Maison Blanche dit encore travailler.

Ahmad Majdalani, membre du comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine, a déclaré que le prince héritier était encore impliqué dans les efforts de paix israélo-palestiniens, démentant tout changement de positionnement de Ryad.

« Ce n’est pas nouveau », a-t-il confié au Times of Israel. « Cela fait longtemps que nous sommes satisfaits de la position du royaume qui était et qui est encore de soutenir l’Initiative de paix arabe ».

L’Initiative de paix arabe appelle Israël à accepter la solution à deux Etats le long des lignes de 1967 ainsi qu’une solution « juste » au problème des réfugiés palestiniens, en échange d’une normalisation des liens entre les pays arabes et Jérusalem et de la déclaration de la fin du conflit israélo-palestinien.

« Le roi et le prince héritier étaient et sont encore impliqués dans la politique saoudienne à ce sujet. Le prince héritier a toujours soutenu l’Initiative de paix arabe ».

Le dernier déplacement d’Abbas en Arabie saoudite remonte au mois d’avril 2018, quand il s’était rendu à une réunion de la Ligue arabe.

Ces derniers mois, le président de l’AP a fortement soutenu Ryad suite aux critiques internationales entraînées par l’assassinat de Jamal Khashoggi, ancien chroniqueur au Washington Post.

Khashoggi, résident américain et critique du régime, avait été tué et démembré à l’intérieur du consulat du royaume à Istanbul, le 2 octobre 2018.

Le meurtre a été commis par des individus qui travaillaient directement sous les ordres du prince héritier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...