Abbas : accord de principe avec Israël pour réévaluer les relations économiques
Rechercher

Abbas : accord de principe avec Israël pour réévaluer les relations économiques

Le président de l'AP a déclaré que les Palestiniens souhaitent amender ou abroger le Protocole de Paris ; le porte-parole israélien n'a pas confirmé

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas durant une réunion du Conseil central palestinien, un organe clé de l'Organisation de libération de la Palestine, à Ramallah, le 28 octobre 2018. (Crédit : ABBAS MOMANI / AFP)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas durant une réunion du Conseil central palestinien, un organe clé de l'Organisation de libération de la Palestine, à Ramallah, le 28 octobre 2018. (Crédit : ABBAS MOMANI / AFP)

Le président de l’Autorité palestinienne (AP) Mahmoud Abbas a déclaré qu’Israël avait accepté de négocier avec les Palestiniens dans le cadre du Protocole de Paris.

Ce protocole est une annexe des Accords d’Oslo qui définissent les liens économiques entre l’AP. L’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et l’Etat hébreu avaient signé cet accord dans les années 1990.

« Ils avaient initialement refusé tout amendement, mais ils ont désormais accepté, sur le principe, de s’asseoir [et] de discuter », a déclaré Abbas dans un court discours au Bureau central des statistiques de l’AP à Ramallah dimanche, en référence à l’accord.

Il n’a pas précisé si une date avait été convenue pour ces négociations.

Le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministère des Affaires étrangères n’ont pas répondu à une demande de confirmation.

La Treizième chaîne avait signalé en décembre qu’Israël étudiait une demande d’amendement de l’accord soumise par les Palestiniens, citant des responsables palestiniens.

La place Manara, au centre de Ramallah, où se situe le siège de l’Autorité palestinienne, le 14 février 2015. (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Début décembre, un haut-responsable du Fatah, Azzam al-Ahmad a déclaré au Times of Israel que Majed Faraj et Hussein al-Sheikh, deux hauts-responsables de l’AP, avaient informé le ministre de la Défense de l’époque, Avigdor Liberman, l’an dernier, que les Palestiniens souhaitaient réviser le Protocole de Paris.

Ahmad avait déclaré que Liberman n’avait jamais répondu aux responsables de l’AP, et ce jusqu’à sa démission courant novembre.

Dans deux récents discours, Abbas avait dit sa volonté d’amender ou d’abroger le Protocole de Paris.

S’il n’a pas dit spécifiquement dans ses discours ce que Ramallah voudrait changer dans l’accord, il a toutefois fait référence aux récentes recommandations du Conseil central palestinien, un organe de l’OLP, qui appelait les Palestiniens à « se désengager » de leur dépendance économique en Israël.

L’économie palestinienne repose lourdement sur sa relation avec Israël.

Cinquante-neuf pour cent de l’importation palestinienne provient d’Israël et 81 % des exportations palestiniennes vont vers l’Etat juif, selon un observatoire économique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...